De Clercq frustre Scarponi

  • A
  • A
De Clercq frustre Scarponi
Partagez sur :

La première étape de montagne du Giro 2011 n'a pas permis d'en savoir plus sur l'état de forme des favoris de l'épreuve. Alors que Bart De Clercq est parti seul à cinq kilomètres de l'arrivée dans l'ascension finale du Montevegine di Mercogliano, les leaders sont en effet restés à l'abri, permettant au jeune Belge de s'imposer de justesse devant Michele Scarponi et Roman Kreuziger. Weening est toujours en rose.

La première étape de montagne du Giro 2011 n'a pas permis d'en savoir plus sur l'état de forme des favoris de l'épreuve. Alors que Bart De Clercq est parti seul à cinq kilomètres de l'arrivée dans l'ascension finale du Montevegine di Mercogliano, les leaders sont en effet restés à l'abri, permettant au jeune Belge de s'imposer de justesse devant Michele Scarponi et Roman Kreuziger. Weening est toujours en rose. Cité parmi les favoris de cette 94e édition du Giro, Michele Scarponi, vainqueur de trois étapes lors des deux dernières éditions et quatrième du général l'an dernier, connaît une première semaine plutôt frustrante sur les routes transalpines. Huitième mercredi de l'étape des "Strade Bianche", le leader de la Lampre a connu une nouvelle désillusion vendredi en terminant deuxième de la 7e levée. S'il a produit un effort terrible dans les derniers hectomètres de l'ascension finale, le grimpeur de 31 ans a échoué d'un souffle derrière Bart De Clercq, qui avait eu raison de tenter sa chance en solitaire quelques kilomètres plus tôt. Après un long transfert de 400 km, effectué par la route en raison de l'irruption de l'Etna, que les coureurs doivent a priori escalader dimanche, les coureurs avaient donc rendez-vous ce vendredi avec une première étape de montagne courte (110 km), mais avec deux cols du massif des Apennins classés en deuxième catégorie au programme: la Serra della Strade à une soixantaine de kilomètres de l'arrivée et une ascension finale de 18 km, le Montevegine di Mercogliano. L'Etna dimanche Partis après seulement une quinzaine de kilomètres de course, l'échappée du jour, composée de cinq hommes, Matteo Montaguti (AG2R La Mondiale), Federico Canuti (Colnago), Lars Bak (HTC Highroad), ainsi que le champion d'Italie Giovanni Visconti (Farnese Vini) et le Français Jérôme Pineau (Quick-Step), ne parvient à prendre que trois minutes d'avance au maximum. Suffisant toutefois pour atteindre détaché le sommet de la première difficulté. Rejoints sur le plat par le Néerlandais Johnny Hoogerland (Vacansoleil), les hommes de tête sont toutefois repris au pied de l'ascension finale. Une montée de 18 km plutôt roulants que les coureurs entament groupés avant que Bart de Clercq ne parvienne à s'extirper du peloton à cinq kilomètres de la ligne. Le Vénézuélien Carlos José Ochoa (Androni) tente un contre, mais il est rapidement repris par le peloton, qui se décide enfin à réagir sous l'impulsion du Polonais de la Lampre Przemyslaw Niemiec, qui travaille pour son leader, Michele Scarponi. Mais il était déjà trop tard et le Belge, pas encore 25 ans, remporte ainsi devant Scarponi et Kreuziger le plus beau succès de sa carrière, pour sa première participation au Giro, rendant ainsi hommage à son compatriote Wouter Weylandt, disparu lundi. Scarponi pouvait s'en vouloir d'avoir produit son effort peut-être un peu tard, mais il pourra se rattraper dès dimanche avec l'un des grands rendez-vous de ce Giro, l'ascension de l'Etna.