Coughlin: Rendez-vous à Londres

  • A
  • A
Coughlin: Rendez-vous à Londres
Partagez sur :

Tout comme Laure Manaudou, Natalie Coughlin, la star au féminin de la natation américaine, a repris le chemin des bassins après une longue parenthèse loin du haut niveau et de ses contraintes. Comme Manaudou, la belle nageuse US, réduite au bronze sur 100m dos mardi, à Shanghai, mesure le chemin à parcourir pour revenir à son meilleur niveau. Comme Manaudou, elle vise les JO l'an prochain, à Londres, où elle donne rendez-vous à la Française.

Tout comme Laure Manaudou, Natalie Coughlin, la star au féminin de la natation américaine, a repris le chemin des bassins après une longue parenthèse loin du haut niveau et de ses contraintes. Comme Manaudou, la belle nageuse US, réduite au bronze sur 100m dos mardi, à Shanghai, mesure le chemin à parcourir pour revenir à son meilleur niveau. Comme Manaudou, elle vise les JO l'an prochain, à Londres, où elle donne rendez-vous à la Française. 100 m dos (D): Coughlin vise Londres Consulter aussi: Les résultats à la loupe De retour dans les bassins après dix-huit mois d'absence, Natalie Coughlin n'a pu glaner son troisième titre de championne du monde sur le 100 m dos ce mardi. À Shanghai, l'Américaine a dû se contenter de la médaille de bronze, avec un temps de 59"15. La vedette lui a été volée par la locale de l'étape, la championne du monde en titre du 50 m dos, Jing Zhao, victorieuse en 59"05, un centième de seconde devant la Russe Anastasia Zueva (59"06), pour le plus grand plaisir du public chinois déchaîné dans l'impressionnant Oriental Sports Center (18 000 places) après ce second titre dans les épreuves de course pour le pays hôte. A l'instar d'une Laure Manaudou avec laquelle elle avoue échanger par textos, Coughlin a pu mesurer la difficulté d'un retour au plus haut niveau après une longue absence des bassins. Pourtant en avance sur la nageuse française, qui revient à peine à la compétition, la double championne olympique et double championne du monde sur 100 m dos, a dû se contenter mardi, à Shanghai, d'une médaille de bronze sur la distance. Pas de quoi toutefois ébranler la radieuse Américaine: "Je suis très heureuse, avouait-elle au micro de France Télévisions dans un sourire. Après mon arrêt après Pékin, je reviens de plus en plus fort, je me sens de plus en plus confiante pour mon principal objectif des JO de Londres l'an prochain." Une échéance pour laquelle Coughlin sait devoir compter sur la Française: "Je suis confiante pour moi, tout comme pour Laure." 200 m nage libre (D): Muffat inspirée... Consulter aussi: Les résultats à la loupe L'équipe de France vivra mercredi une nouvelle finale aux Mondiaux de Shanghai avec l'espoir réel d'une nouvelle médaille pour Camille Muffat, déjà en bronze sur 400 m nage libre. La Niçoise, qui avouait s'être trouvée "un peu mollassonne" en séries le matin, a décroché son billet avec le 4e meilleur chrono des demi-finales en 1'56"62 derrière la Néerlandaise du CN Marseille, Femke Heemskerk (1'55"54), la championne du monde du 400 m nage libre, Federica Pellegrini (1'56"42) et l'Australienne Kylie Palmer (1'56"59). Spectatrice depuis la chambre d'appel de l'exceptionnel doublé en or de Lacourt et Stravius, Muffat rendait hommage à ses deux coéquipiers au micro de France Télévisions: "Ils ont fait la course parfaite." Moins enthousiaste en revanche à l'idée de partager un tel scénario mardi, en finale de ce 200m, avec Pellegrini: "Je ne crois pas, non..." 200 m pap. (M): Phelps cahin-caha Consulter aussi: Les résultats à la loupe Contraint de se contenter de l'argent sur 200m nage libre quelques minutes plus tôt et toujours à la recherche de son premier or aux Mondiaux de Shanghai -l'Américain a dû se contenter du bronze avec le relais 4x100m-, Michael Phelps, qui paye peut-être son entraînement allégé de l'hiver, a malgré tout su valider mardi, à Shanghai, son ticket pour la finale du 200m papillon. Si l'Asie lui dame le pion avec les meilleurs chronos de ces demi-finales pour le Japonais Takeshi Matsuda (1'54"30) et le Chinois Yin Chen (1'54"80), le meilleur nageur de tous les temps passe en 1'54"85. A noter l'élimination du Hongrois Laszlo Cseh, qui revient après l'opération d'une hernie discale, seulement 12e en 1'56"32. 1 500 m (D): Friis, la consécration Consulter aussi: Les résultats à la loupe Très rapidement en tête et intouchable pour l'ensemble de ses rivales, la Danoise Lotte Friis a dominé de la tête et des épaules la finale du 1 500 m féminin des Mondiaux de Shanghai ce mardi. La championne d'Europe en titre remporte son premier sacre mondial avec un temps de 15'49"59, première nageuse à passer sous la barre des seize minutes depuis l'abandon des combinaisons. Forte de ce nouveau record du Danemark, Friis devance à l'arrivée l'Américaine Kate Zeigler (15'55"60), la recordwoman du monde (15'42"54), et la Chinoise Li Xuanxu (15'58"02). 100 m brasse (D): Soni monte le son Consulter aussi: Les résultats à la loupe A l'évidence plus concentrée sur les JO de Londres l'an prochain, l'équipe des Etats-Unis, jusqu'à présent plutôt en retrait à Shanghai à l'image de son chef de file, Michael Phelps, a remis les pendules à l'heure ce mardi, au troisième jour des épreuves de course. Quelques minutes après le doublé sur 200m nage libre (Lochte-Phelps), c'est Rebecca Soni qui a offert à la bannière étoilée sa seconde médaille d'or au terme d'une finale du 100 m brasse que la nageuse du New Jersey, tenante du titre conquis à Rome en 2009, a survolé en 1'05"05. "J'ai rempli mon contrat", commentera sobrement la championne olympique du 200 m brasse à Pékin, qui relègue tout de même l'Australienne Leisel Jones à plus d'une seconde (1'06"25). La Chine s'empare d'une nouvelle médaille avec le bronze de Liping Ji (1'06"52).