De la bouillie de Chicago

  • A
  • A
De la bouillie de Chicago
Partagez sur :

Pour les débuts de Carlos Boozer avec Chicago, les Bulls n'ont même pas eu droit aux miettes face au Orlando Magic (78-107), cette nuit au United Center, dans ce choc de la conférence Est. Joakim Noah, auteur de 16 points et... 0 rebond, n'a pas pu éviter aux siens de prendre une correction. Tony Parker (2 points, 4 passes) est resté très discret lors de la défaite des San Antonio Spurs contre les Los Angeles Clippers (85-90).

Pour les débuts de Carlos Boozer avec Chicago, les Bulls n'ont même pas eu droit aux miettes face au Orlando Magic (78-107), cette nuit au United Center, dans ce choc de la conférence Est. Joakim Noah, auteur de 16 points et... 0 rebond, n'a pas pu éviter aux siens de prendre une correction. Tony Parker (2 points, 4 passes) est resté très discret lors de la défaite des San Antonio Spurs contre les Los Angeles Clippers (85-90). LE MATCH : BULLS-MAGIC (78-107) Avec le retour de Carlos Boozer, Chicago voyait grand. Un peu trop grand, du moins pour l'instant. L'ex-intérieur du Utah Jazz, recruté cet été pour cinq ans et 75 millions de dollars, effectuait la nuit dernière ses grands débuts avec les Bulls, après deux mois d'inactivité en raison d'une fracture du cinquième métacarpe de la main droite. Mais son rendement face au Orlando Magic, poids lourd de la conférence Est, est resté anecdotique (5 points, 2 rebonds, 2 interceptions en 22 minutes). Un peu comme la prestation d'ensemble livrée par la franchise de l'Illinois, massacrée dans tous les domaines (78-107) "Il fallait un peu s'y attendre, a réagi le coach des Bulls, Tom Thibodeau, à propos de la performance de son ailier fort All-Star. J'ai vu du bon et du moins bon. J'ai bien aimé son énergie, il ne peut être que meilleur." Meilleur que ça, Chicago sait l'être. Pas cette fois. Maltraité durant la première période (61-37), les partenaires de Joakim Noah n'ont existé que dans le troisième quart-temps, qu'ils ont remporté d'un point (25-24). Le pivot français a été l'un des seuls à surnager avec 16 points et, chose qui ne lui était plus arrivée depuis le 27 décembre 2008, 0 rebond. "C'est très frustrant, a-t-il déclaré. C'est mon boulot de prendre des rebonds. Et je n'ai pas été capable de le faire." Derrick Rose, non plus, n'en a pas gobé un seul dans un secteur largement dominé par Orlando (44 à 21 !). Le meneur américain s'est contenté de 15 points à 5/13 aux tirs et 4 passes. Insuffisant pour gagner son duel avec Jameer Nelson, lui nettement plus en réussite (24 points à 8/11 aux tirs, 9 passes et 4 rebonds) et bien assisté par Dwight Howard (13 points, 12 rebonds) et Vince Carter (22 points, 6 rebonds). "Pour beaucoup de raisons, je pense que c'était notre meilleur match de la saison", a apprécié le coach floridien Stan Van Gundy. Mickael Pietrus, remplaçant en début de rencontre et auteur de 5 points en 11 minutes, aurait sans doute aimé y participer davantage... LES FRANÇAIS Frustré, Tony Parker a dû l'être tout autant que Joakim Noah vu ses stats face aux Los Angeles Clippers, qui se sont imposés contre les Spurs (90-85) grâce notamment à un Blake Griffin des grands soirs (31 points, 13 rebonds). Avec seulement 2 points, à 1/6 aux shoots, 2 rebonds et 4 passes en 18 minutes, le meneur de San Antonio a rendu une pâle copie. Relégué sur le banc une bonne partie de la seconde période, "T.P." n'a joué que 2'28" dans le troisième quart. Quel mal le ronge ? Selon les médias locaux, il aurait déjeuné un peu plus tôt avec Eva Longoria, qui a demandé le divorce le mois dernier. Jusque-là, le stratège texan n'avait pas été trop perturbé par sa situation personnelle. Espérons pour lui que ce n'était qu'un jour sans... D'autres Français étaient de sortie la nuit dernière. Nicolas Batum, que Nate McMillan a décidé de mettre sur le banc au profit de Wesley Matthews, n'a joué que 15 minutes lors de la défaite des Portland Trail Blazers face aux Boston Celtics (95-99) et n'a inscrit que 4 points, 2 rebonds et 2 passes. Johan Petro (2 points, 3 rebonds en 10 minutes) n'a pas beaucoup aidé les New Jersey Nets, battus par le Oklahoma City Thunder (120-123). Même galère pour Kevin Séraphin, impuissant lors du revers des Washington Wizards contre les Toronto Raptors (108-127) avec 2 points et 1 rebond en 13 minutes. Malgré ses 13 points et 3 rebonds, Boris Diaw n'a été d'aucun secours aux Charlotte Bobcats, dominés par les New Orleans Hornets (73-89). Ian Mahinmi, auteur de 2 points et 4 minutes, a fait ce qu'il a pu pour aider les Dallas Mavericks, tombeurs des Minnesota Timberwolves (100-86). LA STAT 4, comme le nombre de défaites consécutives concédées par les Los Angeles Lakers. Cette fois, les doubles champions NBA en titre ont trébuché sur le parquet des Houston Rockets (99-109) malgré les 27 points (à 10/24 aux tirs), 4 rebonds et 4 passes de Kobe Bryant, bien secondé par Lamar Odom (25 points, 11 rebonds). Une telle série, les joueurs de Phil Jackson n'en avaient plus connue depuis avril 2007. Se sont-ils vus trop beaux après leur début de saison flamboyant ? "Comment savez-vous si on est bon ou pas ?, a répondu "KB24" à un journaliste. On va bien. Est-ce qu'on va réussir le triplé aujourd'hui ? Probablement pas..." C'est le festival de Shane Battier, auteur de 11 de ses 17 points dans les trois dernières minutes de la rencontre, qui a fini d'achever la franchise californienne.