David: "Je rêve de l'or"

  • A
  • A
David: "Je rêve de l'or"
@ Reuters
Partagez sur :

JO 2010 - Numéro un mondiale, la Française est la favorite de l'épreuve de skicross.

JO 2010 - Numéro un mondiale, la Française est la favorite de l'épreuve de skicross. Affublés de la pancarte de favori, Pierre Vaultier en snowboardcross ou encore Guilbaut Colas en bosses sont passés au travers. Ophélie David, n°1 mondiale de skicross depuis 2004, championne du monde en 2007, victorieuse des X-Games ces quatre dernières années, rêve d'un autre destin à Vancouver. "Voir un favori ne pas gagner, cela m'attriste. Mais tous ne se sont pas fait sortir. Les Américains Shaun White en half-pipe et Lindsey Vonn en ski alpin, le Canadien Alexandre Bilodeau en bosses ou encore le Français Jason Lamy-Chappuis (en combiné nordique) ont bien su répondre présent", rappelle-t-elle. "Dans la vie, il vaut mieux faire envie que pitié, non ? Alors j'assume. Et je rêve en XL: oui, je rêve de l'or même si je risque de ne pas en mener large, le jour J." Depuis l'annonce de l'intégration au programme olympique de ce sport longtemps considéré à la marge, la championne de l'Alpe d'Huez a fait de ce 23 février 2010 le rendez-vous d'une carrière déjà très riche, commencée notamment en slalom pour la Hongrie, patrie de son père exilé en France pour continuer sa carrière de basketteur, dont elle a défendu les couleurs lors des JO de Lillehammer en 1994. "Je suis absolument ravie et d'autant plus fière que j'ai la chance de pouvoir prétendre aller chercher une médaille. C'est vraiment super de se dire que je vais peut-être entrer dans l'Histoire. C'est un chouette défi, c'est grisant, c'est un beau challenge", expliquait en début de saison la Française qui aura pour principales adversaires la Suédoise Anna Holmlund, les Canadiennes Kelsey Serwa et Ashleigh McIvor ou encore la Norvégienne Marte Hoeie Gjefsen, toutes victorieuses d'au moins une étape de la Coupe du monde cette saison. A 33 ans, Ophélie David n'est pas de nature à se laisser submerger par l'événement, même si elle avoue avoir ressenti "quelques petites boules dans le ventre" en regardant le snowboardcross depuis Red Mountain (à une heure de vol de Vancouver) où elle se préparait loin de l'agitation du village olympique. Une pointe d'excitation et une motivation toute particulière à l'heure de clamer ses ambitions : offrir la médaille d'or à Lilou, sa fille de 10 ans, arrivée à Vancouver samedi au côté de son papa, Philippe. "Depuis huit ans que je suis par monts et par vaux pour le skicross, ma fille a une maman à mi-temps", avoue-t-elle. "Dans l'histoire, c'est elle qui fait des sacrifices. Donc s'il y a vraiment quelqu'un qui mérite cette médaille d'or, c'est bien elle", ajoute celle qui pointe en tête de la Coupe du monde.