Derrière les Bleus, ça se resserre !

  • A
  • A
Derrière les Bleus, ça se resserre !
Partagez sur :

Alors que l'équipe de France ne jouera que jeudi en amical face à la Pologne, deux de ses concurrents à la qualification pour l'Euro 2012 ont effectué ce mardi un rapproché au classement du Groupe D. La Biélorussie, victorieuse sans convaincre du Luxembourg (2-0), et la Bosnie, qui après sa déconvenue en Roumanie a su réagir aux dépens de l'Albanie (2-0), reviennent à respectivement un et trois points de la première place des Bleus.

Alors que l'équipe de France ne jouera que jeudi en amical face à la Pologne, deux de ses concurrents à la qualification pour l'Euro 2012 ont effectué ce mardi un rapproché au classement du Groupe D. La Biélorussie, victorieuse sans convaincre du Luxembourg (2-0), et la Bosnie, qui après sa déconvenue en Roumanie a su réagir aux dépens de l'Albanie (2-0), reviennent à respectivement un et trois points de la première place des Bleus. Bosnie - Albanie : 2-0 C'est une sélection bosnienne encore sous le choc de sa déroute (0-3) concédée vendredi dernier, à Bucarest, face à la Roumanie, qui disputait ce mardi, à Zagreb, le match du rachat face à l'Albanie avec l'obligation de s'imposer pour ne pas perdre pied pour de bon dans la course aux barrages. Face à un adversaire qui la devance d'un point au classement au coup d'envoi et aspire alors encore à accueillir l'équipe de France en position de force à la rentrée (le 2 septembre, à Tirana, le 7 octobre en France), l'équipe de Safet Susic apparaît forcément encore marquée par sa dernière sortie. Si l'on excepte le raid de Vedad Ibisevic, prêt à défier le portier adverse, Samir Ujkani, en un contre un, mais repris in extremis par Lorick Cana (18e), le système à deux attaquants adopté par Susic tarde à porter ses fruits. A la pause, le score de parité, favorable aux visiteurs, compromet les ambitions des Bosniens pourtant plus enhardis dans ce dernier quart d'heure du premier acte. Une situation que préserve Ujkani quand à l'heure de jeu le n°10 Vedan Misimovic décoche une frappe, qui oblige le dernier rempart albanais à une superbe parade (57e). Ujkani qui est en revanche battu sur cette tête d'Edin Dzeko, plus haut que Cana, mais dont la tentative ne fait que tutoyer le cadre (66e). Dans la minute qui suit, c'est la remise de la tête plein axe d'Emir Spahic, le capitaine très critiqué après son match en Roumanie, qui met en position de marquer Haris Medunjanin. La défense albanaise ne s'est pas alignée et l'attaquant du Maccabi Haïfa fusille le gardien pour l'ouverture du score (1-0, 67e). Le stade de Zenica exulte, puis explose littéralement quand l'Albanie, réduite à dix après l'exclusion d'Andi Lila, concède le but du break dans les arrêts de jeu à Darko Maletic, parfaitement décalé par Misimovic (2-0, 90e +1). L'opération est belle pour la Bosnie, qui retrouve une différence de but positive (+1) et revient à respectivement deux et trois points de la Biélorussie et de la France. Biélorussie - Luxembourg : 2-0 Quatre jours après son match nul méritoire (0-0) obtenu face à l'équipe de France, la Biélorussie se retrouvait en position de force toujours à Minsk, ce mardi, face au modeste Luxembourg, privé pour l'occasion du Messin Mario Mutsch, suspendu. Un adversaire qui l'avait pourtant contrainte au partage des points lors du match aller, disputé en octobre dernier, au Grand Duché (0-0). Cette contre-performance, les joueurs de Bernd Stange ont d'abord longtemps semblé capables de la rééditer pour le plus grand déplaisir de leur public. Ce lors d'une première période qui, si elle se résume à une attaque-défense en règle, comme souvent face aux amateurs luxembourgeois, consacre l'impuissance biélorusse à forcer ce verrou entre maladresses et mauvais choix. Les sifflets nourris du Dyanmo Stadium, qui raccompagnent ses joueurs au vestiaire, ne sont pas déplacés. Ils avaient sans doute le don de piquer au vif une équipe, qui il est vrai largement remaniée par son entraîneur à la pause, va réagir dès la reprise. Le nouveau venu en attaque, l'homme du Zénith Saint-Pétersbourg, Sergey Kornilenko, provoque une main dans la surface et transforme un penalty, qui libère tout un stade (1-0, 48e). Il faut pourtant attendre l'approche du dernier quart d'heure pour assister au break. Sur l'une des rares incursions offensives luxembourgeoises, le repli défensif des visiteurs, une fois n'est pas coutume, fait défaut et Anton Putilo, profitant de l'écran de Kornilenko, double la mise (2-0, 73e). La Biélorussie, si elle est loin de convaincre, se contente de l'essentiel avec ce succès précieux, qui lui permet de revenir à une longueur de la première place, occupée par la France, avec un match de plus que l'équipe de Laurent Blanc.