Debuchy: "Jouer ma carte à fond"

  • A
  • A
Debuchy: "Jouer ma carte à fond"
Partagez sur :

Appelé au pied levé pour suppléer Bacary Sagna, opéré ce lundi d'une fracture du péroné, Mathieu Debuchy est arrivé à Clairefontaine avec le sourire. Le latéral droit du Losc, qui n'avait plus été sélectionné depuis le match amical du "renouveau" face à la Norvège en août 2010, entend profiter des jours à venir pour marquer des points. Convaincu que chaque élément doit aider l'équipe de France à obtenir sa qualification pour l'Euro 2012.

Appelé au pied levé pour suppléer Bacary Sagna, opéré ce lundi d'une fracture du péroné, Mathieu Debuchy est arrivé à Clairefontaine avec le sourire. Le latéral droit du Losc, qui n'avait plus été sélectionné depuis le match amical du "renouveau" face à la Norvège en août 2010, entend profiter des jours à venir pour marquer des points. Convaincu que chaque élément doit aider l'équipe de France à obtenir sa qualification pour l'Euro 2012. Comment avez-vous vécu votre appel dans le groupe ? Je l'ai appris hier soir (dimanche) après le match entre Paris et Lyon. Très bien, je suis très heureux de revenir à Clairefontaine. Cela vous embête-il de venir dans ces conditions, à savoir du fait d'un forfait ? Non, au contraire. Sinon c'est qu'il y aurait un souci. Je ne le prends pas comme ça. Je suis très content d'être ici. Il faut profiter d'être en équipe de France. C'est fantastique. Pouvoir côtoyer les grands joueurs qui sont ici, défendre les couleurs de la France, c'est magnifique. On citait souvent votre nom depuis quelques temps, n'étiez-vous pas un peu frustré ? C'est vrai qu'à chaque sélection je regardais si j'y étais. Mais je ne désespérais pas. Je savais que ça allait arriver. On a beaucoup d'échéances avec le Losc donc je n'avais pas le temps de cogiter. J'avais confiance. Je sais que ça passait par de bonnes performances avec Lille. Je n'en faisais pas une fixation non plus. "Il y a encore du chemin jusqu'à l'Euro" Vous ne le viviez donc pas comme une injustice. Non, non. Je continuais à travailler. J'ai toujours fonctionné comme ça. Là je vais m'entraîner, continuer d'apprendre aux côtés de grands joueurs et puis on verra ce qu'il se passera. Vous vous imaginez débuter ? Non, je n'y ai pas pensé du tout. Le contexte est un peu particulier puisqu'il s'agit de deux matches décisifs pour la qualification. Arrivez-vous à vous sentir impliqué ? Oui je le suis parce que les matches, je les ai regardés. J'étais derrière l'équipe de France. Là je vais être à fond pour que l'on obtienne la qualification. Avez-vous le sentiment d'avoir un coup à jouer dans la perspective de l'Euro? Si je suis appelé c'est qu'il y a la possibilité de faire partie de ce groupe. Je vais jouer ma carte à fond, que ce soit à l'entraînement ou sur le terrain si je suis appelé à jouer. Mais il y a encore du chemin jusqu'à l'Euro. Il reste encore quelques mois. Ça reste ouvert. "Il y a un bel effectif quand même" La défense risque de manquer d'automatismes, est-ce plus difficile de s'intégrer dans ces conditions ? Oui ce n'est pas évident. Ce sont des automatismes qu'il va falloir trouver. C'est pour cela que les entraînements à venir vont être importants. Comment vous situez-vous dans la hiérarchie par rapport à Sagna et Réveillère ? Qu'est-ce qui fait selon vous qu'ils soient devant ? On peut dire que ce sont des habitués. Ce sont deux joueurs qui sont en place en équipe de France. Il y a une hiérarchie qui est comme ça. Je vais prendre les choses au jour le jour. Pour moi ça passe par de bonnes performances avec mon club et montrer de bonnes choses ici aux entraînements. Mais je ne fais pas de fixation sur eux, je travaille pour moi. Est-ce inquiétant de savoir que de nombreux éléments sont blessés ? C'est sûr que ça tombe au mauvais moment. C'est dû à l'enchainement des matches. Mais tout le monde dans le groupe est important et tout le monde doit tirer le groupe vers la qualification. Il y a un bel effectif quand même.