CSKA, ça vient ?

  • A
  • A
CSKA, ça vient ?
Partagez sur :

Le CSKA Moscou, abonné au Final Four depuis 2003, reste sur deux défaites en autant de matches dans le groupe D. Valence, hôte des Russes mercredi soir lors de la 3e journée de l'Euroligue, est dans le même cas. Ce qui complique encore un peu plus la tâche des hommes de Dusko Vujosevic dans la course au Top 16.

Le CSKA Moscou, abonné au Final Four depuis 2003, reste sur deux défaites en autant de matches dans le groupe D. Valence, hôte des Russes mercredi soir lors de la 3e journée de l'Euroligue, est dans le même cas. Ce qui complique encore un peu plus la tâche des hommes de Dusko Vujosevic dans la course au Top 16. Il n'y a pas encore urgence mais le temps joue contre le CSKA. Après deux matches de saison régulière en Euroligue, le compteur de victoires du club moscovite est toujours bloqué à zéro. Une anomalie vu le pedigree des Russes, vainqueurs de la compétition en 2006 et 2008 et abonné au Final Four depuis 2003. Si leur défaite il y a une semaine sur le parquet du Panathinaïkos (60-74), autre géant du basket européen, n'est en soi pas une réelle déception, celle subie à domicile face à l'AJ Milan (73-88) a été un vrai coup dur. A l'aube d'affronter Valence, mercredi soir pour le compte de la troisième journée, le CSKA n'a déjà plus trop le choix. Car le club espagnol est lui aussi toujours fanny et un nouveau revers larguerait un peu plus les hommes de Dusko Vujosevic dans la course au tour suivant. "On a pas mal de problèmes en ce moment et notre but maintenant est d'abord de nous qualifier pour le Top 16, reconnait le coach serbe sur le site de l'Euroligue. On a besoin de temps pour construire l'équipe et ne pas détruire ce qu'on a déjà fait." Face à De Colo et Pietrus Pour l'instant, le club phare de Moscou n'a pas eu le temps de bâtir quoi que ce soit. Les blessures successives de Viktor Khryapa, Andrey Vorontsevich, J.R. Holden et Sasha Kaun, out trois mois, ont contrarié les plans de Dusko Vujosevic, qui vient en plus d'apprendre l'indisponibilité pour un mois de Ramunas Siskauskas, touché au dos contre le Panathinaïkos jeudi dernier. Pas l'idéal avant d'affronter Valence dans sa salle. "Il y a beaucoup de tension autour de ce match parce qu'ils ont perdu six matches de suite, en Euroligue et en championnat. Mais ils tous leurs joueurs blessés sont de retour donc je pense que ça sera extrêmement compliqué pour nous", estime le coach du CSKA. Andrey Vorontsevich, remis de sa blessure à l'épaule à temps pour disputer les deux premiers matches (8 points, 2,5 rebonds en moyenne), s'attend aussi à vivre une soirée délicate. "On est dans une situation similaire à la leur, a expliqué l'ailier russe. Valence va évoluer à la maison, ils aiment jouer vite. C'est une bonne occasion pour nous de prouver qu'on a du caractère, de montrer ce qu'on sait faire." En France, cette rencontre sera également l'occasion de voir à l'oeuvre les deux internationaux tricolores, Nando De Colo et Florent Pietrus. Parviendront-ils à contenir une armada russe revancharde ? Si oui, alors le CSKA sera dans de sales draps.