Delaigue: "Dur pour Jauzion"

  • A
  • A
Delaigue: "Dur pour Jauzion"
Partagez sur :

Tout au long de ce Tournoi des Six Nations, Yann Delaigue, notre nouveau consultant, vous fera bénéficier de son oeil d'expert sur l'actualité du XV de France et de la compétition. A l'heure où Marc Lièvremont a levé le voile sur son premier quinze de départ, appelé à défier l'Ecosse samedi, au Stade de France, l'ancien ouvreur international, s'il se félicite de l'association inédite entre Rougerie et Mermoz, regrette aussi la mise à l'écart de Jauzion.

Tout au long de ce Tournoi des Six Nations, Yann Delaigue, notre nouveau consultant, vous fera bénéficier de son oeil d'expert sur l'actualité du XV de France et de la compétition. A l'heure où Marc Lièvremont a levé le voile sur son premier quinze de départ, appelé à défier l'Ecosse samedi, au Stade de France, l'ancien ouvreur international, s'il se félicite de l'association inédite entre Rougerie et Mermoz, regrette aussi la mise à l'écart de Jauzion. "Bonjour à tous et à toutes, On attendait cette ligne de trois-quarts, si décriée à l'automne. Ce qui s'impose évidemment, c'est cette association inédite au centre (la 17e en trois ans de mandat pour Lièvremont, ndlr). Rougerie endosse un rôle de papa qu'on ne lui connaissait pas vraiment avant, c'est plutôt intéressant au regard de la grosse confiance qu'on lui porte désormais. Il a prouvé avec son club le joueur complet qu'il pouvait être. Et puis le petit Mermoz en pleine bourre avec l'Usap en ce moment, et dont on se souvient des débuts fracassants en équipe de France (victoire face aux Boks pour sa 5e sélection, ndlr). Il faut espérer qu'il soit capable de revenir à ce niveau-là parce que cette équipe de France en a vraiment besoin..." "Maintenant, se passer de Yannick (Jauzion), je trouve ça un peu dur. Il n'y a encore pas si longtemps, on plaçait Yannick dans la ligne et on construisait l'équipe autour... On verra s'il ne s'agit que d'un test et puis, par vexation, ça peut aussi le "rebooster". Je ne pense pas qu'il ait non plus perdu sa place pour la Coupe du monde. C'est dur aussi pour Vincent (Clerc) qui, depuis sa non sélection en novembre, avait consenti beaucoup d'efforts et plutôt été très bon, exception faite peut-être de son match au Stade de France. Mais papa trois jours avant, ça peut parfois perturber dans la tête. A l'inverse, Yoann Huget a été un peu blessé. Lui, comme les autres, avait failli face à l'Australie. C'est lui redonner une chance, tant mieux pour lui, mais ça doit être très dur à vivre pour Vincent malgré tout parce qu'il méritait, selon moi, de revenir dans le groupe." "J'aurais préféré un arrière plus relanceur que Traille" "Derrière, enfin, j'aurais préféré un arrière plus relanceur que Damien (Traille). On sait que c'est une assurance tout risque, mais j'aimerai tellement qu'il me fasse mentir et qu'il se révèle une arrière très offensif, qui vient s'intercaler dans la ligne, amenant un plus, du gaz supplémentaire. C'est ce rôle d'arrière que j'aimerai voir. De prime abord, Damien, c'est quand même plus des qualités de sécurité que de feu follet. C'est un choix stratégique dans la mesure où il y a déjà des ailiers puncheurs et relanceurs. C'est sans doute une question d'équilibre, mais il ne faut pas que ce soit au détriment du jeu de mouvement qu'on veut pratiquer." "Devant, il n'y a que très peu de changements, on reste sur des valeurs sûres et ça, c'est plutôt positif. La seule chose notable tient à la sortie de l'équipe de départ de Chabal au profit d'Harinordoquy. Ça me paraît logique au vu des dernières prestations de Chabal, mais au vu aussi de la technique individuelle d'Harinordoquy, qui reste tout de même sans égal à ce poste de n°8. On remarque le retour dans ses foyers de Ouedraogo, c'est un choix que Marc Lièvremont justifie plutôt bien. Aujourd'hui, quand je vois Julien Bonnaire jouer, il fait partie des indiscutables en équipe de France ; c'est un joueur très complet, intelligent dans tout ce qu'il fait, très bon dans le domaine aérien, il colle au ballon tout le temps. Fulgence fait aussi de bons matches avec Montpellier. Mais j'ai la sensation que Julien est aussi plus robuste à l'impact, notamment défensivement." "Parra a une revanche à prendre" "A la charnière, Parra a une revanche à prendre par rapport aux tests de novembre et puis Trinh-Duc, dont on pensait tant de bien à l'automne dernier, avant qu'il ne se blesse. Maintenant, il faut le prouver avec les Bleus. On a l'impression qu'il a progressé avec Montpellier et il doit en faire profiter cette équipe de France. Au passage, on pensait David Skrela rayé des listes, et finalement il est revenu parce que Traille n'a pas fait la maille en dix. Et c'est plutôt une bonne chose parce qu'il fait de bons matches avec le Stade Toulousain." "Samedi, face à cette équipe d'Ecosse, dont il faudra se méfier, la motivation sera déjà toute trouvée par rapport à la réaction qu'on se doit d'avoir après la déroute contre l'Australie. Une équipe de France, comme elle se présente là, si elle évolue à 100%, ne peut pas perdre ce match. Si elle est à 100 %... A bientôt", Yann DELAIGUE