Déception pour Delobel-Schoenfelder

  • A
  • A
Déception pour Delobel-Schoenfelder
@ Reuters
Partagez sur :

JO 2010 - Le couple français occupe la sixième place avant la dernière épreuve de lundi.

JO 2010 - Le couple français occupe la sixième place avant la dernière épreuve de lundi. Les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir ont ravi les juges comme le public dimanche avec un flamenco qui leur a permis de prendre la tête du concours de danse sur glace des Jeux de Vancouver aux dépens des favoris russes. Les Français Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder ont été moins heureux avec leur "French Cancan" qui ne leur a pas permis de décoller de la sixième place et d'entretenir un espoir de médaille avant le programme libre de lundi, au terme duquel ils arrêteront leur carrière. Deuxième après le programme court, le jeune couple canadien, connu pour ses portées inventives et ses mouvements atypiques, a conquis la patinoire de Vancouver et obtenu la meilleure note du programme de danse originale, avec 68,41 points. Agés respectivement de 20 et 22 ans, Virtue et Moir mènent le concours avant la danse libre qu'ils aborderont avec un capital de 111,15 points. Ils devancent de 2,60 points les Américains Meryl Davis et Charlie White, toujours en course pour le titre olympique après une danse originale très appréciée. Delobel: "On a été notés sévèrement" Dans des tenues toutes de feuilles et de peintures tribales, les Russes Oksana Domnina et Maxim Shabalin n'ont en revanche pas convaincu les juges. Leur danse aborigène qui avait déjà fait beaucoup parler aux championnats d'Europe le mois dernier - sans les priver de la victoire - pourrait cette fois leur coûter l'or puisqu'ils ont rétrogradé de la première à la troisième place en obtenant la note de 62,84 points. Le titre devrait se jouer entre ces trois couples bien partis pour rester sur le podium, même si les Américains Tanith Belbin et Benjamin Agosto, toujours quatrièmes, restent en mesure de créer une surprise. Fin de carrière en vue Ce sera plus dur pour les Italiens Federica Faiella et Massimo Scali, cinquièmes avec un retard conséquent sur les Russes, et la mission semble impossible pour les deux couples français. Respectivement sixièmes et septièmes, Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder précédant Nathalie Péchalat et Fabian Bourzat, ils ont affiché un état d'esprit bien différent. Pour Delobel et Schoenfelder, champions du monde en 2008 et revenus à la compétition après la naissance, en octobre, du fils de Delobel, pour glaner une médaille, l'heure était à la deception. "Mes sentiments sont partagés entre le plaisir que nous avons eu aujourd'hui à patiner, plaisir magique qui n'arrive pas si souvent que cela sur un tel événement, et la déception de voir nos notes si basses", a soufflé la jeune maman avant d'éclater en sanglots. Le couple lyonnais a en effet annoncé qu'il mettrait un terme à sa carrière à l'issue de cette compétition et s'avance donc vers une ultime épreuve en forme de "dernier salut à la danse sur glace", dixit Olivier Schoenfelder. A l'opposé, Péchalat et Bourzat ne cachaient ni leur satisfaction d'avoir bondi de la neuvième à la septième place après un programme qui leur a valu une meilleure note que leurs compatriotes, ni leur ambition. "On est très optimistes. Demain c'est notre point fort donc espérons qu'on va cartonner", s'est enthousiasmée Nathalie Péchalat sur France Télévisions. "On n'a pas de pression et c'est vraiment notre épreuve la plus forte", a alors renchéri Fabian Bourzat. Quatrièmes des derniers championnats d'Europe, les jeunes Français ne patineront donc "pas pour l'honneur" comme leurs aînés, mais pour surprendre.