Dallas à l'ancienne

  • A
  • A
Dallas à l'ancienne
Partagez sur :

Sous la menace d'une nouvelle déconvenue en playoffs, la faute à des Blazers plein d'ambitions à l'heure d'attaquer cette série du premier tour, les Mavs ont enchaîné, ce mardi, avec un deuxième succès en deux matches, l'emportant 101-89 après avoir scellé leur victoire dans le dernier quart grâce à l'inévitable Dirk Nowitzki. Mené 2-0, Portland est déjà dos au mur.

Sous la menace d'une nouvelle déconvenue en playoffs, la faute à des Blazers plein d'ambitions à l'heure d'attaquer cette série du premier tour, les Mavs ont enchaîné, ce mardi, avec un deuxième succès en deux matches, l'emportant 101-89 après avoir scellé leur victoire dans le dernier quart grâce à l'inévitable Dirk Nowitzki. Mené 2-0, Portland est déjà dos au mur. Ça rigole dans le Texas ! Tout du moins à Dallas. Car si les Spurs se sont fait surprendre d'entrée par les Grizzlies, les Mavericks ont parfaitement démarré leur série du premier tour des playoffs de la Conférence Ouest. Annoncés en danger, la grande forme des Blazers et un passé récent ne plaidant pas forcément en leur faveur, les Mavs ont pourtant fait un premier break en enlevant les deux premières manches disputées à domicile. Une grande première pour la franchise texane depuis ses Finales perdues en 2006. "On a fait la moitié du chemin, mais le plus dur reste à faire." tenait néanmoins à tempérer Jason Kidd, encore une fois à son aise avec 18 points et 8 passes. Et l'ancien Net a été d'autant plus précieux que c'est bien lui qui a initié la prise de pouvoir des Texans au retour des vestiaires. Après avoir couru après le score l'essentiel des deux premiers quarts, Portland virant encore en tête avec deux points d'avance à la pause (50-52), les Mavs ont en effet pris les commandes au début du troisième quart passant un 18-5 avec neuf points consécutifs du meneur vétéran. Pour autant, c'est bien dans le dernier quart que Dallas a fait plier ses visiteurs. Un final réussi qui doit beaucoup à Dirk Nowitzki puisqu'après avoir inscrit 18 points dans le quatrième acte du match 1, l'Allemand a remis ça ce mardi en y signant 14 de ses 33 points, l'ancien MVP scorant notamment les 11 derniers points de son équipe ! C'en était trop pour les Blazers. Et ce d'autant plus que les Texans ont également pu compter sur la verve de Peja Stojakovic, qui s'est rappelé au bon souvenir de tous avec 21 points et 5 tirs primés, une première depuis 2008. "Avec Nowitzki, Kidd et Terry sur le terrain, les défenses adverses ont déjà beaucoup à faire et ça me laisse des opportunités. J'ai mis mes premiers tirs et ça m'a donné confiance." ne manquait pas de savourer l'artificier serbe. LaMarcus Aldridge a bien compilé 24 points et 10 rebonds et Andre Miller et Gerald Wallace ajouté 18 points chacun. En vain. Et ce ne sont pas les 10 points de Nicolas Batum - le seul Bleu de la partie en raison, côté Mavs, de l'indisponibilité de Rodrigue Beaubois et le rôle de figurant de Ian Mahinmi, qui allait changer la donne. Pour autant, les Blazers n'entendent pas baisser les bras. "On va retrouver notre public et je pense que nos fans vont nous pousser et nous donner encore plus d'énergie. Et j'espère qu'on jouera mieux car gagner nos deux matches à domicile est indispensable. entendait positiver Aldridge à l'issue de la rencontre. Les Blazers n'ont déjà plus le choix.