De Colo, d'arrière en avant ?

  • A
  • A
De Colo, d'arrière en avant ?
Partagez sur :

Avec la blessure de Mickaël Gelabale, forfait pour le match Lituanie-France de vendredi soir à Vilnius, Nando De Colo a une carte à jouer. L'arrière tricolore, qui vit un début d'Euro 2011 compliqué, notamment en attaque, pourrait retrouver sa place dans le cinq majeur et un peu de responsabilités. Il n'attend que ça.

Avec la blessure de Mickaël Gelabale, forfait pour le match Lituanie-France de vendredi soir à Vilnius, Nando De Colo a une carte à jouer. L'arrière tricolore, qui vit un début d'Euro 2011 compliqué, notamment en attaque, pourrait retrouver sa place dans le cinq majeur et un peu de responsabilités. Il n'attend que ça. Réactiver certains joueurs, l'une des priorités de Vincent Collet. Maintenant que l'équipe de France est assurée de disputer les quarts de finale de l'Euro 2011, le sélectionneur national entend remobiliser tout le monde, surtout ceux qui sont un peu en retrait à force de moins jouer, de moins marquer. Nando De Colo en fait partie. Retenu pour ses qualités de shooteur, l'arrière tricolore devait à l'origine exclusivement évoluer au poste deux. Mais les méformes des uns, les pépins physiques des autres l'ont amené à essentiellement dépanner. Ce qui lui a compliqué la tâche. "De ne pas rester sur un rôle fixe, c'est difficile, admet-il. A la base, je devais jouer deuxième arrière et puis, finalement, je suis parfois dans le cinq, parfois sixième homme, parfois sur le banc. Je ne vois pas pour qui ça serait évident de jouer dans ces conditions-là. Mais je me mets dans la tête que je suis en équipe de France. Le coach fait ses choix, moi je fais avec. On est une équipe, on a des objectifs et, comme tout le monde, je veux les atteindre." Son rendement n'est donc pas sa priorité. Tant mieux. Car pour l'instant, il est assez sommaire. Avec seulement 13 minutes de jeu en moyenne par match depuis le début de la compétition, Nando De Colo ne flambe pas en attaque (2,2 points à 35,7% aux tirs, 0,7 passe). Mais la blessure à la cheville droite de Mickaël Gelabale, touché contre la Turquie mercredi soir et forfait pour le prochain match des Bleus face à la Lituanie, va contraindre Vincent Collet à revoir ses plans. "J'en avais de toute façon envie, précise-t-il. Nando a fait une prestation encourageante hier (mercredi). Je l'ai trouvé plus en place que les fois précédentes, il s'est moins cherché. Je trouve qu'il a été sobre et plutôt efficace." En défense, peut-être. Mais de l'autre côté du terrain, il a manqué de réussite (0 point, à 0/3). De Colo: "Je ne réclame rien" L'absence de Mickaël Gelabale pourrait lui permettre de réintégrer le cinq majeur, Nicolas Batum se décalerait alors à l'aile. S'il a cette chance, l'arrière valencian devra se montrer plus efficace. Il en a pleinement conscience. "Je n'ai pas autant d'opportunités qu'en club, c'est pour ça qu'on voit un peu la différence, explique-t-il. Le jour où je devrais prendre mes responsabilités, je le ferai. Pour l'instant, on a un cinq majeur qui tourne très bien. Mais dès qu'on me demande de faire quelque chose, je le fais. L'équipe de France, ça ne dure pas une année donc il faut s'adapter, et vite. Sur le terrain, j'essaie toujours de donner le maximum." Face aux Lituaniens, voire contre les Espagnols deux jours plus tard si Mickaël Gelabale n'est toujours pas apte - et c'est fort probable -, son adresse ne serait pas de trop. Une opportunité pour lui de montrer ce qu'il sait faire ? Pas vraiment. "Je pense avoir montré que je savais faire quelque chose, assure-t-il. Ma difficulté, c'est que je peux parfois entrer très vite dans un match ou alors rester très longtemps sur le banc. Ce n'est pas forcément facile de jouer comme ça mais il faut faire avec. Je ne réclame rien. Vincent connait mes qualités, il connait mon jeu. Ce n'est pas en équipe de France que l'on a quelque chose à prouver. Quand je devrai prendre mes responsabilités, je jouerai mon jeu." Le moment est sans doute venu. Andrew Albicy, qui a eu peu de temps de jeu lors des dernières rencontres, est dans le même cas.