Dale Oen pour la Norvège

  • A
  • A
Dale Oen pour la Norvège
Partagez sur :

L'émotion était au rendez-vous lundi, à Shanghai. Un rien frelatée en ce qui concerne le Brésilien Cesar Cielo en larmes après sa victoire sur 50m papillon, mais bien sincère et intense quand le Norvégien Dale Oen a dédié son titre sur 100m brasse aux victimes du double attentat d'Oslo. Après les solides qualifications en finale d'Agnel sur 200m nage libre et des inséparables Lacourt et Stravius sur 100m dos, la France pourra rêver d'or mardi.

L'émotion était au rendez-vous lundi, à Shanghai. Un rien frelatée en ce qui concerne le Brésilien Cesar Cielo en larmes après sa victoire sur 50m papillon, mais bien sincère et intense quand le Norvégien Dale Oen a dédié son titre sur 100m brasse aux victimes du double attentat d'Oslo. Après les solides qualifications en finale d'Agnel sur 200m nage libre et des inséparables Lacourt et Stravius sur 100m dos, la France pourra rêver d'or mardi. 100M brasse (M): L'émotion Dale Oen Les résultats à la loupe Trois jours après le double attentat, qui a accablé Oslo, le Norvégien Alexander Dale Oen n'a laissé à aucun de ses concurrents le soin de remporter lundi la médaille d'or des Mondiaux de Shanghai sur 100m brasse. Quelques minutes après les larmes de crocodile d'un Cesar Cielo, sacré sur 50m papillon, le brasseur a écrasé sa course en 58"71, à treize petits centièmes seulement du record du monde (58"58) d'un Brenton Rickard seulement 5e (1'00"11). Une course qui aura marqué la faillite des favoris et notamment du maître de la spécialité, le double champion olympique japonais Kozuke Kitajima, qui échoue au pied du podium (1'00"03). Le podium est complété par l'Italien Fabio Scozzoli (59"42) et par le Sud-Africain Cameron Van der Burgh (59"49). Dès sa sortie du bassin, Dale Oen a immédiatement dédié sa victoire aux victimes de la terrible tragédie. "Ces deux derniers jours, je n'ai vraiment eu que des hauts et des bas, avouait-il, ému, au micro de France Televisions. Le plus important, c'est d'être en communion avec mes compatriotes restés en Norvège. Maintenant, la vie doit continuer, même si nous garderons à jamais le souvenir des personnes disparues dans nos coeurs." 100m dos (M): Lacourt et Stravius, ça peut faire mal ! Les résultats à la loupe Deux Tricolores nageront mardi, à Shanghai, la finale du 100m dos avec de très grandes chances d'apporter à la France sa première médaille d'or masculine aux Mondiaux. Crédités en séries des deux meilleurs chronos, Camille Lacourt et Jérémy Stravius ne se quittent plus. C'est cette fois le Picard qui frappe fort avec un nouveau record personnel (52"76), assorti de la 2e meilleure performance mondiale de l'année (derrière les 52"44 de Lacourt). Un temps canon, inégalé lors de ces demi-finales, dont Lacourt signe lui le 3e chrono en 53"09 sans forcer son talent. Le Japonais Ryosuke Irie s'intercale entre les deux Français en 53"05. Bien que critiqué par son entraîneur Romain Barnier après les séries du matin, Camille Lacourt attend avec impatience la finale, persuadé qu'il possède de la marge sur ses adversaires. "Je suis ravi d'entrer en finale. Le temps n'est pas trop mal, mais il m'en reste encore sous le pied pour la finale", a glissé le nageur tricolore, au micro de France Télévisions. Jérémy Stravius est de son côté prêt à lui donner du fil à retordre: "Avec Camille, on va avoir une grosse bataille, mais je vais donner le meilleur de moi-même, prévient le dossiste amiénois. J'ai fait des choses que je n'avais jamais fait: nager sous les 53 secondes et me qualifier. Ça s'est super bien passé." 400m nage libre (M): Agnel, le sourire retrouvé Les résultats à la loupe Au lendemain de sa déception sur 400m, Yannick Agnel a superbement réagi lundi en décrochant avec aplomb son billet pour la finale du 200m nage libre, programmée mardi. Meilleur chrono des demi-finales en 1'45"62 devant le Sud-Coréen Tae-hwan Park (1'46"23), sacré sur 400 m dimanche, le Niçois approche son record de France à 15 centièmes, tandis que dans l'autre course, l'explication a fait rage entre cadors. Paul Biedermann (1'45"93) tire son épingle du jeu dans une course plus tactique devant les Américains Ryan Lochte (1'46"11) et un Michael Phelps en retrait (1'46"91). Malgré la déception de sa 6e place sur 400m nage libre la veille, son impasse sur le relais 4x100M a permis à Agnel, interrogé sur France Televisions, "de se reconcentrer sur le 200m. Cela m'a servi pour réaliser une bonne perf' ce soir et ce matin. Je suis content. J'avais à coeur de faire un sacré temps". Paul Biedermann, détenteur du record du monde du 200 m en 1'42"00 et médaillé de bronze du 400m, s'est déclaré "impressionné par le temps de Yannick Agnel". "Il s'en est très bien sorti", a-t-il ajouté. "Les deux Américains (Lochte et Phelps) n'ont peut-être pas tout montré. Ça va être une course très dure". 200m 4 nages (D): Ye sacrée à 15 ans ! Les résultats à la loupe C'est le premier temps grand temps fort pour la Chine à l'occasion de ces Mondiaux à domicile. La première médaille d'or dans les épreuves de course pour le pays hôte est venue ce lundi d'un petit bout de femme d'1,59m. Sacrée sur 200m 4 nages, Shiwen Ye n'est âgée que de 15 ans, mais la nouvelle héroïne de tout un peuple a signé un dernier 50m exceptionnel pour coiffer à la touche (2'08"90) et pour seulement un dixième l'Australienne Alicia Coutts, déjà privée d'or quelques minutes plus tôt sur 100m papillon pour 7 centièmes. L'Américaine Ariana Kukors, détentrice du record du monde (2'06"15) et tenante du titre, complète le podium en 2'09"12. 100M papillon (D): Vollmer en solo Les résultats à la loupe A 23 ans, l'Américaine Dana Vollmer, sacrée à plusieurs reprises avec le relais américain 4x200m nage libre, a remporté ce lundi son premier titre majeur en individuel en finale du 100m papillon lors des championnats du monde de Shanghai. Avec un chrono de 56"87, la nageuse de Syracuse apporte à la bannière étoilée sa première et après deux jours de compétition seule médaille d'or en prenant le meilleur sur l'Australienne Alicia Coutts (56"94) et la Chinoise Ying Lu (57"06), qui complètent ce podium mondial. Déception pour la tenante du titre et recordwoman du monde en combinaison (56"06), la Suédoise Sarah Sjoestroem, qui échoue au pied de ce podium, 4e en 57"38.