Derrien: "M.Turpin a marqué des points"

  • A
  • A
Derrien: "M.Turpin a marqué des points"
Partagez sur :

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur l'arbitrage de la 18e journée de Ligue 1. L'ancien arbitre international juge notamment la prestation de Clément Turpin lors du choc des Olympiques, Marseille-Lyon ce dimanche soir, ainsi que la problématique du retour des blessés sur le terrain, ayant émaillée Rennes-Valenciennes et Sochaux-Bordeaux.

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur l'arbitrage de la 18e journée de Ligue 1. L'ancien arbitre international juge notamment la prestation de Clément Turpin lors du choc des Olympiques, Marseille-Lyon ce dimanche soir, ainsi que la problématique du retour des blessés sur le terrain, ayant émaillée Rennes-Valenciennes et Sochaux-Bordeaux. Bruno, commençons par le choc du week-end, Marseille-Lyon (1-1), dirigé par Clément Turpin. Comment avez-vous perçu l'arbitrage de celui qui est considéré comme un véritable espoir français ? Il est jeune (28 ans) et a tout l'avenir devant lui. Il a marqué des points, c'est clair. Notons qu'il a une grosse activité physique, étant très proche des actions. Sa prestation a été facilitée hier par le très bon état d'esprit régnant sur le terrain. Il n y a que trois cartons jaunes, le premier étant donné à la 50e minute. Il n'a pas eu d'occasions de le mettre avant, pas eu d'échauffourées. Ce qu'il a eu à faire, il l'a bien fait. Il faut le souligner. Que pensez-vous de sa décision de refuser le but marseillais d'André-Pierre Gignac, pour cette position de hors-jeu de Loïc Remy qui, toutefois, ne touche pas le ballon ? C'est une bonne interprétation de la part de l'arbitre assistant, M. Nicolas Pottier. Rémy fait action de jeu, interfère dans le jeu en tentant de reprendre ce ballon. On considère donc que c'est une position de hors-jeu active, interférant dans le jeu du gardien. Une bonne décision, donc. Autre rencontre pour une petite polémique à la fin du match PSG-Monaco (2-2). Comment jugez-vous l'action de l'égalisation monégasque, les Parisiens ayant demandé de sortir le ballon du terrain, Sessegnon se trouvant au sol ? La règle a changé. Elle est claire. C'est à l'arbitre d'interrompre le match, non au club qui possède le ballon. Il y a eu des excès dans le passé, avec des joueurs restant au sol pour casser l'action. M. Jaffredo a jugé que Sessegnon n'était pas blessé, ou du moins pas suffisamment pour arrêter le jeu. L'action se poursuit donc... Un arbitre n'a pas non plus à demander à une équipe de sortir le ballon, comme l'équipe n'a pas à faire pression sur son adversaire pour le sortir. S'il y a interruption du match, le jeu doit, après évacuation du blessé, repartir via une balle à terre. "Règlementairement parlant, M.Fautrel n'est pas attaquable" Un autre fait a émaillé le week-end: la question du retour du joueur sur le terrain après une blessure. Que pensez-vous des cas observés lors de Rennes-Valenciennes (1-0) et Sochaux-Bordeaux (1-1) ? Parfois, l'arbitre peut être pris par le jeu et oublier qu'un joueur est sur le bord du terrain et attend pour faire son retour sur la pelouse. C'est alors au quatrième arbitre de le signaler. A Sochaux, il n'y avait plus de quatrième arbitre, celui-ci-étant entré pour suppléer un assistant blessé. C'est alors à l'assistant de le rappeler. 4 à 5 minutes au bord de la pelouse comme pour Plasil, cela me parait énorme. En plus, le joueur a pris un carton jaune pour être finalement rentré sans l'accord de M. Chapron. C'est toutefois la règle ! Souvent, on attend que le joueur aille mieux puis que son retour intervienne à un moment où l'action ne se déroule pas près de la ligne afin qu'il puisse rentrer. Pour Valenciennes, l'absence de Rudy Mater est intervenue au moment du but encaissé... Règlementairement parlant, M. Fautrel n'est pas attaquable. A partir du moment où les soigneurs interviennent sur le terrain, le joueur doit quitter la pelouse. Et revenir, avec l'accord de l'arbitre quand le jeu a repris. Quand le ballon est en jeu, il doit faire son retour par la ligne de touche. Quand il est hors du jeu, le joueur peut revenir par n'importe quel endroit, comme par la ligne de but. C'est la règle. C'était le cas à Rennes où le joueur blessé était à côté du but. Mater a pris le ballon en pleine poitrine, avait repris ses esprits... Il pouvait peut-être entrer mais c'est du libre arbitre. Ici, le jeu a repris via un coup de pied arrêté où il y a eu but alors que le joueur était toujours absent. Valenciennes s'est retrouvé à dix et a encaissé ce but... Évidemment, on pourrait dire qu'il y a la règle et l'esprit, surtout sur un contexte comme cela de fin de match. Enfin, évoquons le malaise perceptible autour de Montpellier avec Spahic auteur d'un mauvais geste sur l'arbitre assistant mais aussi René Girard, expulsé pour la quatrième fois de la saison. Payent-ils une réputation ou existe-t-il vraiment un problème à Montpellier avec les arbitres ? Il faut évidemment éviter les préjugés. Ceci étant, Spahic, même s'il ne va pas méchamment vers l'assistant, n'a pas à toucher l'arbitre. Il faut que chacun retrouve son calme. On ne sait pas les mots échangés entre M. Duhamel et René Girard. Le rapport le dira. S'il l'a viré du banc, c'est qu'il y a bien une raison. Il faut que chacun maitrise ses nerfs, oublie un peu l'arbitre. Spahic devrait d'ailleurs prochainement s'expliquer devant la commission. Il devrait y aller, la politique de la chaise vide n'est jamais bonne. D'autant que la commission a alors souvent tendance à sanctionner plus sévèrement.