Dassier: "Il n'y a pas de fronde"

  • A
  • A
Dassier: "Il n'y a pas de fronde"
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le président de l'OM dément tout "complot" contre la LFP.

LIGUE 1 - Le président de l'OM dément tout "complot" contre la LFP. "Il n'y a pas de fronde, pas de complot. Cela est complètement ridicule et excessif". Le président de l'Olympique de Marseille, Jean-Claude Dassier, a démenti, sur l'antenne d'Europe 1 Sport vendredi, les rumeurs faisant état d'une fronde des dirigeants des grands clubs de Ligue 1 contre la Ligue de football professionnel (LFP) et son président Frédéric Thiriez. S'il a confirmé qu'il avait bien participé à une réunion, mercredi à Paris, en compagnie de Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais, Nicolas de Tavernost, propriétaire des Girondins de Bordeaux, et Robin Leproux, président du PSG, comme révélé par le quotidien L'Equipe, le président marseillais a tenu à minimiser l'importance de ce rendez-vous. "Il n'y a pas eu de réunion "fameuse". C'est la troisième [de ce genre], il y en aura d'autres. Cela n'avait aucun intérêt particulier", a déclaré Jean-Claude Dassier, "on a le droit de se voir entre nous autour d'une bonne table." Ecoutez la réaction de Jean-Claude Dassier sur Europe 1: Jean-Claude Dassier assure par ailleurs que la LFP et son président Frédéric Thiriez, au centre de la polémique depuis quelques jours, n'ont pas été les invités privilégiés des discussions entre les quatre dirigeants. "On s'est rencontré pour parler de nos problèmes commun, pas de la Ligue en tant que telle, en tous cas pas de Frédéric Thiriez", a souligné le président de l'OM. Si ce dernier n'a rien divulgué de la teneur des échanges, L'Equipe avance elle plusieurs sujets susceptibles d'avoir été abordés au chapitre desquels on retrouve évidemment la gestion maladroite du calendrier. Le retour à une formule à 18 équipes en championnat, la protection des clubs français en coupe d'Europe, et notamment en Ligue des champions, la répartition des droits télé et le déficit de représentation des clubs dans les conseils d'administration et assemblées générales du football national auraient également été au coeur des débats selon le quotidien français. "On considère que comme on n'est pas au conseil d'administration de la ligue, il n'est pas anormal qu'on se voit dans un autre cadre", a conclu Jean-Claude Dassier.