Dallas fait le coup de la panne

  • A
  • A
Dallas fait le coup de la panne
Partagez sur :

Dominateurs et tranquillement partis pour une nouvelle victoire, les Mavs se sont effondrés dans la dernière minute encaissant un 8-0 fatal, les Hornets l'emportant sur le fil après trois lancers de Jarrett Jack. Si les Celtics ont également été piégés par les Clippers 103-108, les Spurs et les Bulls l'ont, eux, emporté. Enfin, Kevin Love est entré dans l'histoire de la Ligue...

Dominateurs et tranquillement partis pour une nouvelle victoire, les Mavs se sont effondrés dans la dernière minute encaissant un 8-0 fatal, les Hornets l'emportant sur le fil après trois lancers de Jarrett Jack. Si les Celtics ont également été piégés par les Clippers 103-108, les Spurs et les Bulls l'ont, eux, emporté. Enfin, Kevin Love est entré dans l'histoire de la Ligue... Le match de la nuit Chris Paul peut prendre son temps. Sur le flanc depuis le début de semaine et une commotion cérébrale ramenée de Cleveland, la star des Hornets peut en effet compter sur sa doublure pour faire le travail. A son avantage face aux Bulls, lundi, Jarrett Jack a fait oublier CP3 en se montrant doublement décisif dans la victoire de prestige décrochée face aux Mavs. Non content de terminer meilleur marqueur des siens avec 21 points à 8 sur 19 aux tirs, 7 passes et 6 rebonds, l'ancien Pacer a en effet inscrit les trois lancers synonymes de victoire à huit secondes de la fin. Et le héros de la soirée peut bien remercier le corps arbitral, la faute de Jason Kidd sur sa tentative de tir primé prêtant à discussion... "J'ai vu que Kidd avait réduit l'espace en défense. Aussi, je me suis glissé sous ses bras et j'ai déclenché mon tir. Les arbitres ont sifflé et il n'y avait plus qu'à enquiller les lancers." expliquait d'ailleurs Jack à l'issue de la rencontre. Mais bien plus que cette faute coupable, c'est bien plus la gestion catastrophique des 73 dernières secondes que pouvaient regretter les Mavs. Nantis de sept longueurs d'avance après un dernier lancer-franc de Dirk Nowitzki, jusque-là impeccable avec ses 26 points à 10 sur 18 aux tirs, les Texans se sont en effet effondrés au cours de la dernière minute. Aux abonnés absents au rebond, les hommes de Rick Carlisle ont ainsi enchaîné trois échecs aux tirs, deux lancer-francs manqués et une perte de balle malvenue. De quoi évidemment aviver les regrets. Ainsi Tyson Chandler, par ailleurs auteur de 16 points et 13 rebonds, de l'avoir mauvaise à l'issue de la rencontre. "On s'est précipité et on a enchaîné les mauvais choix. Il y a vraiment de quoi être frustré car on avait le match en main. On avait vraiment fait du bon travail en défense et on méritait cette victoire"., regrettait-il. A croire que les Mavs sont maudits dès qu'ils arrivent à La Nouvelle-Orleans. Les Texans restent en effet sur huit défaites de rang en Louisiane, la précédente, en novembre, ayant également été concédée dans les mêmes conditions... Jose Barea et Jason Terry ont eu beau sortir du banc pour ajouter 12 et 10 points, les Hornets avaient du répondant avec Marco Belinelli et Carl Landry, impeccables dans leurs costumes de remplaçants avec 21 et 15 points ! Les Français de la nuit Soirée doublement difficile pour Rodrigue Beaubois. En plus de la défaite, le jeune Français repart en effet de La Nouvelle-Orleans avec une prestation quelconque, ses 9 points à 4 sur 10 en 13 minutes restant dans la lignée de ses dernières sorties avec Dallas. A l'inverse, son voisin de San Antonio a été bien plus à son aise. A tel point que Tony Parker a été le premier artisan de la victoire des Spurs face aux Pistons. Fort d'un très réussi 11 sur 15 aux tirs, le meneur texan a en effet terminé avec 23 points et 7 passes en 33 minutes, conduisant ses Spurs à une facile victoire 111-104 en enchaînant tir primé et layup pour faire la différence en toute fin de match. Victoire et performance individuelle également au rendez-vous pour la dernière star tricolore de sortie puisque tandis que les Bulls enchaînaient un troisième succès de rang à Charlotte, l'emportant tranquillement 84-101 après un final réussi, Joakim Noah montrait le bon exemple en signant un nouveau double-double avec 12 points à 6 sur 10 aux tirs, 13 rebonds, 3 passes et 2 contres. En face, Boris Diaw a été moins en vue avec 10 points à 4 sur 11, 4 passes et 2 rebonds. Enfin, chez les figurants tricolores, la palme du jour revient à Ronny Turiaf. Si les Knicks l'ont emporté sur le fil chez les Grizzlies 108-110, le Martiniquais n'a pourtant signé que 2 rebonds et 1 contre en 11 minutes, manquant son seul tir tenté. Mais au moins a-t-il joué. A contrario, ni Johan Petro, ni Alexis Ajinça, tout juste revenus de Londres, n'ont eu voix au chapitre. Boudé par son entraîneur, le premier a donc suivi du banc la troisième victoire consécutive des Nets, New Jersey enchaînant face aux Warriors 94-90. Quand au Stéphanois, une douleur au genou l'a contraint à être spectateur pour la venue des Jazz, Toronto n'échappant pas à une nouvelle défaite 94-96. Les chiffres de la nuit 52. Kevin Love est entré de plain-pied dans l'histoire de la NBA. Fort de ses 16 points et 21 rebonds face aux Pacers, l'intérieur des Wolves a en effet décroché un 52e double-double consécutif, une performance jamais vue depuis la fusion NBA-ABA en 1976. Après avoir dépossédé Moses Malone de son record historique, Love peut continuer à remonter le temps et désormais s'attaquer aux 55 double-doubles consécutifs d'Elvin Hayes postés en 1974. Ils sont en effet huit joueurs, dont Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar ou Elgin Baylor, à avoir fait mieux avant la fusion entre les deux Ligues. Et si Kevin Love n'a pas ménagé le suspense, signant son double-double avant même la pause, le pivot all-star a en revanche longtemps été incertain en raison d'une douleur au genou. "Je n'étais pas sûr d'être capable de tenir mon rôle, mais je pense avoir fait le bon choix. Plus encore pour la victoire que pour le record." pouvait finasser le héros de la soirée. Pour saluer sa performance, les Wolves ont en effet étrillé des Pacers à la dérive, l'emportant 101-75. 14. Les Spurs n'ont pas mis longtemps à digérer la fessée reçue, dimanche, des mains des Lakers. Profitant de la visite des Pistons, les Texans ont en effet renoué avec la victoire, l'emportant 111-104 après avoir fait la différence dès le premier quart grâce à 40 points inscrits sur la période. Un succès d'autant plus marquant qu'il permet aux Spurs de décrocher, déjà, leur billet pour les playoffs ! A 17 matches de la fin de la saison régulière, San Antonio a ainsi assuré une 14e participation consécutive aux playoffs, série en cours. Aucune autre équipe ne fait mieux.