Coutadeur: "Je devais partir"

  • A
  • A
Coutadeur: "Je devais partir"
Partagez sur :

Relégué en Ligue 2 avec Monaco la saison passée, lors de laquelle il n'avait même pas disputé la moitié des matches de championnat, Mathieu Coutadeur souhaite se relancer à Lorient. Capable d'évoluer à tous les postes du milieu de terrain, l'ancien Manceau et ex-international Espoirs (7 sélections) espère s'épanouir dans le jeu chez les Merlus, dans un environnement qui l'a tout de suite mis à l'aise.

Relégué en Ligue 2 avec Monaco la saison passée, lors de laquelle il n'avait même pas disputé la moitié des matches de championnat, Mathieu Coutadeur souhaite se relancer à Lorient. Capable d'évoluer à tous les postes du milieu de terrain, l'ancien Manceau et ex-international Espoirs (7 sélections) espère s'épanouir dansr le jeu chez les Merlus, dans un environnement qui l'a tout de suite mis à l'aise. Mathieu, vous sortez d'une saison galère à Monaco. Il était impossible pour vous de continuer en Ligue 2 avec l'ASM ? Même si on s'était maintenus, je serais parti quand même. Aller en Ligue 2, je ne le souhaitais en aucun cas et c'était très malheureux pour le club, pour le groupe. Mais dans ma situation, c'était clair dans ma tête que je devais partir. C'est un tout, ça ne s'est pas passé comme je l'avais imaginé sur le plan sportif. Je n'étais pas épanoui, je ne m'éclatais pas sur le terrain, le jeu produit n'était pas en adéquation avec ce que j'espérais. Je n'arrivais pas à m'exprimer pleinement. Pourquoi avoir choisi Lorient ? C'est le club idéal pour se relancer, comme on peut le voir également avec l'arrivée de Jérémie Aliadière ? J'avais plusieurs propositions. Je me suis tourné vers Lorient suite au discours du président, et après des discussions avec le coach. Les contacts dataient déjà d'il y a un an. Et puis tout le monde connaît le jeu pratiqué par Lorient, ça m'a tout de suite plu. Je voulais m'inscrire dans un projet au niveau du football, et aussi un projet humain. Ça me correspond parfaitement, par rapport au caractère et à la mentalité que j'ai pu trouver ici. Le contact avec vos nouveaux partenaires et Christian Gourcuff s'est bien passé ? Très bien, et j'ai pu le remarquer aussi avec les autres nouveaux arrivants. On parle beaucoup, il y a une super ambiance. A première vue, ça se passe vraiment bien, le club est très sain et tout est fait pour qu'on travaille dans les meilleures conditions. Depuis le début de la préparation et dans les matches amicaux, on ressent beaucoup d'envie, on veut travailler ensemble. Ça se sent et je pense que tout le monde prend du plaisir. Votre entraîneur a dit de vous, après la victoire contre Brest en amical (1-0), que vous étiez "un très bon joueur mais qu'il vous manquait encore simplement le coup de reins pour pouvoir faire la différence dans les 25 derniers mètres, ce qui viendrait progressivement en retrouvant la condition physique" (propos relayés par Ouest-France). Vous êtes d'accord ? Oui, il a raison. Pas sur le fait que je sois un très bon joueur, mais sur la deuxième partie (sourire) ! J'ai été arrêté quatre, cinq jours à cause d'une contracture, mais on est en préparation et je ne suis pas encore au top physiquement. Je recommence à travailler normalement, et il me manque effectivement ce dernier coup de reins pour faire la différence en un contre un. Je pense que c'est ce qu'on attend de moi, être décisif. Je travaille pour ça, pour trouver ce regain de forme qui fait que je vais pouvoir être mieux physiquement et être plus lucide dans les derniers mètres. Quel sera votre positionnement sur le terrain cette saison ? Vous a-t-on demandé de jouer un rôle particulier, dans le jeu et dans le vestiaire ? J'évolue dans un rôle offensif, donc il est très clair qu'on attend que je sois décisif. Il va falloir que je m'améliore dans la dernière passe, mais aussi au niveau des buts, ce n'est pas interdit d'en marquer. C'est le plus dur à faire en football, il va falloir que je progresse là-dessus. Sinon, le coach nous laisse nous adapter tranquillement au groupe et au club, sans pression particulière, et c'est très agréable. Il y a déjà des anciens pour insuffler une dynamique sur et en dehors du terrain. Après, chacun a sa personnalité... Quant à mon positionnement, j'en ai parlé avec l'entraîneur et je peux évoluer un peu partout. Ça ne me perturbe pas. A partir du moment où je veux travailler dur, que j'ai de l'enthousiasme et que je m'éclate sur le terrain, le placement n'est pas du tout important. Contre Brest, j'ai commencé à droite en première période et je suis passé en neuf et demi après la pause. "Il y aura des moments où j'aurai un creux" Pour le moment, vous êtes le seul à avoir coûté de l'argent à Lorient. C'est une belle preuve de l'intérêt que Lorient vous portait, mais ça ne vous met pas un peu la pression ? Franchement, non. La pression, on l'a toujours un peu. A Monaco, on avait aussi misé sur moi, c'est le lot du football. Il ne faut pas y penser, il faut rester concentré seulement sur le terrain. Il y aura des moments dans la saison où je vais m'éclater, mais il y en aura d'autres qui seront plus difficiles, où j'aurai un creux. On n'en est pas encore là, mais il faut envisager toutes les possibilités. Il faut que j'arrive à supporter cette pression pour jouer mon meilleur football. Les départs simultanés de Kevin Gameiro, Morgan Amalfitano et Jérémy Morel ne vous ont pas freiné ? Il y aura un vide à combler au milieu avec le départ d'Amalfitano... Ça n'a joué aucun rôle dans ma venue ou non à Lorient, je n'y ai pas du tout pensé. On est dans le présent et on bâtit pour l'avenir. Il y a aussi des joueurs qui sont arrivés pour les "remplacer", à eux et à moi de jouer un nouveau rôle et d'accomplir parfaitement la tâche. Cette saison peut-elle vous permettre de franchir un cap personnellement ? Franchir un cap, c'est ce que je voulais faire aussi à Monaco, mais ça ne s'est pas passé comme prévu. J'ai des ambitions personnelles, que je garde pour moi, et des objectifs statistiques aussi. Après, je ne me pose pas la question de savoir si je dois franchir un cap. C'est le collectif avant tout, j'espère qu'on gagnera beaucoup de matches, qu'on ira dans la continuité de la progression du club, en faisant une très bonne saison et en s'éclatant. Le reste, ce n'est pas important. Collectivement, l'entraîneur ou le président vous ont-ils fixé des objectifs ? Ils ont l'habitude, en cumulant toutes les saisons passées en Ligue 1, d'être autour de la 10e place. Donc je pense que l'objectif collectif, c'est de rester dans cette première moitié du tableau. Ce serait bien de finir dans les dix premiers, tout le monde serait content. Le fait d'évoluer sur un terrain synthétique, vous y pensez ou pas du tout ? Le coach nous en a parlé jeudi matin, en nous disant qu'on jouerait notre dernier match de préparation au Moustoir, contre Auxerre. J'y pense un peu, mais les gars ont fait une bonne saison l'an dernier à domicile. Ça colle avec la philosophie de jeu que le coach et le club prônent. L'an dernier, j'avais pu m'échauffer dessus avec Monaco mais je n'étais pas entré en jeu. On va découvrir.