Corinthians, l'hommage à Socrates

  • A
  • A
Corinthians, l'hommage à Socrates
Partagez sur :

Les Corinthians de Sao Paulo ont été sacrés champions du Brésil, dimanche, à l'issue d'un match nul et vierge concédé face à Palmeiras (0-0), lors de l'ultime levée du championnat. Un sacre qui intervient le jour de l'enterrement de Socrates, ancienne légende du club, qui s'est éteinte dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'une grave infection intestinale. Comme un cadeau d'adieu...

Les Corinthians de Sao Paulo ont été sacrés champions du Brésil, dimanche, à l'issue d'un match nul et vierge concédé face à Palmeiras (0-0), lors de l'ultime levée du championnat. Un sacre qui intervient le jour de l'enterrement de Socrates, ancienne légende du club, qui s'est éteinte dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'une grave infection intestinale. Comme un cadeau d'adieu... Au lendemain de l'annonce du décès de Socrates, ancien milieu offensif de la sélection brésilienne reconverti dans la médecine sportive après sa carrière de joueur professionnel, les Corinthians de Sao Paulo ont glané leur cinquième couronne nationale après celles de 1990, 1998, 1999 et 2005. Un petit point ramené de leur confrontation avec Palmeiras (0-0) cumulé au match nul du dauphin, Vasco de Gama, sur la pelouse du Flamengo (1-1), a suffi à faire le bonheur des protégés de Tite, ce dimanche, lors de l'ultime journée du championnat du Brésil. Comme un vibrant hommage à celui qui aura tant donné aux Corinthians six années durant (de 1978 à 1984, 172 buts en 297 matches) et qui aura marqué et marquera l'histoire du club et de la Seleçao à tout jamais. L'émotion aura d'ailleurs largement pris le pas sur le sportif en marge de cette ultime journée de championnat, tout supporter brésilien digne de ce nom n'hésitant pas à saluer la mémoire d'une icône avant de plaider la cause de son club respectif. D'une rencontre relativement terne et bien peu envoûtante (0-0), on ne retiendra certainement pas la célébration du cinquième sacre national des Corinthians mais davantage la minute de silence d'avant-match durant laquelle chacun des Paulistas aura levé le poing au ciel en mémoire de leur ancienne idole (*). Le tout, dans un silence de cathédrale... Alex: "C'est dommage que le Docteur Socrates ne soit pas parmi nous pour célébrer le titre""Bravo à toute la nation corinthienne, joueurs, entraîneurs, dirigeants et supporters... Ce titre est aussi un hommage au Dr Socrates. Il nous manquera beaucoup. Sa contribution au foot et au Corinthians FC ne sera jamais oubliée". Les propos sont signés Luiz Inácio Lula da Silva, l'ancien président du Brésil. Comme tout inconditionnel du football brésilien, "Lula" n'a pu s'empêcher d'adresser un dernier "Adeus" au "Timao". "C'est dommage que le Docteur Socrates ne soit pas parmi nous pour célébrer le titre, parce qu'il aurait sûrement participé à la fête. Ce titre reste comme un hommage", a surenchéri Alex, au sortir du sacre de sa formation. Un titre quelque peu éclipsé par la disparition de l'ancienne gloire du club et que "Le Docteur" himself n'a jamais été en mesure de remporter dans sa carrière de footballeur. Une carrière longue de trente ans durant laquelle le frère de l'ancien Parisien Raï avait d'ailleurs contribué à l'instauration de la "Démocratie Corinthiane" dans les années 1980, visant à faire participer activement tous les joueurs du club aux décisions des instances dirigeants via un vote. Socrates a définitivement marqué l'histoire des Corinthians... (*) Socrates avait l'habitue de fêter chacun de ses buts en levant le poing au ciel.