De la casse à Marseille

  • A
  • A
De la casse à Marseille
Partagez sur :

Le nul ramené samedi à Auxerre (1-1, 17e j.) n'a pas seulement nourri de la frustration dans le camp olympien. Les blessures de Cissé et Brandao, rajoutées aux forfaits de Diawara et Mbia pour la réception de Lyon la semaine prochaine contrarient les plans de Deschamps. Et si l'on y rajoute la polémique sur l'arbitrage de M. Fautrel, ce samedi en Bourgogne n'avait rien de festif.

Le nul ramené samedi à Auxerre (1-1, 17e j.) n'a pas seulement nourri de la frustration dans le camp olympien. Les blessures de Cissé et Brandao, rajoutées aux forfaits de Diawara et Mbia pour la réception de Lyon la semaine prochaine, contrarient les plans de Deschamps. Et si l'on y rajoute la polémique sur l'arbitrage de M. Fautrel, ce samedi en Bourgogne n'avait rien de festif. L'OM a connu des voyages moins périlleux que celui effectué à Auxerre samedi soir. A l'image du déplacement, bien plus lointain, dans le froid moscovite ce 23 novembre où Deschamps et ses joueurs avaient décroché leur place pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en s'imposant 3-0. En Bourgogne, les Marseillais sont repartis avec un nul frustrant (1-1) alors que la première demi-heure leur laissait augurer trois points dans leur besace, si précieux après un nul à domicile contre Rennes et une défaite idiote à Nice dans le temps additionnel (1-0). Le but précoce de Rémy (8e) et sa maîtrise collective sur la rencontre, permettaient effectivement à l'OM d'entrevoir positivement l'issue de cette 17e journée. L'expulsion de Stéphane Mbia (39e), pour une faute sur Quercia jugée dans la surface, suivie du penalty transformé par Birsa (1-1, 40e), allaient ensuite briser l'optimisme provençal. D'autant que Deschamps avait déjà opéré deux changements dans cette première période après les sorties sur blessure de Cissé (mollet droit) et Brandao (entorse de la cheville droite). "Ce n'était pas l'idéal de faire deux changements dès le début du match, mais c'est comme ça, il faut s'adapter. Pour l'arbitrage, vous n'aurez qu'à regarder les images. Il y a eu énormément d'erreurs en notre défaveur. Que voulez-vous que je vous dise ? Je préfère ne rien dire parce que ça peut se retourner contre moi après", déclarait l'entraîneur olympien en conférence de presse. Anigo charge Fautrel Parmi les reproches adressés au corps arbitral, le camp marseillais pointait le carton rouge reçu par Mbia. "Sur le penalty sifflé pour Auxerre, la faute commence à l'extérieur de la surface, ce qui devrait aussi nous éviter l'expulsion. Sur Lucho, le pénalty n'est pas sifflé par contre" pestera José Anigo faisant référence au contact entre le milieu de terrain argentin et Chafni (80e). Le directeur sportif marseillais, contrairement à Deschamps, ne prendra pas de gants, sur le site officiel du club, pour juger de la performance des directeurs de jeu: "Ce soir, tout le monde est remonté, car on a le sentiment d'avoir subi une injustice, caractérisée par la mauvaise foi de M. Fautrel et son incompétence. Je ne disais plus rien sur les arbitres depuis des mois et des mois, mais là c'est trop pour que l'on garde ça sous silence. Si l'on demande aux joueurs d'être au niveau, il faut que les arbitres le soient aussi." Il n'est pas exclu qu'Anigo soit invité prochainement par le Conseil national de l'éthique. En attendant, Deschamps sera privé contre Lyon dimanche prochain, de sa charnière Diawara-Mbia, suspendue. Sachant qu'Hilton se trouve en phase de reprise, Heinze pourrait être associé à N'Diaye en défense centrale. Cissé et Brandao incertains, Azpilicueta saison terminée et le dossier Rod Fanni qui traîne, les soucis ne manquent pas pour DD en cette fin d'année.