Del Potro pour finir en beauté

  • A
  • A
Del Potro pour finir en beauté
Partagez sur :

TENNIS - Del Potro a rejoint Davydenko en finale du Masters grâce à son succès sur Söderling (6-7, 6-3, 7-6).

Révélation de cette saison, Juan Martin Del Potro disputera dimanche la finale du Masters de Londres face à Nikolay Davydenko, tombeur de Roger Federer en demi-finale. De son côté, l'Argentin s'est imposé dans la douleur samedi face au Suédois Robin Söderling (6-7, 6-3, 7-6).Juan Martin Del Potro poursuit son ascension. Quelques semaines après avoir remporté son premier tournoi du Grand Chelem à l'US Open, l'Argentin s'est qualifié pour sa première finale au Masters, à sa deuxième participation. Le numéro cinq mondial a dominé le Suédois Robin Söderling en trois manches (6-7, 6-3, 7-6) et retrouvera dimanche pour le titre Nikolay Davydenko, tombeur un peu plus tôt du numéro un mondial Roger Federer. Gêné par des douleurs aux abdominaux, blessure qui l'avait contraint à abandonner au Masters 1000 de Paris-Bercy, Del Potro a effacé les doutes son état de forme physique, mais il aura fort à faire pour contrer le jeu tout en cadence du Russe en finale.Ce sera en tout cas un tout autre enjeu qu'en Chine l'an dernier, théâtre du dernier affrontement entre les deux hommes. Le Russe, dominé en finale de la Masters Cup par Novak Djokovic à Shanghai, bénéficiera peut-être d'un brin d'expérience supplémentaire. La confiance affichée par le natif de Tandil depuis son arrivée à Londres pourrait toutefois lui permettre d'empocher la mise. La patience est aussi une vertu qu'il convient de lui attribuer au regard de sa demi-finale face à Söderling. L'Argentin a en effet attendu la fin du troisième set pour enfin faire la différence, après avoir frôlé l'élimination lorsque son adversaire le breaka sur sa première occasion (4-2). Un coup dans l'eau puisque le Suédois perdit son avantage dans la foulée (4-4).Del Potro, qui avait manqué le break à quatre reprises avant de perdre la première manche au jeu décisif (7-6), n'était pas décidé à lâcher prise. Le gain du deuxième acte (6-3) l'avait remis en selle alors que son adversaire semblait à court de solution, incapable de mettre en danger l'Argentin sur son service. Mais la fin de match approchant, les deux joueurs trouvaient de belles ressources mentales, si bien que l'indécision primait dans les derniers jeux. Un ultime jeu décisif allait finalement les départager. Le protégé de Franco Davin s'envolait en menant rapidement 4-0 puis 6-2, avant de conclure la rencontre sur un ace, le cinquième du match.