Crashgate, point final

  • A
  • A
Crashgate, point final
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - La FIA a renoncé à son appel envers Flavio Briatore et Pat Symonds.

F1 - La FIA a renoncé à son appel envers Flavio Briatore et Pat Symonds. Près de huit mois d'enquête, une bataille judiciaire acharnée pour une issue... en queue de poisson. L'affaire du Crashgate a officiellement pris fin lundi avec l'annonce par la Fédération internationale de l'automobile (FIA) de son intention d'abandonner son recours en appel contre le jugement du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris qui avait cassé ses sanctions infligées à Flavio Briatore et Pat Symonds. "Après discussions entre leurs avocats et ceux de la FIA, Messieurs Flavio Briatore et Pat Symonds ont chacun fait une offre transactionnelle au Président de la FIA en vue de mettre un terme immédiat aux procédures judiciaires", a précisé l'instance internationale dans un communiqué. "Le Président de la FIA a estimé qu'il est dans le meilleur intérêt de la FIA de ne pas laisser perdurer des contentieux judiciaires fortement médiatisés qui, quelle qu'en soit l'issue, sont très préjudiciables pour l'image de la FIA et du sport automobile, et donc d'accepter cette solution transactionnelle, qui met ainsi un point final à cette affaire", poursuit la Fédération chargée depuis le 30 août 2009 de faire la lumière sur les évènements du Grand Prix de Singapour 2008 au cours duquel Nelson Piquet Jr. avait, sur ordre de son équipe, délibérément simulé une sortie de route afin de favoriser son coéquipier chez Renault, l'Espagnol Fernando Alonso. Briatore en F1 ? Un retour possible en 2013 Une tricherie qui avait valu, dans un premier temps, une lourde sanction à Flavio Briatore, ancien patron de Renault F1, radié à vie du sport automobile par le Conseil Mondial du Sport Automobile en septembre dernier. Pat Symonds, ancien directeur technique de l'écurie française, avait lui écopé d'une suspension de cinq ans, quand Renault était suspendu deux ans avec sursis. Un jugement que l'homme d'affaires italien et l'ingénieur britannique avait contesté devant la justice française. En janvier dernier, la 5e chambre civile du TGI de Paris avait ainsi annulé la sentence, la déclarant "irrégulière". Une décision qui ne jugeait en aucun cas de la responsabilité ou non des deux plaignants. En échange de l'arrêt de la "procédure d'appel en cours", ces derniers ont d'ailleurs reconnu "chacun leur part de responsabilité dans l'accident provoqué du pilote Nelson Piquet Junior au Grand Prix de Singapour 2008, en tant que "team principal" de Renault F1 en ce qui concerne Monsieur Flavio Briatore, [...] exprimé leurs regrets et présenté leurs excuses à la FIA". La Fédération a également obtenu, en contrepartie de son renoncement, qu'ils s'engagent à n'exercer aucune "fonction opérationnelle en Formule 1 jusqu'au 31 décembre 2012" (fin de la saison 2011 pour les autres compétitions). 2013 pourrait ainsi voir Flavio Briatore revenir dans les paddocks de la discipline reine. "J'ai été poussé dehors comme un criminel. Je ne reviendrai jamais en Formule 1 en tant que team manager mais peut-être après 2012 dans un autre rôle", a-t-il confié sur Sky Italia.