Demar: "Se faire plaisir"

  • A
  • A
Demar: "Se faire plaisir"
Partagez sur :

Si certains observateurs ne donnaient pas cher de la peau du promu, Nantes Rezé Métropole, pour sa première saison au plus haut niveau, les Ligériens, actuellement huitièmes, ont rapidement fait taire leurs détracteurs. Auteur d'un honorable début de saison, la formation de Martin Demar a prouvé qu'elle avait les qualités pour titiller certains cadors. A confirmer face à Cannes, ce samedi, à l'occasion de la 17e journée de Ligue A.

Si certains observateurs ne donnaient pas cher de la peau du promu, Nantes Rezé Métropole, pour sa première saison au plus haut niveau, les Ligériens, actuellement huitièmes, ont rapidement fait taire leurs détracteurs. Auteur d'un honorable début de saison, la formation de Martin Demar a prouvé qu'elle avait les qualités pour titiller certains cadors. A confirmer face à Cannes, ce samedi, à l'occasion de la 17e journée de Ligue A. Martin, pour votre première saison en Ligue A, vous-attendiez-vous à stagner à cet honorable huitième rang à la mi-saison ? C'est vrai qu'on partait un peu vers l'inconnu, on ne connaissait pas vraiment le niveau. Pour l'instant, je suis content, on est huitième, à seulement un point de la sixième place. Mais on est aussi à cinq points de la zone rouge. Je suis satisfait de notre niveau de jeu, de notre combativité, de ce qu'on a montré jusqu'à maintenant. Avant le début de saison, tous les spécialistes et autres connaisseurs du volley-ball nous condamnaient et nous renvoyaient directement en Ligue B. Mais on est très motivé, on se bat à chaque match. J'espère qu'on continuera comme ça encore longtemps. On imagine que le maintien reste la priorité du club cette saison. Vos ambitions ont-elles été revues à la hausse dernièrement ? On joue les matches les uns après les autres, on ne se pose pas trop de questions. Il faut arriver à se faire plaisir, à faire plaisir au public. On verra par la suite mais, bien sûr, la priorité, pour l'instant, reste le maintien. Si on arrive à rester en Ligue A, je serai très content et très fier de mes joueurs. Pensez-vous avoir les armes pour conforter cette huitième place, synonyme de qualification pour les play-offs ? On n'est pas loin. C'est sûr qu'on aimerait bien jouer les play-offs. Mais, comme je l'ai dit, on joue les matches les uns après les autres et après, en fin de saison, on verra ce que ça donne. Qu'est-ce qui fait la force de votre équipe cette saison et qui lui permet de titiller certains cadors ? Des qualités humaines avant tout. Beaucoup de joueurs n'ont jamais joué en Ligue A et restent extrêmement motivés à chaque rencontre. "Si j'avais décidé de garder la même équipe que celle qui évoluait en Ligue B, on redescendrait aussitôt" Les victoires successives enregistrées face à Toulouse et Nice vous permettent-elles d'aborder cette rencontre face à Cannes avec le plein de confiance ? Ce n'était pas évident de battre Toulouse, qui menait 2 sets à 1. On était crispé au début mais on a su revenir dans le match pour au final l'emporter. Cette victoire nous a fait du bien et nous a permis de confirmer face à Nice (3-0). Face à Cannes, on reste confiant mais on sait aussi que ces Cannois ont enchaîné plusieurs victoires de rang. Il y a un bon collectif avec des joueurs expérimentés. Ça risque d'être un match très difficile pour nous. Le pari de chambouler l'effectif à l'intersaison n'était-il pas quelque peu risqué pour votre première apparition en Ligue A ? C'était obligatoire. On n'avait pas le choix. Si j'avais décidé de garder la même équipe que celle qui évoluait en Ligue B, on redescendrait aussitôt. Ces changements étaient obligatoires. Avez-vous un 6 majeur dans le groupe ? Non, je fais souvent tourner. C'est notre force. Les remplaçants arrivent souvent à être décisifs. En 2006, Nantes était en nationale 2, en 2010 vous voilà en Ligue A à contenir certains des plus gros cadors français voire européens. Quel est votre objectif à long terme ? Nantes est un club très dynamique avec des dirigeants très motivés. Beaucoup de bénévoles ont travaillé et travaillent encore pour le club. C'est ma deuxième année en tant qu'entraîneur. J'espère qu'à l'avenir, ce sera un gros club comme Tours. Je suis quelqu'un de très motivé. J'espère qu'on arrivera à progresser doucement durant les deux ou trois prochaines années et qu'on jouera par la suite le haut de tableau. Quel est votre meilleur souvenir en tant que joueur ? Et en tant qu'entraîneur ? Avec Nice, on avait fait une très belle saison, on a joué en Coupe d'Europe. Avec Rennes, on est monté en Ligue A. J'ai aussi gagné quelques championnats en République Tchèque qui restent de très bons souvenirs. Chaque victoire m'a rendu heureux dans tous les clubs. Mon meilleur souvenir en tant qu'entraîneur, c'est d'être monté en Ligue A avec Nantes.