Derrien: "Les oreillettes ont marché"

  • A
  • A
Derrien: "Les oreillettes ont marché"
Partagez sur :

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur l'arbitrage de la 17e journée de Ligue 1. Un week-end marqué par un penalty transformé en coup-franc lors de Lorient-Lyon et par l'expulsion sévère du Caennais Nabab à Saint-Etienne. L'ancien arbitre international en profite également pour déplorer une nouvelle bagarre en Coupe de France, mais aussi souligner la prestation de M. Fernandez Borbalan lors du Clasico espagnol.

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur l'arbitrage de la 17e journée de Ligue 1. Un week-end marqué par un penalty transformé en coup-franc lors de Lorient-Lyon et par l'expulsion sévère du Caennais Nabab à Saint-Etienne. L'ancien arbitre international en profite également pour déplorer une nouvelle bagarre en Coupe de France, mais aussi souligner la prestation de M. Fernandez Borbalan lors du Clasico espagnol. Fait plutôt rare lors de la victoire de Lyon à Lorient (1-0), M. Kalt est revenu sur un penalty accordé aux Merlus pour le transformer en coup-franc sur la ligne de la surface de réparation. A-t-il le droit ? La faute est réelle. L'arbitre la voit et la sanctionne en sifflant penalty. Ensuite, il revient sur sa décision. Réglementairement parlant, il a le droit tant que le jeu n'a pas repris. Ensuite, je pense que Cris méritait un carton jaune car il enraye une action prometteuse, mais pas une action de but auquel cas il aurait dû recevoir un carton rouge. Pourquoi a-t-il changé d'avis, à juste titre d'ailleurs ? Je pense que contrairement à Brest, les oreillettes ont surement marché. Il serait intéressant de savoir comment il a eu l'information. Est-ce Cris qui lui a crié dans les oreillettes ? (Rires) Avec les oreillettes on ne peut pas savoir. M. Kalt a l'intime conviction qu'il y a penalty donc s'il change d'avis c'est sur l'avis de quelqu'un. Donc, soit c'est le 4e arbitre, soit l'assistant, qui pouvaient avoir un meilleur angle de vue, bien que lui soit idéalement placé sur l'action. Peut-il avoir été influencé par les protestations du défenseur lyonnais ? L'arbitre n'a pas à revenir sur sa décision par la pression d'un joueur. S'il change d'avis, c'est uniquement sur conseil de ses assesseurs. On a dû lui dire: attention tu te trompes la faute est commise à l'extérieur et il tombe à l'intérieur de la surface. La question est de savoir comment il l'a su et ça, seul lui le sait. En tout cas cette fois, je constate que les oreillettes ont fonctionné ! Que pensez-vous de l'expulsion de Nabab, qui a facilité la victoire de Saint-Etienne contre Caen (2-0) ? Nabab met une petite claque aux fesses de Mignot. Il n'y a aucune agressivité dans le geste, ça méritait un carton jaune point barre. Ce n'est pas une agression caractérisée. Au pire, il y a carton jaune car il y a un petit geste qui n'est pas agressif mais pas amical non plus. Peu d'erreurs d'arbitrage sont à noter ce week-end en Ligue 1, l'occasion d'évoquer la scène européenne. Quel est votre avis à propos de la polémique sur la qualification lyonnaise en Ligue des Champions ? Oui une journée plutôt calme, ça fait du bien. Concernant l'arbitrage en C1, il n'y a rien de suspicieux. On en parle beaucoup parce qu'il y a deux buts de l'Ajax refusés pour hors-jeu contre Madrid. Ces deux réalisations refusées sont extrêmement limites. Lyon a eu affaire à une équipe de Zagreb qui n'était plus concernée en seconde période. Elle a pris zéro point et a encaissé 22 buts en six matches. Tous les buts à Lyon sont valables et le carton rouge est normal. Après, la défense de Zagreb a pris l'eau. Ils étaient en vacances après le match. "La DNA serait inspirée de regarder les matches étrangers." Vous tenez à évoquer la prestation de M. Fernandez Borbalan lors de Real Madrid-Barcelone (1-3)... Je voudrais saluer l'arbitrage du clasico par cet arbitre méconnu sur la scène internationale. Une partition à montrer dans les écoles d'arbitrage en France: calme, de l'autorité sans autoritarisme, beaucoup de compréhension dans le jeu, une bonne maîtrise du match, faisant la part des choses. Ne partant pas dans une "cartonite" aigüe. Il pouvait mettre plus de cartons au début mais au final il en met moins et ça lui donne raison. Les matches étrangers sont-ils étudiés lors des réunions de travail des arbitres français ? Non. Mais la DNA serait inspirée de le faire. David Fernadez Borbalan a validé son badge Fifa le premier janvier 2010. C'est sa deuxième saison internationale. Je pense que c'est un arbitre à suivre qui, à mon avis, a marqué des points considérables. Il a 15 matches internationaux à son actif. C'est le futur numéro un espagnol sur la scène internationale. Le Connaissiez-vous avant ce clasico ? Non, je ne le connaissais pas avant, je l'ai découvert. Sobriété, efficacité, compréhension du jeu... Aucune arrogance dans un match difficile avec beaucoup de pression. Il ne s'est jamais énervé, a toujours eu la maîtrise du jeu. Vraiment bravo. D'ailleurs, à la fin du match, personne n'a parlé de l'arbitrage, ce qui est quand même un bon signe. On se souvient que ça n'a pas toujours été le cas dans ce genre de match. Vraiment, c'est à montrer dans les écoles d'arbitrage. Un dernier mot sur la Coupe de France ? Il y a eu une bagarre navrante entre Amnéville et Metz (2-3). Il faut que chacun garde ses nerfs. En Ligue 2, il y a beaucoup de bagarres également. Comment réagir lorsqu'on est arbitre ? On se met en retrait pour éviter les coups. Lorsque ce sont deux joueurs, on essaie de s'interposer très vite pour éviter que ça ne dégénère. Une fois qu'ils sont quatre, cinq, six ou sept, il faut reculer, bien observer et quand la bagarre se termine, prendre ses responsabilités, expulser ceux qui sont à l'origine. Même si le match est terminé, on peut encore distribuer des cartons aux joueurs sur la pelouse. Ensuite, il faut rédiger un rapport, donc il faut bien regarder qui a démarré et qui a donné les coups.