De Puniet à l'épreuve

  • A
  • A
De Puniet à l'épreuve
Partagez sur :

C'est avec Assen l'un des rendez-vous historiques du championnat du monde, l'une des manches les plus appréciées des pilotes. Le Grand Prix de République tchèque se court ce week-end à Brno, sur un circuit que Randy de Puniet affectionne. Forfait à Laguna Seca il y a trois semaines, sérieusement touché au bassin, le pilote français pourrait y faire son retour. Et ainsi relancer une saison bien chaotique jusqu'alors.

C'est avec Assen l'un des rendez-vous historiques du championnat du monde, l'une des manches les plus appréciées des pilotes. Le Grand Prix de République tchèque se court ce week-end à Brno, sur un circuit que Randy de Puniet affectionne. Forfait à Laguna Seca il y a trois semaines, sérieusement touché au bassin, le pilote français pourrait y faire son retour. Et ainsi relancer une saison bien chaotique jusqu'alors. La poisse. Auteur d'une première partie de saison pour le moins délicate, contraint quatre fois à l'abandon lors des cinq premières manches de l'année et crédité de 15 petits points seulement en neuf courses honorées, Randy de Puniet a subi de surcroit un coup d'arrêt, le mois dernier, aux Etats-Unis. Sur le circuit de Laguna Seca, le pilote du team Pramac s'est sérieusement blessé au bassin en chutant lors des qualifications, devant se résigner à renoncer au Grand Prix le lendemain. Un crève-coeur pour celui qui l'an passé avait déjà raté l'acte californien, victime alors d'une double fracture de la jambe gauche consécutive à une lourde chute sur le Sachsenring. Trois semaines plus tard, le temps de Brno est venu et le Français demeure dans l'incertitude. "Manquer la course à Laguna Seca a été très dur pour moi, surtout après le travail que nous avions fait en essais et en qualifications. J'ai profité de ces deux dernières semaines pour voir mon médecin et mieux comprendre la situation au niveau de mon bassin, explique l'intéressé sur le site officiel du MotoGP. Il n'y a heureusement pas de fracture mais la douleur est encore bien présente. J'ai suivi et je continue de suivre un programme de thérapie quotidien afin d'être prêt pour Brno. La moto répondait bien sur les dernières courses et ce serait dommage de ne pas profiter de la période positive que nous traversons au niveau de la moto." Peinant à trouver le bon équilibre sur sa Ducati, obligé de jouer les funambules en essais pour déceler le meilleur compromis qui soit entre puissance et adhérence, Randy de Puniet se félicitait d'avoir avancé de manière significative dans le domptage de sa monture avant son mauvais quart d'heure américain. Manquer le Grand-Prix de République tchèque signifierait pour lui un arrêt complet d'un mois, et la perte probable de ces sensations naissantes et rassurantes. "Randy souffre encore beaucoup de ses blessures mais il a une réelle volonté de courir. En ce moment il ne prend pas d'anti-douleur mais il devra peut-être en prendre pour courir à Brno", confie Fabiano Sterlacchini, le directeur du team Pramac Racing. Attendu aux libres dès vendredi, le Francilien devrait être rapidement fixé sur sa capacité à piloter sa Desmosedici ce week-end. Vainqueur à Brno en 2003, alors qu'il évoluait dans la catégorie des quarts de litre, Randy de Puniet pourrait bien serrer les dents pour se rappeler à ses meilleurs souvenirs. Comme à son habitude...