Delie: "Créer la surprise"

  • A
  • A
Delie: "Créer la surprise"
Partagez sur :

L'équipe de France débute la Coupe du monde dimanche à Sinsheim, face au Nigeria. Avec cinq buts lors des deux derniers matches, Marie-Laure Delie aborde cette compétition avec confiance. Si elle considère que les Bleues débarqueront en outsiders, ça ne l'empêche pas de viser très haut. Pas question de rester au premier tour, elle voit bien plus loin.

L'équipe de France débute la Coupe du monde dimanche à Sinsheim, face au Nigeria. Avec cinq buts lors des deux derniers matches, Marie-Laure Delie aborde cette compétition avec confiance. Si elle considère que les Bleues débarqueront en outsiders, ça ne l'empêche pas de viser très haut. Pas question de rester au premier tour, elle voit bien plus loin. Dans quel état d'esprit abordez-vous cette Coupe du monde ? Tout va très bien, j'ai marqué trois buts en 45 minutes (ndlr, contre la Belgique lors du dernier match de préparation), et 11 buts lors de mes cinq derniers matches en bleu, donc ça va très bien. Ça me fait 21 buts en 20 sélections, et en temps de jeu ça correspond à huit matches seulement. En deux ans en équipe de France, je ne pouvais pas rêver mieux. Quelle est votre ambition dans cette compétition ? On espère faire quelque chose de grand, créer la surprise parce que dans notre poule toutes les équipes ont gagné quelque chose, on sera donc outsider. Après, on a l'ambition d'aller le plus loin possible et de chercher la Coupe. On n'y va pas pour visiter l'Allemagne. Les 16 équipes veulent gagner, et même si on ne l'a jamais fait, on va tout faire pour y arriver. Pouvez-vous nous parler de vos adversaires du premier tour, le Nigeria, le Canada et l'Allemagne ? On va essayer de bien gérer les deux premiers matches, car on sait qu'ils seront plus à notre portée que celui de l'Allemagne, afin de ne pas arriver avec la peur de ne pas passer pour le dernier match contre les Allemandes. Le Nigeria, on n'a pas encore vu les cassettes, on verra ce que dit le coach. On sait que c'est une équipe athlétique, combative, il faudra faire attention de ne pas se blesser car ça va partir dans tous les sens. Après, le Canada joue au foot, elles ont battu les Américaines donc ça va être une grosse opposition. Et l'Allemagne, on ne la présente pas... Comment vivez-vous le manque de reconnaissance du foot féminin ? Ce n'est pas vraiment nouveau. Avec la Coupe du monde, il y a quelques caméras pour nous, ça fait plaisir, c'est un petit peu de reconnaissance. Mais on a des progrès à faire par rapport à nos voisins allemands par exemple. On a environ 65 000 licenciés, ils en ont un million et sont sur-médiatisés. C'est le sport numéro un pour les filles. Les résultats ne peuvent-ils pas modifier ça ? Si, bien sûr. On ne parle pas du foot féminin, à chaque fois qu'on dit qu'on fait du foot, tout le monde est surpris. On ne parle pas de nous parce qu'on ne gagne pas de titre, donc c'est vraiment à nous de montrer à travers nos résultats que le football féminin existe, et qu'on soit ainsi mises en avant. Le bon parcours en qualifications, en marquant beaucoup et en ne prenant pas de but, nous a aidées. Il faudra continuer pendant la Coupe du monde, mais c'est le plus difficile. L'équipe de France aime le jeu offensif, est-ce une marque de fabrique ? On fait bien tourner le ballon, on sait jouer au foot avec de bonnes phases de jeu et on marque beaucoup de buts. Ça doit être agréable à regarder et les retours qu'on a des matches vont dans ce sens. J'espère qu'on va continuer comme ça au Mondial et qu'on aura des résultats grâce à ça. Comment envisagez-vous ce rôle de buteuse ? Quand j'ai débuté le foot, c'était avec des garçons. On m'avait mis libero, mais je remontais tout le terrain pour aller marquer. Quand j'ai commencé avec les filles, on m'a tout de suite replacé en attaque parce que je marquais tout le temps. Et depuis, ça n'a pas changé ! Mon rôle, c'est de marquer. Mon entraîneur en -19 ans me disait toujours que mon rôle, c'était de marquer, que j'avais fait un mauvais match si je n'avais pas marqué. Donc c'est mon objectif, et mon ratio buts-matches a toujours été le même qu'aujourd'hui. Comment gérez-vous les périodes sans marquer ? Justement, cette saison à Montpellier je n'ai pas énormément marqué. Ça a été un petit peu difficile, avec un manque de confiance. Mais parallèlement à ça, il y avait l'équipe de France où je marquais beaucoup. Donc même s'il n'y avait pas beaucoup de matches, c'était important pour la confiance. Que ressentez-vous à l'idée de disputer votre première Coupe du monde ? J'ai hâte, j'y pense tout le temps. Il va y avoir des stades pleins, ça va faire bizarre. Ça va nous lancer avec une super ambiance, ça va être beau. On va tout faire pour que ça dure le plus longtemps possible.