Derrien: "L'arbitrage français est au plus mal"

  • A
  • A
Derrien: "L'arbitrage français est au plus mal"
Partagez sur :

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur une 24e journée de Ligue 1 principalement marquée par l'arbitrage compliqué de Bartolomeu Varela lors de Lens-Sochaux (2-3). L'ancien arbitre international évoque également le geste de Lucho sur Batlles et la fin de saison qui s'annonce compliquée pour les hommes en noir français.

Consultant pour Sports.fr, Bruno Derrien revient sur une 24e journée de Ligue 1 principalement marquée par l'arbitrage compliqué de Bartolomeu Varela lors de Lens-Sochaux (2-3). L'ancien arbitre international évoque également le geste de Lucho sur Batlles et la fin de saison qui s'annonce compliquée pour les hommes en noirs français. Revenons tout d'abord sur le match polémique du week-end avec l'arbitrage de Bartolomeu Varela lors de Lens-Sochaux, auteur de plusieurs décisions ayant influencé le résultat final du match. Qu'en pensez-vous ? Monsieur Varela est un jeune arbitre qui commence en première division et a un apprentissage assez difficile. C'était en effet lui qui avait attribué un but fantôme à Bordeaux face à Nancy. Concernant le match de Lens ce week-end, il y a un penalty oublié en début de match sur Maoulida puis un deuxième sur Demont. Pour les expulsions de Maoulida et Anin, c'est vrai qu'il y a une altercation entre les deux joueurs, on a le sentiment quand même que le Sochalien est plus agressif que le Lensois. Ensuite, il y a le coup franc qui amène le troisième but de Sochaux qui ne me parait pas justifié. Et enfin Varela a une nouvelle fois mal agi en sifflant la fin du match alors que Roudet venait de se prendre un coup de pied dans la tête. Il entraîne une plus grande frustration chez les Lensois. Il aurait dû donner coup franc à Lens, mais comme les arrêts de jeu étaient terminés, il a mis fin au match. Ça a donc été un match extrêmement compliqué pour Monsieur Varela. Qu'est-ce que vous inspire cette nouvelle journée compliquée pour l'arbitrage français ? L'arbitrage français est au plus mal ! Ça a commencé mardi à Milan en Ligue des champions lors de Milan AC contre Tottenham. Stéphane Lannoy a malheureusement été en difficulté. Il a oublié de mettre un carton rouge à Flamini auteur d'un violent tacle les pieds décollés sur Corluka et a eu beaucoup de problèmes avec Gattuso avant et après le match. Aujourd'hui, la commission de visionnage ne fonctionne plus, c'est quand même bien malheureux. Toute la semaine on a eu l'affaire de Saïd Ennjimi, avec toutes les polémiques autour du match entre Bordeaux et Caen le week-end dernier. Et bien sûr, le match de Bartolomeu Varela, qui arbitrait la rencontre opposant Lens à Sochaux. Que pensez-vous des propos assez engagés de la part des joueurs lensois, notamment ceux de Runje et Queudrue ? Ils font maintenant assez attention à ce qu'ils disent puisqu'ils savent très bien qu'ils peuvent se retrouver en commission d'éthique. Pratiquement tout le football français va se retrouver en éthique d'ici la fin de saison. Ce qui n'est pas acceptable, c'est le fait que l'on mette en doute l'honnêteté des arbitres. Après il faut accepter qu'un arbitre, qui est un homme public, puisse être soumis à une critique, quand elle reste dans les limites du correct. Les joueurs lensois ont bien mesuré leur propos. On sentait leur frustration et leur déception mais aucun des trois n'a dépassé la limite, excepté Jemaâ qui a été retenu par son dirigeant qui lui met la main sur la bouche au moment où il donne un coup de pied dans une caméra. "J'en appelle à un grenelle de l'arbitrage" Il y a également eu l'expulsion des deux entraîneurs lensois, Lazlo Bölöni et Georges Tournay... Il faut être sur le terrain pour voir ce qui s'est passé et quelle a été l'attitude des dirigeants lensois. Quand