Davydenko refait le coup

  • A
  • A
Davydenko refait le coup
Partagez sur :

Vainqueur l'an dernier à Doha grâce à une victoire en finale sur Rafael Nadal, Nikolay Davydenko a encore battu l'Espagnol au Qatar ce vendredi. Rapide et précis comme à ses plus belles heures, le Russe a expédié le n°1 mondial, affaibli par un virus, en deux petits sets (6-3, 6-2). Le tenant du titre tentera samedi de conserver sa couronne face à Roger Federer, tombeur de Jo-Wilfried Tsonga (6-3, 7-6), qu'il avait aussi dominé ici-même en 2010.

Vainqueur l'an dernier à Doha grâce à une victoire en finale sur Rafael Nadal, Nikolay Davydenko a encore battu l'Espagnol au Qatar ce vendredi. Rapide et précis comme à ses plus belles heures, le Russe a expédié le n°1 mondial, affaibli par un virus, en deux petits sets (6-3, 6-2). Le tenant du titre tentera samedi de conserver sa couronne face à Roger Federer, tombeur de Jo-Wilfried Tsonga (6-3, 7-6), qu'il avait aussi dominé ici-même en 2010. Nikolay Davydenko est l'un des seuls joueurs du circuit à aimer faire face à Rafael Nadal sur un court de tennis. Avant de croiser l'Espagnol pour la dixième fois de sa carrière vendredi à Doha, le Russe menait 5 à 4 dans leurs confrontations. Son ratio victoires-défaites est encore meilleur à l'issue de la deuxième demi-finale du tournoi qatari qu'il a survolée en moins d'une heure et demie. Contre un Nadal affaibli par un virus, dont on a d'ailleurs cru qu'il jetterait l'éponge dans le deuxième manche, le lance-missiles de Severodonezk a bombardé le n°1 mondial pendant deux sets pour lui infliger une petite correction (6-3, 6-2) à nuancer en raison des maux du Majorquin, a priori des symptômes grippaux. Remake de la finale 2010, remportée par le Russe alors en pleine bourre, cette belle affiche n'a donc pas tenu ses promesses, ou alors seulement au début. Auteur du break dès le troisième jeu, Nadal semblait alors en pleine possession de ses moyens. Mais après avoir pris cet avantage, le gaucher de Manacor a sévèrement calé au point de n'inscrire qu'un des onze jeux suivants. L'intervention express du médecin de l'ATP au milieu de la seconde manche n'y a rien fait, si ce n'est de voir à la mine déconfite de l'Espagnol qu'il n'était plus en état de lutter. Le "doublé" Nadal-Federer comme l'an dernier ? Mais à 0-5, au courage, il réussissait d'abord à éviter de se prendre une roue de bicyclette quand Davydenko servait pour le gain du match. Face à un adversaire soudainement beaucoup moins efficace, l'Espagnol se procurait même quatre occasions de se rapprocher à 3-5. Mais cette alerte sonnait le réveil du 22e joueur mondial qui parvenait enfin à conclure sur sa troisième balle de match. La résistance assez héroïque de Nadal, alors que de nombreux joueurs à sa place auraient écourté les souffrances, ne fut néanmoins pas suffisante pour réaliser un miracle. 2011 ne débutera donc pas comme s'était achevée 2010, sur une finale Federer-Nadal, à l'occasion du Masters de Londres. Mais Davydenko voit se présenter devant lui une occasion rêvée de rééditer son exploit de l'année dernière quand il avait battu coup sur coup Nadal et Federer à Doha. Cetet fois-ci, l'ordre est inversé. Pas sûr que cela ne perturbe plus que cela l'ancien top ten.