Cris charge Puel

  • A
  • A
Cris charge Puel
Partagez sur :

Actuellement en stage de préparation avec l'OL en Autriche, Cris a accepté d'évoquer une dernière fois Claude Puel. Et le défenseur brésilien n'y va pas avec le dos de la cuillère. Traumatisé par le manque de dialogue entre lui et son coach, le Brésilien avoue qu'il n'aurait jamais passé une quatrième année à Lyon, si l'ancien technicien lillois était resté. Désormais sous la houlette de Rémi Garde, le capitaine rhodanien retrouve le plaisir.

Actuellement en stage de préparation avec l'OL en Autriche, Cris a accepté d'évoquer une dernière fois Claude Puel. Et le défenseur brésilien n'y va pas avec le dos de la cuillère. Traumatisé par le manque de dialogue entre lui et son coach, le Brésilien avoue qu'il n'aurait jamais passé une quatrième année à Lyon, si l'ancien technicien lillois était resté. Désormais sous la houlette de Rémi Garde, le capitaine rhodanien retrouve le plaisir. "J'ai perdu trois ans de ma carrière et je sais que je ne les rattraperai pas". La charge est violente. En stage à Zell Am See, en Autriche, Cris s'est exprimé, sans doute pour la dernière fois, sur le cas Claude Puel. "J'ai déjà tout dit, souffle le défenseur brésilien, dans les colonnes du Progrès. Tout s'est passé entre nous et c'est une histoire terminée. Je suis très content d'être ici. Une nouvelle saison démarre et je vais oublier ces trois dernières années. Je repars de zéro". Après trois années sous la coupe de l'ancien Monégasque, le capitaine rhodanien était donc à bout de souffle. Usé. "S'il était resté, j'aurais demandé à partir". Déjà en septembre 2010, L'Equipe avait révélé les premières fissures entre Cris et son coach. Après une défaite face à Saint-Etienne, Cris avait ainsi lancé à Jean-Michel Aulas, "Mais il est nul le coach !". Le président lyonnais avait alors provoqué une réunion entre Puel et le Brésilien, histoire de rabibocher les deux bonhommes. En vain. La communication était si peu présente, que le stoppeur auriverde confesse que lui et ses coéquipiers ont désormais du mal à échanger avec Rémi Garde. "On est encore tendu. On n'avait pas de pouvoirs et, d'ailleurs, cela nous a blessés. On est encore un peu timide, mais ça va revenir naturellement". Dorénavant, alors qu'il ne souhaite plus "parler de Claude Puel", Cris veut retrouver le plaisir "d'aller à l'entraînement, au vestiaire. Le foot, c'est une passion. On aime trop ça. Et à travers les entraînements ici, je sens que ça revient. On raconte des blagues. Sur le terrain, il y a de la rigolade. Maintenant, c'est différent". Alors que le nouvel entraîneur a décidé de s'appuyer sur les cadres comme lui, Lisandro Lopez, Hugo Lloris ou Kim Källström, Cris, qui garde son statut de capitaine, n'a plus qu'un seul objectif: "Je ne veux plus être le seul capitaine brésilien de l'OL à ne pas gagner de trophée !" Le temps lui est désormais compté...