Cuche, Théaux, quel brio !

  • A
  • A
Cuche, Théaux, quel brio !
Partagez sur :

Alors que la chute de Grugger était encore dans toutes les têtes, Didier Cuche a été flamboyant samedi sur la Streif pour remporter une 4e fois (record de Klammer égalé) la descente de Kitzbühel. Une performance de choix pour devancer de 98 centièmes l'inimitable Bode Miller ainsi qu'un Adrien Théaux magnifique 3e de cette descente mythique. Une performance superbe pour le skieur de Val Thorens.

Alors que la chute de Grugger était encore dans toutes les têtes, Didier Cuche a été flamboyant samedi sur la Streif pour remporter une 4e fois (record de Klammer égalé) la descente de Kitzbühel. Une performance de choix pour devancer de 98 centièmes l'inimitable Bode Miller ainsi qu'un Adrien Théaux magnifique 3e de cette descente mythique. Une performance superbe pour le skieur de Val Thorens. Splendide... La Streif fait à la fois frissonner de crainte et d'envie les plus grands descendeurs du monde. Une crainte avérée qui rend les performances encore plus belles. Et si la descente de Kitzbühel fait peur, c'est aussi parce que la moindre faute peut s'avérer dramatique. La chute de Grugger, finalement hors de danger mais encore plongé dans un coma artificiel, a rappelé à tous les skieurs combien il est difficile de dompter cette piste. Le Hahnenkamm, c'est une histoire de gros coeur et de costauds. Didier Cuche boxe dans les deux catégories. C'est sans doute pour cela que le Suisse avale les obstacles avec aisance. Pourtant, au moment de son passage, Bode Miller avait été brillant, mêlant de son style inimitable l'aisance dans les courbes, un bon passage dans le dévers et une vraie vitesse de pointe... En partie les clés de la victoire. En partie seulement car Didier Cuche, lui, y met un petit quelque chose de plus. Une confiance inébranlable pour attaquer le Mausefalle sans appréhension et lancer une course record. Le plus rapide à l'entrée du chemin, il en ressort devant (37 centièmes). La suite, le dévers, les deux autres sauts et le schuss d'arrivée sont taillés pour lui et c'est avec 98 centièmes d'avance sur Miller qu'il franchit la ligne. Théaux, c'est vraiment costaud Une merveille de course, une courbette à chacune des tribunes qui comptent plus de 40 000 fidèles et un record à bomber le torse comme jamais. Quand certains reculent devant l'ampleur de la tâche, Cuche, lui, égale le record de victoires en descente sur le Hahnenkamm jusque-là détenu par Franz Klammer (4). Magique... Cuche est ainsi parfaitement placé pour apprécier à sa juste valeur la performance d'un Andrien Théaux qui a confirmé son excellent début de saison et la 7e place du Super G la veille en venant chiper la 3e place du podium à Scheiber. Un énorme coup pour le natif de Tarbes qui met ainsi fin à 12 ans de disette tricolore à Kitz. Et Théaux le mérite vraiment. Fin techniquement, le skieur de Val Thorens a été parfait sur le haut, comptant même 25 centièmes d'avance sur Cuche au deuxième intermédiaire ! S'il a ensuite perdu régulièrement du temps sur « LA » référence de la Streif, il a tout de même effacé tous les pièges: le dévers, le Hausbergkante (saut qui précède le schuss final) pour grimper sur un podium mérité qui confirme ses qualités. A seulement 26 ans, Théaux arrive à maturité. Ça promet !