Daunay veut croquer la Grosse Pomme

  • A
  • A
Daunay veut croquer la Grosse Pomme
Partagez sur :

Le marathon de New-York, épreuve mythique des courses de fond, a lieu dimanche. Parmi les dizaines de milliers de participants, la Française Christelle Daunay, troisième l'année dernière dans les rues de la Grosse Pomme, n'aura qu'un objectif au moment de s'élancer: la victoire. Avec de sérieux arguments à faire valoir.

Le marathon de New-York, épreuve mythique des courses de fond, a lieu dimanche. Parmi les dizaines de milliers de participants, la Française Christelle Daunay, troisième l'année dernière dans les rues de la Grosse Pomme, n'aura qu'un objectif au moment de s'élancer: la victoire. Avec de sérieux arguments à faire valoir. Troisième à New-York en 2009, deuxième à Paris en 2010... La suite logique est toute trouvée pour Christelle Daunay, à l'aube de s'élancer dans les rues de la Ville qui ne dort jamais pour l'édition 2010 de son mythique marathon. La native du Mans le clame haut et fort: elle va aux Etats-Unis pour s'imposer. Un objectif ambitieux et annoncé de façon bien péremptoire pour une athlète habituellement discrète et tempérée. La raison de cet élan de confiance est simple: la préparation pour ce rendez-vous américain a été idéale pour la licenciée du SCO Sainte-Marguerite-Marseille. "Contrairement au dernier marathon de Paris, j'ai pu bénéficier de conditions météo idéales avec un bel été et un début de mois d'octobre clément, explique Daunay dans un entretien accordé au site officiel de la Fédération française d'athlétisme. Je ne peux pas donner l'excuse du verglas comme au mois de mars. Pareil au niveau de l'entraînement, il n'y a rien à redire. Je n'ai pas connu de pépins et je suis arrivée à Reims en pleine forme, ce que j'ai, je crois, démontré." "C'est un beau plateau" En terre champenoise, le 17 octobre dernier, la fondeuse s'était en effet emparée du record de France du semi-marathon en 1h08'34", battant au passage lors de cette course les records des 15 et 20 kilomètres, et améliorant de presque une minute la marque précédente, détenue depuis quatorze ans par Nadia Prasad. Confiante, donc, Christelle Daunay sait ce qu'elle vaut: "Je sais que mon chrono me place dans le paquet des meilleures filles. Nous avons toutes réalisé à peu près les mêmes temps sur semi cette saison." Une ambition qui ne l'aveugle cependant pas, bien consciente que la tâche qui s'annonce outre-Atlantique sera des plus ardues: "Cela reste un marathon avec beaucoup d'athlètes de très haut niveau, et aussi avec tous les aléas de la course, des conditions météo, des sensations à gérer. On est une petite dizaine à avoir le même objectif. Je sais que ma tâche sera très compliquée. C'est un beau plateau. Mais avec mon chrono de Reims, je peux avoir des prétentions." Comme celle de devenir la première Française à franchir la ligne d'arrivée en vainqueur. En toute simplicité.