Courchevel au piquet

  • A
  • A
Courchevel au piquet
Partagez sur :

Voilà plus de trente ans que Courchevel n'avait pas accueilli une manche de Coupe du monde de ski alpin. Mardi, le temps d'un slalom, la station savoyarde va pouvoir vibrer aux exploits des plus grandes championnes du Cirque blanc. L'occasion pour Maria Riesch, peut-être, de répondre à une Lindsey Vonn irrésistible le week-end dernier à Val d'Isère.

Voilà plus de trente ans que Courchevel n'avait pas accueilli une manche de Coupe du monde de ski alpin. Mardi, le temps d'un slalom, la station savoyarde va pouvoir vibrer aux exploits des plus grandes championnes du Cirque blanc. L'occasion pour Maria Riesch, peut-être, de répondre à une Lindsey Vonn irrésistible le week-end dernier à Val d'Isère. Un slalom géant messieurs en 1979 puis plus rien, si ce n'est quelques manches de Coupe d'Europe féminine ces dix dernières années... Courchevel revient dans la cour des grands, mardi, le temps d'un slalom comptant pour la Coupe du monde féminine de ski alpin. Un honneur logique si l'on considère les résultats du club des sports local, l'un des plus performants de l'Hexagone, représenté notamment chez ces dames par deux ambassadrices de choix: Taïna Barioz et Anne-Sophie Barthet. En ce jour de retour sous les feux de la rampe, il s'agira pour la prestigieuse station de la Tarentaise de se refaire une réputation, moins clinquante et plus authentique, à travers les valeurs véhiculées par le Cirque blanc. Des valeurs telles que la simplicité, l'humilité et la combativité qu'incarnent parfaitement les deux figures de proue que sont Lindsey Vonn et Maria Riesch. Les deux patronnes du circuit qui, cette semaine encore, promettent de se livrer un duel sans merci... avant de célébrer Noël ensemble, dans la famille de la Bavaroise, élue athlète allemande de l'année il y a peu. Une carte bleue à jouer Contrainte de céder la main à sa grande rivale américaine, ce week-end à Val d'Isère, tandis que l'ex-miss Kildow triomphait sur la descente et le super-combiné avalins, cette dernière ne fera sans doute pas de cadeau avant l'heure à son amie sur le tracé alambiqué de Courchevel. Arrivée à Val d'Isère en taulière, avec 145 points d'avance sur Lindsey Vonn, Maria Riesch en est repartie en dauphine, avec trois unités de retard au classement général de la Coupe du monde. "Un écart insignifiant", selon ses propres mots, à l'heure de renouer avec sa discipline de prédilection, elle la championne olympique de slalom, deuxième cette saison entre les piquets de Levi et d'Aspen, là où la triple tenante du gros globe de cristal a échoué aux sixième et huitième rangs. Courchevel oblige - outre cette explication au sommet annoncée - on suivra tout particulièrement les performances des Tricolores, plutôt discrètes non loin de là à Val d'Isère. Sixième à Aspen il y a trois semaines, Nastasia Noens aura certainement son mot à dire, comme on le souhaite une Sandrine Aubert qui a confié avoir eu "de bonnes sensations" le week-end dernier dans le slalom du super-combiné savoyard. Une épreuve dont elle a pris la 24e place certes, mais avec le sixième chrono de l'acte technique. Et pourquoi pas escompter un coup d'éclat de géantiste ? Tessa Worley, lauréate des slaloms géants d'Aspen et de Saint-Moritz, Anémone Marmottan et Taïna Barioz ne manquant pas d'arguments et d'audace, l'espoir semble permis...