D'Ambrosio sur un siège éjectable

  • A
  • A
D'Ambrosio sur un siège éjectable
Partagez sur :

Si les performances du pilote belge ne sont pas en cause, Virgin pourrait se séparer de Jérôme D'Ambrosio dans les prochaines semaines si les partenaires financiers du Brabançon ne mettaient pas très vite la main à la poche. Inquiet pour l'intéressé dont il gère la carrière, Eric Boullier se voulait néanmoins rassurant ce mercredi. Mais la menace pèse bel et bien sur le rookie wallon.

Si les performances du pilote belge ne sont pas en cause, Virgin pourrait se séparer de Jérôme D'Ambrosio dans les prochaines semaines si les partenaires financiers du Brabançon ne mettaient pas très vite la main à la poche. Inquiet pour l'intéressé dont il gère la carrière, Eric Boullier se voulait néanmoins rassurant ce mercredi. Mais la menace pèse bel et bien sur le rookie wallon. Manager du team Lotus Renault, Eric Boullier est également le patron de Gravity Management, une société qui gère la carrière de différents pilotes, dont Jérôme D'Ambrosio. Mardi, l'intéressé était dans tous ses états, selon les propos relayés par le quotidien bruxellois Le Soir. "En raison de promesses financières non tenues", le responsable de l'écurie au losange évoquait le possible débarquement du pilote belge chez Virgin. "Ce qui avait été promis par les partenaires censés supporter Jérôme ne suit pas." Eric Boullier poursuivait alors sa démonstration alarmiste: "On a déjà invoqué nombre d'arguments, mais maintenant ça suffit! D'autant que chez Virgin, on commence à s'énerver. Le management de l'écurie m'a clairement dit qu'il pensait remplacer Jérôme si les choses ne bougeaient pas. Encore heureux qu'il fait du super boulot et que la relation entre Gravity et Virgin est bien plus que contractuelle. Nous essuyons les plâtres et mettons la main à la poche pour calmer le jeu, mais cela ne pourra durer indéfiniment." Un ton aujourd'hui nuancé. Mercredi dans les colonnes de la Dernière Heure, le même manager se voulait bien plus rassurant quant à l'avenir de son protégé: "J'ai simplement voulu tirer une sonnette d'alarme et non pas lancer une bombe. Vous pouvez écrire que la place de Jérôme chez Virgin est garantie jusqu'à la fin de la saison." Une garantie que ne confirme pas tout à fait John Booth, le directeur sportif de Virgin, malgré l'empathie affichée: "Jérôme fait de l'excellent travail depuis le début de la saison et tant que les termes de son contrat sont respectés, il n'est en aucun cas question de le remplacer." Tant que les termes du contrat sont respectés... Pour ce faire, Eric Boullier devrait faire le déplacement en Belgique ce jeudi, et ainsi s'assurer que les sponsors de Jérôme D'Ambrosio sont bien conscients des enjeux. Dans les coulisses de Virgin en tout cas, l'on aurait déjà pris les devants. Selon les informations du journal Le Soir, le Canadien Robert Wickens, déjà pressenti pour occuper les fonctions de pilote essayeur, serait dans les petits papiers de l'écurie et surtout de Marussia, le partenaire principal du team russo-britannique.