Déjà Parker-dépendants ?

  • A
  • A
Déjà Parker-dépendants ?
Partagez sur :

Si l'équipe de France a battu la Lettonie (89-78), ce mercredi à Siauliai pour son premier match dans le groupe B de l'Euro 2011, elle le doit en grande partie à Tony Parker. Le meneur de jeu tricolore, auteur de 31 points et 7 passes, a dû jouer 38 minutes pour que les Bleus viennent à bout d'une formation balte "on fire", selon lui. Inquiétant pour la suite de la compétition ?

Si l'équipe de France a battu la Lettonie (89-78), ce mercredi à Siauliai pour son premier match dans le groupe B de l'Euro 2011, elle le doit en grande partie à Tony Parker. Le meneur de jeu tricolore, auteur de 31 points et 7 passes, a dû jouer 38 minutes pour que les Bleus viennent à bout d'une formation balte "on fire", selon lui. Inquiétant pour la suite de la compétition ? "Tony Parker nous a fait du Tony Parker." Nicolas Batum n'a pas besoin d'en dire plus. La première sortie du meneur de jeu des Bleus dans cet Euro 2011, mercredi à Siauliai contre la Lettonie, a été à la hauteur de toutes les attentes (31 points, 7 passes). Mais elle a aussi fait naître quelques doutes sur les capacités de cette équipe de France à aller loin dans la compétition sans un "TP" de gala. C'était déjà le cas au début du dernier championnat d'Europe, où certains joueurs s'étaient un peu cachés dans son ombre au point qu'une "Parker-dépendance" avait été évoquée. Deux ans plus tard, le scénario va-t-il se répéter ? Face aux Lettons, a priori l'adversaire le plus faible du groupe B, Tony Parker a dû jouer 38 minutes pour permettre aux Tricolores de l'emporter. Et Vincent Collet, lui-même, a trouvé que son leader offensif avait joué "un peu trop" à son sens. "J'espère pouvoir donner davantage de temps de repos à nos joueurs majeurs mais c'est quelque chose qu'on ne peut pas décider tout seul, a expliqué le sélectionneur. C'est le match qui décide d'abord. Et honnêtement, je ne vois pas quand j'aurais pu le sortir en deuxième mi-temps." Le problème est peut-être là, et il n'est pas nouveau: Tony Parker est tellement au-dessus du lot qu'il est indispensable, oui, mais aussi irremplaçable. Même quand Andrew Albicy et Steed Tchicamboud, ses doublures au poste un, sont entrés sur le terrain, "TP" était là. Et heureusement. Sur un match comme celui-ci, "qu'il fallait surtout gagner" rappelle Vincent Collet, ce n'est pas grave. Au contraire, même. Mais sur la durée, le joueur des San Antonio Spurs ne va-t-il pas finir par s'user ? "On a eu des problèmes en attaque au début et, sur la fin, il a pris les choses en main, a constaté Nicolas Batum. Il a été vraiment bon. Mais on sait qu'il ne va pas pouvoir faire ça pendant onze matches sinon il va vite être K.-O. Il va falloir l'aider un peu pour lui éviter ça." Parker: "Ce n'est pas ce match-là qui va me faire mal..." Une inquiétude qui ne l'atteint pas. De son propre aveu "préparé comme jamais" pour cet Euro 2011, Tony Parker a tellement soif de victoires, et faim de Jeux Olympiques, qu'il est prêt à tous les sacrifices cet été. "J'avais eu deux jours off. Je ne me suis pas entraîné hier (mardi) donc ce n'est pas 38 minutes qui vont me fatiguer, a-t-il assuré. Après, peut-être que le coach me fera un peu moins jouer demain (jeudi contre Israël, ndlr) mais franchement, ce n'est pas ce match-là qui va me faire mal. [...] C'est même moi qui ai demandé à Vincent de me laisser plus longtemps sur le terrain parce que je ne voulais pas qu'on perde ce premier match. Lui, il me fait confiance. Il sait que je me suis préparé dur pour cette compétition." Essayer de se passer de Tony Parker, après les forfaits de Mickaël Pietrus ou encore Ronny Turiaf, serait de toute façon un non-sens absolu vu son envie, son niveau. Mais le soulager un peu ne serait pas du luxe dans un tournoi plus long et relevé que jamais. "Toute l'équipe a fait un bon match, a-t-il pris soin de préciser. Mike Gelabale a mis des shoots importants, Nicolas Batum aussi. On a bien bougé la balle sur zone. Boris (Diaw) a été très important, c'est lui qui menait le jeu face à la défense de zone. Tout le monde a vraiment contribué à cette victoire. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir." S'il conserve cette dimension, c'est certain. Mais si "TP" a, un jour ou l'autre, un petit coup de mou, l'équipe de France risque de se retrouver sans ressort.