"Delpo", tout neuf, tout beau ?

  • A
  • A
"Delpo", tout neuf, tout beau ?
Partagez sur :

Il avait confirmé son exceptionnel talent en 2009, il a été le principal absent du circuit en 2010. Stoppé dès le mois de janvier par un poignet droit qu'il a dû faire opérer, Juan Martin Del Potro n'a pu jouer que six matches cette saison. Redescendu à la 257e place mondiale, l'Argentin, qui bénéficiera d'un classement protégé pour son retour, peut-il revenir à son meilleur niveau après une opération si délicate ? La réponse ne sera donnée que sur les courts.

Il avait confirmé son exceptionnel talent en 2009, il a été le principal absent du circuit en 2010. Stoppé dès le mois de janvier par un poignet droit qu'il a dû faire opérer, Juan Martin Del Potro n'a pu jouer que six matches cette saison. Redescendu à la 257e place mondiale, l'Argentin, qui bénéficiera d'un classement protégé pour son retour, peut-il revenir à son meilleur niveau après une opération si délicate ? La réponse ne sera donnée que sur les courts. A l'issue de l'année 2009, achevée à la cinquième place mondiale, Juan Martin Del Potro était recensé comme le futur empêcheur de tourner en rond d'un circuit ATP dominé sans relâche par le duo Nadal-Federer. Quand Novak Djokovic et Andy Murray semblaient caler, l'Argentin, vainqueur de l'US Open, donnait l'impression de ne pas avoir de limites. Douze mois plus tard, la grande tige de Tandil (1m98, 83 kilos) a disparu des premières lignes du classement ATP où il émarge aujourd'hui en 257e position. Et pour cause, il sort d'une saison quasi blanche au cours de laquelle il n'aura joué que six matches, quatre en janvier et deux à l'automne. La faute à un poignet droit, déjà touché avant même le début de la saison, qu'il a dû se résoudre à faire opérer début mai aux Etats-Unis. Son vrai-faux retour lors de la tournée asiatique débutée fin septembre - deux défaites au premier tour à Bangkok et Tokyo - a juste validé le fait que le Sud-américain, qui avait repris très progressivement l'entraînement en août, était encore capable de frapper fort dans une balle de tennis. Une opération au poignet peut se révéler dramatique pour un tennisman. L'Argentin, très sage dans sa manière de gérer sa convalescence, sait désormais qu'il peut rejouer au meilleur niveau. Mais à quel niveau exactement ? Une question à laquelle "Delpo", aujourd'hui âgé de 22 ans, apportera les premiers éléments de réponse dès le début de l'année prochaine puisqu'il a reçu une invitation pour participer au tournoi de Sydney, programmé la deuxième semaine de janvier. Pas tête de série à Melbourne Au moment d'annoncer à Bangkok qu'il préférait renoncer à toute la fin de saison, ne se sentant pas dans dans le rythme de la compétition suite à une lourde défaite devant Feliciano Lopez (6-3, 6-0), Del Potro avait d'ailleurs annoncé entre les lignes qu'il se préparait à un hiver chargé. "Je veux revenir à mon meilleur niveau et je vais continuer à bosser dur pour retrouver ce niveau le plus tôt possible", avait-il promis à la presse. Son entraîneur, Franco Davin, qui fut quart-de-finaliste à Roland-Garros en 1991, en a dit davantage récemment aux journalistes argentins. "Je suis confiant sur le fait qu'il rejouera aussi bien qu'avant sa blessure, confiait celui qui a aussi pris en main les destinées de l'équipe argentine de Coupe Davis. On s'est fixé des objectifs, mais il a passé un an sans jouer et tout est plus difficile maintenant. Mais il est très probable que tous ses rivaux regarderont avec attention leurs tirages, parce que personne ne veut affronter Del Potro." Et pourtant, la possibilité d'avoir un Del Potro-Nadal ou un Del Potro-Federer au premier tour du prochain Open d'Australie (du 16 au 30 janvier) existe. Assuré de prendre part à la première levée du Grand Chelem de l'année, grâce à un classement protégé dont bénéficie les joueurs en cas d'absence prolongée, le Sud-Américain ne devrait pas être tête de série à Melbourne puisque son classement pris en compte sera une moyenne du sien lors des trois premiers mois qui ont suivi son arrêt. Une embûche de plus pour le gaucho dans sa quête de remontée vers les sommets, lequel devra donc croiser les doigts lors des tirages au sort, en début de saison au moins. Mais comme l'a dit Franco Davin, ses potentiels adversaires en feront de même, pour ne pas hériter de l'ancien n°4 mondial en hors d'oeuvres. Lesquels pourraient se révéler indigeste si Del Potro redevient le joueur qu'il était avant sa blessure.