Course: Ils ont dit...

  • A
  • A
Course: Ils ont dit...
Partagez sur :

Voici les déclarations des pilotes à l'issue du Grand Prix d'Abu Dhabi, disputé sur la piste de Yas Marina. Course remportée par Lewis Hamilton (McLaren), devant Fernando Alonso (Ferrari) et Jenson Button (McLaren).

Voici les déclarations des pilotes à l'issue du Grand Prix d'Abu Dhabi, disputé sur la piste de Yas Marina. Course remportée par Lewis Hamilton (McLaren), devant Fernando Alonso (Ferrari) et Jenson Button (McLaren). Lewis HAMILTON (McLaren-Mercedes): Vainqueur (25 points) "Mega job, mega job, les gars, comme d'habitude. Je me régale, je suis très heureux d'être à nouveau à cette place. Ce n'est que le début, mais j'ai vraiment l'impression que commence quelque chose qui pourrait être formidable. C'est l'anniversaire de ma maman ce week-end. C'est génial de pouvoir gagner alors qu'elle a fait le déplacement. Je crois que cela a été l'une de mes meilleures courses. Il est très difficile de résister à l'un des meilleurs pilotes du monde (Fernando Alonso, ndlr)." Fernando ALONSO (Ferrari): Deuxième (18 points) "Cela a été une course fantastique avec un bon départ et un premier tour à lutter avec Button. Avec le problème de Vettel, je me suis retrouvé deuxième. Nous avons lutté à une certaine distance d'Hamilton. Ensuite, au moment d'effectuer le dernier ravitaillement, avec deux secondes de retard sur lui, j'ai été retardé par une HRT (Daniel Ricciardo, ndlr). Mais bon, après ce dernier relai, il était sur un meilleur rythme avec les pneus durs. Cela aurait été difficile de gagner. C'est pour cela que je suis content de cette 2e place." Jenson BUTTON (McLaren-Mercedes): Troisième (15 points) "Mon rythme n'était pas très bon avec les pneus tendres. Au treizième tour, je n'avais plus du tout de SREC, c'était ennuyeux. Je suis donc repassé par le stand où l'on m'a dit qu'il fonctionnerait à nouveau, sauf que ce n'était plus le cas deux tours plus tard. Le problème se situait du coup à l'accélération mais aussi au freinage et dans les virages. Je ne savais pas à quoi m'attendre, mais j'ai réussi à terminer devant Webber et Massa, ce qui est très intéressant." Mark WEBBER (Red Bull-Renault): Quatrième (12 points) "Lors du deuxième arrêt, on a décidé de mettre à nouveau les pneus les plus tendres pour essayer une autre stratégie, essayer de faire quelque chose de différent. Cela valait le coup. Mais ce règlement aujourd'hui était un peu inutile. Nous avions un bon rythme et j'étais proche de Jenson Button à la fin du premier relais. Ensuite, on a eu un premier arrêt qui a été mauvais. On a perdu beaucoup de temps cela nous a mis sur la défensive. On a perdu une position en piste et c'est là que nous avons perdu le podium." Nico ROSBERG (Mercedes): Sixième (8 points) "C'était une course intéressante. Le départ n'a pas été très bon alors que je tentais de prendre le dessus sur Felipe Massa. Michael Schumacher a ensuite pu me dépasser, et nous avons eu une bataille amusante avant que je puisse le dépasser à mon tour. A partir de là, j'ai réussi à gérer mes pneus. Grâce au brillant travail des ingénieurs j'étais plutôt content de la voiture tout au long du week-end. Les mécaniciens ont aussi été très bons encore, et c'est pourquoi nous avons obtenu un bon résultat." Michael SCHUMACHER (Mercedes): Septième (6 points) "J'ai réalisé un bon départ. Il y a eu une belle bagarre avec Nico mais je ne voulais pas le mettre en difficulté. Je savais qu'il avait de meilleurs pneus alors j'ai essayé de me focaliser sur ma course. Les pneus neufs m'ont aidé à me rapprocher de Sutil au deuxième relais. L'équilibre du véhicule a ensuite été affecté, je ne sais pas par quoi, mais je suis en tout cas content d'avoir pu terminer et marquer des points." Sebastian VETTEL (Red Bull-Renault): Abandon "A la sortie du premier virage, tout semblait aller bien puis au moment d'entrer dans le second virage j'ai senti qu'il y avait quelque chose de bizarre sur la roue arrière droite. J'ai dû garder le contrôle de la voiture avec force mais je n'ai pas pu le faire une seconde fois, puisque je perdais trop d'air dans le pneu. Lors du retour au stand, on s'est aperçu que les dommages causés à la suspension signifiait que l'on ne pouvait plus continuer. J'avais pris un bon départ et j'étais très content de la voiture jusqu'à ce moment-là. Perdre la course ici, si tôt, ça fait mal, c'est sûr. On ne pouvait plus faire grand-chose, alors j'ai saisi l'opportunité d'en apprendre plus avec les ingénieurs."