l'arbitre prend ses décisions, il les prend de bonne foi. Il a le sentiment et l'intime conviction qu'il fait les bons choix. Ils ne sont pas mandatés pour fait perdre ou gagner une équipe. Ils peuvent se tromper mais c'est toujours en toute honnêteté. Il faut que les dirigeants du football français à l'avenir prennent à bras le corps ces erreurs. Il faut vraiment régler le problème de l'arbitrage qui est récurrent. Le fossé n'a jamais été aussi creusé ! On devrait interpeller tout le monde. Lens reste tout de même sur une série de trois matches avec des décisions arbitrales litigieuses... A la fin, chacun va calculer ses erreurs en fin de saison pour savoir le nombre de points qu'il a perdu. Bien sûr que Lens est sur une série assez compliquée avec les erreurs du corps arbitral, c'est un peu pareil pour Bordeaux... Aujourd'hui j'en appelle à un grenelle de l'arbitrage. Il faut mettre très vite tout le monde autour d'une table pour essayer de se comprendre et se parler. A propos du geste de Lucho, auteur d'un coup de pied sur Batlles, face à Saint-Etienne, méritait-il carton rouge ? D'abord, Batlles doit prendre un carton jaune puisqu'il est à l'origine de l'énervement de Lucho. Mais le Marseillais a eu tort de réagir de cette façon et il aurait peut-être été bon de lui mettre un rouge. Après les 22 joueurs se retrouvent dans le rond central et le match devient alors plus que tendu. On retiendra que M. Buquet n'a pas influencé la victoire de Marseille, contrairement à ce qui s'est passé à Lens. Il aura tenu de manière général les joueurs, sans porter préjudice au score. On peut également noter une nouvelle fois l'arbitrage compliqué de Tony Chapron lors de Montpellier-Lille... Il oublie en effet un penalty pour Montpellier et commet plusieurs erreurs dans ses décisions. Mais les matches entre Lille et Montpellier sont toujours assez difficiles à arbitrer. On dira que le résultat final n'a pas été influencé non plus. Je pense que si les Montpelliérains avaient perdu, on aurait eu droit à une petite polémique. "Je suis inquiet pour la suite du championnat" Le penalty accordé à Rennes dimanche soir face à Toulouse était-il justifié ? Je pense que le penalty est logique, que l'arbitre peut siffler sur ce genre d'actions et que M. Vileo a fait un bon match. Comment voyez-vous la suite du championnat de France, après les nombreuses erreurs d'arbitrage ces derniers temps et avec une tension de plus en plus grande entre les arbitres, les joueurs et dirigeants ? On est à la 24e journée de championnat, il en reste quatorze, je suis très inquiet pour la suite du championnat. On a le sentiment qu'il y a un vrai rejet de l'arbitrage et que les relations entre joueurs, dirigeants et arbitres se sont vraiment détériorées. La rupture est grande. On a un championnat difficile autant en haut qu'en bas de classement et on va avoir des matches très compliqués, il est donc grand temps de ramener un peu de sérénité dans les relations. Il faut également que les entraîneurs acceptent la défaite sans toujours rejeter la faute sur les arbitres. Ils se sont vus en début de saison, où tout le monde se trouvait beau et gentil et maintenant ça part en vrille. Le climat s'alourdit sur les terrains et ça devient inquiétant. Que pensez-vous du report de l'audition de Florent Balmont devant la Commission de discipline de la LFP, qui va lui permettre de disputer la rencontre face à Lyon ? Je trouve que d'une manière générale, il est bon que les joueurs puissent s'exprimer et se défendre devant la commission. Comme il avait un match du jeudi en Ligue Europa, il ne pouvait pas répondre présent. Ça ne me choque donc pas. Sur ce coup-là, le calendrier est favorable à Balmont, et il pourra participer à la rencontre face à Lyon, tant mieux pour lui. Mais il n'échappera pas à la sanction puisque le geste qu'il a fait est sanctionnable.