De beaux Espoirs

  • A
  • A
De beaux Espoirs
Partagez sur :

Sur le chemin de sa future campagne éliminatoire à l'Euro 2013, l'équipe de France Espoirs a offert mardi, à Châteauroux, pour la première sortie de sa nouvelle génération un séduisant succès (3-1) aux spectateurs du stade Gaston-Petit. Une performance que le jeune Rennais Abdul Camara aura marquée, au même titre que le capitaine Sébastien Corchia, auteur d'un doublé.

Sur le chemin de sa future campagne éliminatoire à l'Euro 2013, l'équipe de France Espoirs a offert mardi, à Châteauroux, pour la première sortie de sa nouvelle génération un séduisant succès (3-1) aux spectateurs du stade Gaston-Petit. Une performance que le jeune Rennais Abdul Camara aura marquée, au même titre que le capitaine Sébastien Corchia, auteur d'un doublé. Plus d'informations à venir... Intenable Camara On attend un nouvel élan de la part de ces Espoirs... En bon capitaine, Sébastien Corchia montre la voie, le premier à s'illustrer et à menacer le portier slovaque. Un coup-franc aux vingt mètres contré dans un premier temps par le mur et une reprise instantanée sur le renvoi, qui s'en va frôler le poteau (13e). Au sein du 4-3-3 que Mombaerts a substitué à son habituel 4-2-3-1, le Rennais Abdul Camara, loin d'être intimidé pour ses débuts, se met déjà en évidence sur son flanc gauche. Visiblement inspiré par cette pelouse du Stade Gaston-Petit, où il a déjà inscrit son premier but professionnel avec Vannes, le protégé de Frédéric Antonetti signe cette première sélection d'un premier but en bleu après ce bon débordement du néo-Lisboète, Lionel Carole, et cette excellente remise de Loïc Rivière sur laquelle Camara décoche une superbe frappe à l'entrée de la surface. Le poteau est rentrant et l'équipe de France déjà bien lancée (1-0, 22e). D'autant plus qu'elle bénéficie dans la foulée d'une supériorité numérique suite à l'expulsion quelque peu sévère de Marek Hlinka pour une charge peu évidente sur le Boulonnais Vincent Pajot, qui partait seul au but (25e). Une heure à dix contre onze, l'affaire s'annonce compliquée pour les visiteurs, qui atteignent pourtant la pause sans plus de casse. La reprise sanctionne pourtant à deux reprises cette équipe slovaque sur un doublé du capitaine Corchia décidément toujours le plus prompt. Sur un beau mouvement collectif, amorcé encore une fois par Camara, le Manceau, à l'affût aux trente mètres, place un missile imparable pour le gardien, il est vrai masqué (2-0, 47e). Trois minutes plus tard et l'intenable Camara s'infiltre entre deux défenseurs, qui n'ont d'autre solution que de provoquer le penalty. Rivière s'y colle, mais c'est Corchia, qui convertit le ballon repoussé par Bajza (3-0, 50e). La messe est dite et Mombaerts peut coacher à sa guise au cours d'une fin de match, marquée par quelques rares alertes sur le but du Messin Delle, mais surtout encore par de nombreuses opportunités d'aggraver le score. En vain... Le but slovaque, concédé sur une stupide perte de balle dans les arrêts de jeu (3-1, 90e+1), permettra de garder tout ce petit monde en alerte en vue d'un prochain rendez-vous autrement plus relevé face à l'Espagne le 24 mars, à Reims.