Davies, le trompe-la-mort

  • A
  • A
Davies, le trompe-la-mort
Partagez sur :

Déjà victime d'un très grave accident de la route en octobre 2009, Charlie Davies, l'attaquant de Sochaux, a été contrôlé à plus de 200 km/h dans la nuit de samedi à dimanche dernier, au volant d'un 4x4 puissant à proximité de Dole dans le Jura. Si le club franc-comtois ne goûte guère cette attitude irresponsable, il ne prendra pas de sanction contre l'international américain.

Déjà victime d'un très grave accident de la route en octobre 2009, Charlie Davies, l'attaquant de Sochaux, a été contrôlé à plus de 200 km/h dans la nuit de samedi à dimanche dernier, au volant d'un 4x4 puissant à proximité de Dole dans le Jura. Si le club franc-comtois ne goûte guère cette attitude irresponsable, il ne prendra pas de sanction contre l'international américain. Frôler la mort ne semble pas être une raison suffisante pour observer un comportement responsable au volant. Le 13 octobre dernier, Charlie Davies était victime, entre deux matches des Etats-Unis, d'un dramatique accident de la circulation près de Washington. La passagère avant du véhicule, littéralement coupé en deux dans un choc avec un pylône, y perdra la vie. L'attaquant de Sochaux, assis à l'arrière de la voiture, sera lui grièvement blessé, contraint de mettre sa carrière entre parenthèses et de renoncer à ses rêves de Coupe du monde avec les Etats-Unis. Un an quasiment jour pour jour après ce tragique événement, l'international américain, cette fois-ci installé au volant d'une Audi Q7, a été flashé à 201 km/h dans la nuit du 3 au 4 octobre sur l'A36, au niveau de Dole ! Irresponsable semble être un adjectif trop faible pour qualifier l'attitude d'un homme qui a pourtant failli laisser sa vie dans un accident de voiture. Cinq heures d'opérations avaient été nécessaires pour stabiliser son état et soigner, entre autres, une perforation de la vessie, des fractures à la jambe droite, une fracture et une luxation du coude gauche ou encore des fractures du nez, du front et de la pommette... Des blessures dont ne s'est pas encore totalement relevé le Sochalien, contraint de se contenter depuis le début de la saison de quelques apparitions avec le club franc-comtois, où on condamne cet écart de conduite. "Ce n'est pas malin du tout de rouler à une telle vitesse, le club ne peut évidemment pas le cautionner, ni le comprendre", a indiqué samedi un cadre du club à Reuters, qui a confirmé cette information donnée par Le Progrès. S'il s'est vu évidemment retirer son permis sur le champ, Davies ne sera pas pour autant sanctionné par son club. "Ce n'est pas arrivé dans le cadre de son travail. Donc, pas de raison de le suspendre ou de lui infliger une amende. Ce qui est très dommage, c'est qu'il ne semble pas avoir retenu les leçons de ce qui lui est arrivé."