Dallas, c'est fou !

  • A
  • A
Dallas, c'est fou !
Partagez sur :

Ces Mavericks sont décidément renversants. Comme face au Thunder lors des finales de la conférence Ouest, les Texans ont en effet fait fi des 15 points de débours accusés au coeur du dernier quart pour finalement remporter sur le fil la deuxième manche de leurs finales NBA face au Heat, s'imposant 95-93 grâce à l'inévitable Dirk Nowitzki et égalisant ainsi à 1-1 avant de disputer les trois prochains matches dans le Texas.

Ces Mavericks sont décidément renversants. Comme face au Thunder lors des finales de la conférence Ouest, les Texans ont en effet fait fi des 15 points de débours accusés au coeur du dernier quart pour finalement remporter sur le fil la deuxième manche de leurs finales NBA face au Heat, s'imposant 95-93 grâce à l'inévitable Dirk Nowitzki et égalisant ainsi à 1-1 avant de disputer les trois prochains matches dans le Texas. Il flottait comme un parfum de déjà vu, ce jeudi, à l'issue du match 2 des finales NBA entre Miami et Dallas. Avec au choix, des relents de match 3 des finales 2006 ou de match 4 des dernières finales de la conférence Ouest. Comme il y a dix jours en Oklahoma, les Mavs l'ont en effet emporté après avoir pourtant accusé jusqu'à 15 longueurs de débours. Et cette fois, les hommes de Rick Carlisle n'ont même pas eu besoin d'en passer par une prolongation pour parachever un renversement qui pourrait évidemment laisser des traces dans ces Finals 2011. Comme il y a cinq ans, lorsque les Mavericks, qui menaient alors 2-0 face à ce même Heat, avaient laissé échapper le match 3 de la série après avoir pourtant compté 13 points d'avance à six minutes de la fin. Sans jamais pouvoir s'en relever... "Cette défaite nous avait fait particulièrement mal mais on en est encore qu'au début de la série, devait bien rappeler Dirk Nowitzki à l'issue de la série, on voulait repartir d'ici avec une victoire et on peut être fier de nous. On a resserré la défense en les pressant tout terrain et en contestant tous leurs tirs.On a vraiment fait du bon travail." Certains plus que d'autres. Car pour ceux qui s'inquiétaient de sa blessure à l'index de la main gauche contractée, mardi, dans les dernières minutes du premier match, l'Allemand aura eu vite fait de les rassurer. "Ce n'est pas sa main qui tire qui a été touchée. Il n'y pas de souci à se faire pour lui. Il continuera à nous faire du Dirk jusqu'au bout", avait d'ailleurs prévenu LeBron James. Le temps de s'habituer à l'attelle qui protège désormais son doigt blessé et d'abandonner quelques tirs en route et l'ancien MVP a en effet été égal à lui-même, terminant avec 24 points et 11 rebonds au compteur. Et plus encore que ce nouveau double-double, Nowitzki aura été le premier bourreau des Floridiens grâce à deux layups inscrits au cours de l'ultime minute de la rencontre. Le premier pour permettre aux siens d'égaliser à 90-90 à peine cinq minutes après avoir été comptés à -15 et le second, de la main... gauche, à trois secondes de la fin pour sceller la victoire des Texans. Un 22-5 pour finir De quoi lui valoir les félicitations de ses coéquipiers. "C'est toujours rassurant de voir la balle de match entre les mains de Dirk", assurait ainsi un Shawn Marion pourtant lui aussi à son avantage avec 20 points et 8 rebonds. Et aussi lui permettre de voler la vedette à un Dwyane Wade particulièrement inspiré. Car si la star floridienne a manqué, à la sirène, un hypothétique panier de la victoire - un trois points pris dans la course par faute d'un dernier temps-mort, Wade n'a cette fois pas attendu la dernière ligne droite pour prendre le match à son compte, signant une prestation dans la lignée de celles qui lui avaient valu le titre de MVP des Finals. Mais à cause de ces cinq dernières minutes bafouillées, ses 36 points à 13 sur 20 seront restés vains. Et ce d'autant plus que si Wade a été à son aise, ses deux compères du Big Three n'ont pas connu la même productivité. LeBron James a certes compilé 20 points et 8 rebonds, mais Chris Bosh a ainsi été bien moins en réussite avec seulement 12 points et un modeste 4 sur 16 aux tirs. Ce qui n'a certes pas empêché le Heat de se détacher à l'entame de la dernière ligne droite sur un 13-0 en trois minutes (88-73). Et ce après avoir déjà terminé le deuxième acte sur un 9-0 pour recoller alors à des invités qui tentaient de prendre leurs aises (53-53). Mais en terme de série le 22-5 final des Mavs aura donc eu le dernier mot. "Le match 2 n'aura rien à voir avec la rencontre de mardi, avait prévenu Erik Spoelstra, l'entraîneur de Miami, les deux équipes se seront ajustées et la physionomie du match devrait être bien différente." Force est de reconnaître que le jeune coach floridien avait vu juste. Deux jours après avoir ajouté leurs noms dans les manuels d'histoire de la Ligue pour le plus petit total de points inscrits lors d'un premier quart-temps d'un match de Finals NBA, Heat et Mavs avaient notamment affiché d'entrée, ce jeudi, de bien meilleures intentions offensives à l'occasion de cette deuxième manche. Avec respectivement 57 et 52 % de réussite collective dans le premier quart, le 28% rendu de concert, mardi, n'était plus qu'un mauvais souvenir. Mais il a suffi que la défense texane resserre la garde dans le money-time pour que les Floridiens voient s'envoler un succès qui leur semblait promis.