Cornet et Razzano ne confirment pas

  • A
  • A
Cornet et Razzano ne confirment pas
Partagez sur :

La Russie a effacé le passif cumulé samedi face à l'équipe de France, en quart de finale de la Fed Cup. Dans la foulée du succès d'Anastasia Pavlyuchenkova sur Alizé Cornet (3-6, 6-3, 6-2), Svetlana Kuznetsova a pris le meilleur sur Virginie Razzano (6-4, 6-4), permettant aux siennes de revenir à 2-2. Le double sera donc décisif dans ce choc franco-russe.

La Russie a effacé le passif cumulé samedi face à l'équipe de France, en quart de finale de la Fed Cup. Dans la foulée du succès d'Anastasia Pavlyuchenkova sur Alizé Cornet (3-6, 6-3, 6-2), Svetlana Kuznetsova a pris le meilleur sur Virginie Razzano (6-4, 6-4), permettant aux siennes de revenir à 2-2. Le double sera donc décisif dans ce choc franco-russe. Nicolas Escudé avait prévenu: le troisième point est toujours le plus dur à obtenir. L'équipe de France de Coupe Davis l'a vérifié il y a peu en Serbie, ces demoiselles en font aujourd'hui l'expérience en Russie. Après une première journée faste samedi, marquée par deux victoires aussi méritoires qu'inattendues, les Bleues ont laissé leurs hôtesses revenir dans le match, à 2-2. Les jambes d'Alizé Cornet et de Virginie Razzano étaient manifestement plus lourdes que celles d'Anastasia Pavlyuchenkova et Svetlana Kuznetsova. Au lendemain de sa victoire sur cette dernière, Alizé Cornet, première Tricolore en scène ce dimanche, n'a pu apporter le troisième point décisif à la France. Bien que lauréate du premier set, la Niçoise s'est laissée surprendre par la puissance d'Anastasia Pavlyuchenkova, préférée à une pâle Maria Sharapova pour l'occasion. Une défaite, certes, mais une défaite honorable concédée moins de 24 heures après son étincelante première en Fed Cup - un succès consécutif à six revers frustrants dans l'épreuve acquis devant l'ancienne n°2 mondiale. Il faut dire que son adversaire du jour, 14e joueuse à la WTA, n'a pas tremblé à l'heure d'assumer son rôle de joker, même si la Niçoise l'a longtemps tenue en respect dans un antre moscovite hermétique à son jeu tout en variation. Fébrile, Anastasia Pavlyuchenkova a ainsi rapidement cédé la première manche, surclassée 1-5 d'abord et finalement dominée 3-6... avant d'offrir sa mise en jeu d'entrée de deuxième set. Las pour Alizé Cornet, le déclic s'amorce pour la Russe une fois ce break concédé. S'ensuit un jeu blanc - le premier et le seul du match - sur le service de la Tricolore, puis deux nouveaux breaks en échos, quand son opposante ne parvient à répliquer qu'une fois sur ce terrain. Et voilà l'intéressée relancée (6-3)... Cornet-Coin pour conclure La suite des événements est encore moins réjouissante pour la protégée de Nicolas Escudé. Surprise dès l'attaque du troisième acte, Alizé Cornet a beau revenir dans la foulée, sur service adverse, Anastasia Pavlychenkova, dès lors plus régulière et incontestablement plus fraîche que l'Azuréenne, enfonce le clou. Les jeux défilent en sa faveur: 3-1, 5-1 et enfin 6-2. Si bien que Virginie Razzano est appelée sur le court pour à son tour abréger les débats. Et à l'instar d'Alizé Cornet, la Nîmoise entre bien dans son match. A 2-1 en sa faveur, la Française breake et confirme pour mener 4-1. C'en est fini de l'état de grâce. Portée par le Stadium Olympique de Moscou, Svetlana Kuznetsova efface son handicap en alignant cinq jeux et empoche la première manche (6-4). Derrière, Virginie Razzano a beau l'inquiéter sur chacune de ses mises en jeu, la Russe fait très vite le trou (3-1 puis 4-2). Malgré le baroud d'honneur de la Dijonnaise de naissance, laquelle se fait violence pour revenir à 4-4, la lauréate des Internationaux de France 2009, servie par une palette plus complète, ne manque pas l'occasion d'égaliser (6-4). La demi-finale reste bien entendu à portée de raquette pour des Bleues qui n'ont plus franchi ce premier écueil du Groupe mondial depuis 2007. Mais la tâche s'annonce ardue désormais pour Alizé Cornet et Julie Coin, la paire que Nicolas Escudé a choisi d'opposer à Anastasia Pavlyuchenkova et Svetlana Kuznetsova. Un tandem qui en avril dernier avait récolté le point décisif contre l'Allemagne en match de barrages.