Delaplace: "Un jour ça va payer"

  • A
  • A
Delaplace: "Un jour ça va payer"
Partagez sur :

Pour la deuxième fois depuis le départ de Vendée, le benjamin du Tour de France a pris l'échappée, vendredi entre Limoux et Montpellier. Si cela n'a pas été couronné de succès, Anthony Delaplace se félicitait à l'arrivée d'avoir passé la journée à l'avant. Maintenant, le coureur de l'équipe Saur-Sojasun entend bien récupérer lors de la journée de repos avant d'attaquer la dernière semaine avec une seule idée en tête : finir le Tour.

Pour la deuxième fois depuis le départ de Vendée, le benjamin du Tour de France a pris l'échappée, vendredi entre Limoux et Montpellier. Si cela n'a pas été couronné de succès, Anthony Delaplace se félicitait à l'arrivée d'avoir passé la journée à l'avant. Maintenant, le coureur de l'équipe Saur-Sojasun entend bien récupérer lors de la journée de repos avant d'attaquer la dernière semaine avec une seule idée en tête : finir le Tour. "Une bonne journée. Quand on est à l'avant sur le Tour ça se passe toujours bien. Ça fait plaisir. Mais c'est encore une échappée qui ne va pas au bout. Je savais qu'on avait peu de chances d'aller au bout. Tant pis. C'est mon tempérament, j'y crois toujours. Je sais qu'un jour j'arriverai à aller au bout et que ça fera une belle victoire. Un jour ça va payer. Autrement je me découragerais si je tente toujours sans jamais être récompensé. Il nous aurait fallu sept, huit minutes au moins aujourd'hui. Le peloton a joué avec nous. Il nous laissait deux, trois minutes. Le maximum ça a été quatre minutes. Je savais que ça allait être difficile, avec en plus le vent de côté. Dans l'échappée on s'est super bien entendu. Même à la fin. Après Ignatiev est sorti, c'était le plus costaud avec Terpstra. Ils se sont retrouvés devant tous les deux et nous les trois Français derrière. Personne n'a voulu faire l'effort. Alors j'ai essayé de rouler mais je n'ai pas voulu être le seul à faire des efforts. J'ai essayé, j'ai buté un peu. Je pensais que Delage allait faire l'effort mais il ne l'a pas voulu. Mais il n'y a pas de regrets puisque personne n'a été au bout même si j'aurais bien aimé aller plus loin avec les deux autres. J'étais quand même fatigué dans le final, j'étais même cuit. Les trois jours dans les Pyrénées, avec la haute montagne, ont été durs. Je suis fatigué mais je pense que tous les coureurs sont dans le même cas. Enfin j'espère du moins. La journée de repos arrive, j'espère bien récupérer et me reposer. On ira rouler le matin et l'après-midi je ferai une bonne sieste. J'appellerai les amis, la copine. Pour la dernière semaine j'ai espoir de passer au mieux les Alpes pour finir le Tour. Ce sera l'objectif maintenant parce qu'il n'y aura plus trop d'occasions pour s'échapper."