De belles promesses

  • A
  • A
De belles promesses
Partagez sur :

Pour son premier tournoi de préparation à l'Euro 2011 (18 juin-3 juillet), disputé ce week-end dans l'Ain, l'équipe de France féminine s'est rassurée en remportant ses trois matches contre la Belgique (84-59), Israël (76-40) et la Grèce (79-62). Une étape qui a permis au sélectionneur Pierre Vincent de dessiner les contours définitifs du groupe qu'il emmènera en Pologne.

Pour son premier tournoi de préparation à l'Euro 2011 (18 juin-3 juillet), disputé ce week-end dans l'Ain, l'équipe de France féminine s'est rassurée en remportant ses trois matches contre la Belgique (84-59), Israël (76-40) et la Grèce (79-62). Une étape qui a permis au sélectionneur Pierre Vincent de dessiner les contours définitifs du groupe de douze joueuses qu'il emmènera en Pologne. Les Bleues sont désormais "en mode" Euro 2011. Composé de seize joueuses vendredi dernier, à l'aube du tournoi international de l'Ain - la première étape sérieuse dans la préparation ultra-light de l'équipe de France féminine - le groupe tricolore ne comporte plus que douze éléments ce dimanche, à trois semaines presque jour pour jour de l'entrée en lice des "Braqueuses" au premier tour du championnat d'Europe, contre la Croatie le 18 juin prochain à Katowice. "Il était important pour nous de rapidement se mettre dans la configuration de la compétition afin que chaque joueuse puisse trouver sa place au sein de ce groupe et qu'une hiérarchie se mette en place, explique Pierre Vincent dans un communiqué de la FFBB. Même si nous avons encore pas mal de travail à accomplir, après nos trois premiers matches de préparation disputés ce week-end dans l'Ain, nous pouvons dire que nous sommes sur la bonne voie." C'est même mieux que ça. Car les partenaires de Céline Dumerc ont survolé les débats ce week-end. C'est d'abord la Belgique qui en a fait les frais, vendredi à Bellegarde où les championnes d'Europe en titre, réunies au complet à peine une semaine plus tôt à Divonne-les-Bains, ont pris leurs premiers repères ensemble avec une aisance déconcertante (84-59). "On a assez bien commencé, avait d'ailleurs constaté Endene Miyem sur le site de la fédération française de basket-ball. Mais il faut encore qu'on se règle parce qu'on a vu qu'en défense, il y avait deux ou trois situations où on n'était pas bien synchro. Il faut qu'on communique plus." Gruda: "Ça n'a pas toujours été parfait mais c'est normal" Quelques lacunes observées également par Pierre Vincent. "On a eu des problèmes de cohérence défensive sur les pick-and-roll, en particulier des joueuses comme Edwige (Lawson-Wade), qui ne sont pas habituées à nos manières de fonctionner, analysait-il. Et le deuxième point que j'ai noté, c'est le manque d'adaptabilité de nos joueuses: quand un adversaire score d'une façon, on ne peut pas le laisser scorer deux, trois ou quatre fois de la même manière. Il faut intervenir avant et là, on ne s'est pas ajusté." Des soucis que le match contre Israël, remporté là aussi la main samedi soir à Bourg-en-Bresse (76-40), a permis de gommer en partie. Mais, et c'est logique, tout n'a pas été parfait. Même Sandrine Gruda, qui a pourtant signé un match plein à l'intérieur avec 20 points et 10 rebonds, a trouvé à redire: "On apprend à appliquer les systèmes ensemble, à trouver le bon rythme et les bons automatismes. Il faut bien comprendre que là, on n'est pas au championnat d'Europe. C'est la première fois qu'on a dû attaquer la zone. Voilà, on s'affine. Ça n'a pas toujours été parfait mais c'est le déroulement normal de l'apprentissage." Une leçon que les Bleues assimilent bien puisqu'elles ont, ce dimanche, terminé ce premier tournoi amical par un carton face à la Grèce (79-62). Pour l'instant donc, tout se présente bien.