Derrien:"Que les arbitres se fassent violence"

  • A
  • A
Derrien:"Que les arbitres se fassent violence"
Partagez sur :

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur l'arbitrage d'une 21e journée de Ligue 1 notamment marquée par la grosse faute du Lillois Florent Balmont à l'encontre du Lensois Adil Hermach, et simplement sanctionnée d'un carton jaune par M.Coué. L'ancien arbitre international voudrait d'ailleurs que le corps arbitral aille "au bout des choses" sur les "gestes inacceptables" commis en tout début de match, avant d'évoquer l'application de la double peine lors de la rencontre Sochaux-Rennes.

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur l'arbitrage d'une 21e journée de Ligue 1 notamment marquée par la grosse faute du Lillois Florent Balmont à l'encontre du Lensois Adil Hermach, et simplement sanctionnée d'un carton jaune par M.Coué. L'ancien arbitre international voudrait d'ailleurs que le corps arbitral aille "au bout des choses" sur les "gestes inacceptables" commis en tout début de match, avant d'évoquer l'application de la double peine lors de la rencontre Sochaux-Rennes. Bruno, revenons tout d'abord sur ce derby entre Lille et Lens, et sur cette faute grossière de Florent Balmont sur Adil Hermach, qui aurait peut-être mérité autre chose qu'un carton jaune... Bien sûr. L'arbitre, M.Coué, s'en est rendu compte après la rencontre. Il a rempli un rapport complémentaire et la commission va s'en saisir. Je trouve qu'il y a une recrudescence des semelles cette année en Ligue 1. C'est un mauvais geste et il faut préserver l'intégrité physique du joueur. On l'a vu avec Bocaly, lors de Montpellier-Valenciennes, qui avait été averti alors que son geste méritait un carton rouge. Néanmoins, la commission est passée derrière pour donner une sanction plus dure. On veut voir la disparition des tacles assassins. Il y aujourd'hui des joueurs qui arrivent en retard, les pieds en avant sous prétexte de jouer le ballon mais ils jouent plutôt les chevilles ! Ce sont des gestes très dangereux. Après, pour revenir au tacle de Balmont, c'est vrai aussi que l'arbitre n'a pas envie de mettre un rouge dès les premières minutes de la partie. Pourtant, si un défenseur fait une main pour éviter un but, il est expulsé et là personne ne dit rien. Il faut que les arbitres se fassent violence afin que d'entrée de jeu et sur des gestes inacceptables, ils aillent au bout des choses. L'autre fait marquant du week-end concerne la rencontre Sochaux-Rennes. L'expulsion du gardien breton, Nicolas Douchez, et le penalty qui en a suivi étaient-ils justifiés ? Incontestablement. C'est la juste application de la règle de la double peine. L'arbitre a estimé, à juste titre, que la faute du gardien annihilait une action nette de l'attaquant. Le défenseur breton tire le maillot de l'attaquant sochalien, et il peut être exclu si le joueur doubiste tombe. Mais là, il reste debout et l'arbitre laisse l'avantage avant que le gardien ne provoque la seconde faute. Le portier rennais le sait et ne la conteste pas. M.Castro n'a fait qu'appliquer les règlements et n'est en aucun cas condamnable. "Le football est un spectacle et non une parodie" A l'occasion de cette même rencontre, un but rennais a été refusé alors qu'il avait franchi la ligne. L'arbitre aurait-il dû le valider ? Difficile de faire le procès des arbitres car il faut trois ou quatre ralentis pour voir que le ballon semble avoir franchi la ligne. Si le ballon avait franchi la ligne d'un mètre, on aurait incriminé l'assistant car cette action se passe sur un corner. La vidéo ou un autre moyen technologique pourrait, sur ce genre d'actions, aider l'arbitre à prendre la bonne décision. L'arbitrage à cinq pourrait-il aider l'arbitre dans ce genre de situation ? Oui, et encore. Car il faudrait que l'arbitre de surface soit au poteau du but alors que la plupart du temps, ils n'y sont pas. Ils devraient s'approcher du but lors des corners. Parfois, des arbitres de surface ne voient même pas les fautes qui sont devant eux. Selon vous, le match Arles-Avignon-PSG aurait-il du être reporté à cause du terrain gorgé d'eau ? Je me souviens d'un match en 2005 entre Lyon et Caen. Les Normands voulaient jouer et Lyon n'y consentait guère car le terrain était lourd mais jouable. Cette rencontre avait fait couler beaucoup d'encre puisque Monsieur Aulas voulaient me traduire en éthique après la perte de ce match. Il faut être sur le terrain pour juger. Sur certaines images, il y avait des flaques d'eau voire des endroits où le ballon était freiné. S'il avait plu continuellement, Monsieur Ledentu aurait pu arrêter la partie à la mi-temps. Mais les arbitres doivent garder à l'esprit que le football est un spectacle et non une parodie . Il en va de la responsabilité du garant du jeu de décider ou non de la praticabilité d'un terrain.