Der Zakarian: "Que trois points en jeu"

  • A
  • A
Der Zakarian: "Que trois points en jeu"
Partagez sur :

Le Clermont Foot reste sur une série de cinq matches sans défaite en championnat. L'équipe auvergnate, entrainée par Michel Der Zakarian, occupe la tête de la Ligue 2 à la veille d'un match de gala programmé lundi soir face à Reims, second à égalité de points. L'ancien entraineur du FC Nantes entend désacraliser ce choc pour mieux aborder une seconde partie de saison cruciale en vue d'une montée vers l'élite.

Le Clermont Foot reste sur une série de cinq matches sans défaite en championnat. L'équipe auvergnate, entrainée par Michel Der Zakarian, occupe la tête de la Ligue 2 à la veille d'un match de gala programmé lundi soir face à Reims, second à égalité de points. L'ancien entraineur du FC Nantes entend désacraliser ce choc pour mieux aborder une seconde partie de saison cruciale en vue d'une montée vers l'élite. Comment abordez-vous ce match au sommet face au second de Ligue 2, le Stade de Reims, qui capitalise le même nombre de points ? Quel discours tenez-vous à vos joueurs ? On prépare ce match comme à l'accoutumée, sans différence notable, il n'y a finalement que trois points en jeu. C'est un match de prestige auquel je refuse de donner une importance particulière. Le discours reste inchangé. Allez-vous recevoir les Rémois avec un groupe au complet ce lundi ? Malheureusement mon capitaine, Damien Perrinelle, est forfait pour lundi. Il est actuellement blessé. Comme c'est arrivé en début de saison, Cédric Avinel devrait le suppléer au pied levé. Jacques Salze portera alors le brassard. Vous restez invaincus sur vos 5 derniers matches en championnat, vous semblez avoir trouvé la bonne formule après vos deux défaites consécutives face à Nantes et Tours fin septembre ? Rien n'a vraiment changé, on a juste retrouvé de la rigueur et de l'efficacité dans nos prestations. Selon l'engagement que l'on met dans un match on est en mesure de faire tourner la réussite en notre faveur. La tactique est la même depuis le début de saison, on gagne ou on perd en fonction de l'implication des joueurs sur le terrain. Il est vrai que ces derniers temps on s'est montrés solides dans la zone de vérité. Clermont possède la meilleure défense du championnat, votre statut d'ancien défenseur vous prédispose-t-il à assembler un socle défensif puissant et imperméable ? Non le mérite ne me revient pas. Il existe une réelle complémentarité à travers l'effectif, tout le monde se met au service du collectif pour récupérer le ballon le plus haut possible en laissant peu d'espace à l'adversaire. La récupération est un de nos points forts depuis le début de saison et il faut que cela perdure le plus longtemps possible. Le travail défensif ne se réduit pas aux efforts de mes quatre défenseurs et de mon gardien, qui par ailleurs réalise un très bon début de saison. Le bloc équipe tout entier, devant comme derrière, se mobilise dès que le ballon est perdu pour s'en ressaisir au plus vite. "On n'en est plus à jouer le maintien" Le Clermont Foot dispose d'un matelas confortable en tête de la ligue 2, 5 points d'avance sur le quatrième à la veille d'accueillir Reims pour la 15ème journée, l'accession en Ligue 1 est-elle déjà présente dans toutes les têtes ? On est encore loin de l'arrivée, on a effectué que quatorze journée après il est évident qu'on aspire à rester le plus longtemps possible dans les cinq premiers pour avoir un printemps intéressant à jouer. On ne manque pas d'ambition pour autant mais l'important pour le moment est de se maintenir en haut de tableau afin de participer au sprint final et espérer accéder en Ligue 1. A nous de rester réguliers dans nos performances sur les 24 prochaines échéances. On n'est pas à l'abri d'une série catastrophique mais en l'état actuel des choses on n'en est plus à jouer le maintien. Avec en ligne de mire une montée historique vers l'élite le club envisage d'agrandir de manière conséquente le stade Gabriel-Montpied. Où en est l'avancement du projet ? C'est un dossier qui est entre les mains du président (Ndlr : Claude Michy) et des collectivités locales, le projet est sur la table mais ce qui est sûr c'est qu'on ne disposera pas d'un grand stade en cas de montée l'année prochaine. On devrait uniquement voir apparaître une tribune supplémentaire de 7000 places. Après, à mon sens, il est primordial de disposer d'une enceinte conséquente et ce même avant une possible accession en Ligue 1. On doit pouvoir jouir d'un soutien populaire plus vaste. L'infrastructure actuelle s'apparente plus à un stade champêtre ! Un mot sur le phénomène Jean-François Rivière, 34 ans, 10 buts en 13 matches, le statut de meilleur buteur de L2, comment expliquez-vous cette réussite insolente ? Il est à la conclusion de nos actions, à la pointe de notre attaque. Jean-François est en réussite, ses coéquipiers l'alimentent bien et il a la faculté de convertir les occasions qu'il s'est créées. J'espère qu'il va continuer sur cette lancée et nous mettre encore une quinzaine de buts afin d'accéder à la Ligue 1. Ça serait une bonne chose pour lui qui n'a jamais connu la joie d'évoluer dans l'élite. "On a envie d'aller le plus loin possible en Coupe de France" Vous êtes difficilement venus à bout du club amateur de la Forézienne lors du 7ème tour de la Coupe de France (2-1 après prolongations), les joueurs avaient-t-ils déjà la tête à Reims ? J'avais fait tourner un petit peu, ceci étant dit on est passés à côté de notre match, on n'a pas été bons dans les fondamentaux. Les joueurs de la Forézienne nous ont bousculés dans tous les domaines et au final on se qualifie sans panache. On n'a clairement pas été à la hauteur. Après sur ce septième tour, hormis Bastia qui a maîtrisé son sujet (8-0 face à La Seyne sur mer), aucun club de Ligue 2 n'a eu la tâche facile, beaucoup de rencontres se sont finies en prolongation. C'est ce qui fait le charme de la Coupe de France, son lot de surprises, il en sera de même lorsque les clubs de Ligue 1 vont rentrer en 32ème de finale. Votre réaction suite au tirage au sort du 8ème tour. Vous avez déclaré vouloir atteindre a minima les 32ème de finale, pour cela il va falloir se défaire de Mont-de-Marsan ? C'est une équipe qui évolue en CFA mais personnellement je ne la connais pas. On va faire en sorte de la superviser. C'est un match qu'on va prendre très au sérieux pour justement ne pas se faire surprendre. On a envie d'aller le plus loin possible dans cette compétition tout en sachant que ça ne va pas être simple de la gagner. Enfin vous avez côtoyé durant vos années nantaises respectivement Didier Deschamps et Antoine Kombouaré, par conséquent j'imagine que vous porterez une attention toute particulière au Clasico OM-PSG qui se profile à l'horizon en ligue 1 ? Votre avis sur la condition difficile d'entraineur ces jours-ci et un pronostic pour cette rencontre. Je ne me risquerai pas au jeu des pronostics, j'espère simplement que le meilleur l'emportera. J'apprécie énormément Antoine, je sais qu'aujourd'hui il est décrié, on cherche à lui mettre des bâtons dans les roues mais il fait du très bon travail. Il est suffisamment compétent pour mener le PSG vers le titre. Quant à Didier, on s'est perdus de vue, mais je crois qu'il a prouvé sa valeur de par les titres qu'il a remportés. Il faut laisser les entraineurs travailler !