Corgnet: "Tout à gagner contre Paris"

  • A
  • A
Corgnet: "Tout à gagner contre Paris"
Partagez sur :

Débarqué à Dijon la saison passée, Benjamin Corgnet n'a pas mis longtemps à se faire une place dans le dispositif tactique de Patrice Carteron. Intronisé dans l'équipe-type de Ligue 2 l'an passé lors de la cérémonie des Trophées UNFP, le natif de Thionville enchaîne les buts et reste le grand artisan de l'honorable début de saison du DFCO, actuellement douzième de Ligue 1. A confirmer face au PSG, dimanche, lors de la 11e journée.

Débarqué à Dijon la saison passée, Benjamin Corgnet n'a pas mis longtemps à se faire une place dans le dispositif tactique de Patrice Carteron. Intronisé dans l'équipe-type de Ligue 2 l'an passé lors de la cérémonie des Trophées UNFP, le natif de Thionville enchaîne les buts et reste le grand artisan de l'honorable début de saison du DFCO, actuellement douzième de Ligue 1. A confirmer face au PSG, dimanche, lors de la 11e journée. Benjamin, comment jugez-vous le début de saison de Dijon ? Après deux premiers matches un peu difficiles, on a bien su se reprendre et on a enchaîné quelques bons résultats qui nous ont mis en confiance. On est sur une bonne dynamique. On est le meilleur promu, à une place raisonnable. On fait pour l'instant un bon début de saison. Avez-vous digéré le revers concédé à Montpellier (5-3) le week-end dernier ? C'est clair que ce n'est pas évident. Se faire rejoindre après avoir mené au score rapidement (0-2 à la 11e, ndlr), c'est toujours difficile. Il faut qu'on passe à autre chose. On sait qu'on a un gros match qui nous attend. On ne peut pas se prendre la tête pendant toute une semaine. On a eu du mal à le digérer après le match, sur le retour, mais on a vite oublié et on s'est reconcentrés sur le prochain match face à Paris. Vous aviez pourtant fait le boulot à titre personnel en signant un doublé en dix minutes... C'est sûr. Mais sans parler de cela, c'est frustrant pour toute l'équipe. Ce n'est pas uniquement de la faute des défenseurs. On a été dominés en deuxième mi-temps. On n'a pas eu le mental pour revenir et résister. C'est surtout sur ce point-là qu'on est déçus. Vous vous êtes découvert des talents de buteur depuis le début de saison, comment l'expliquez-vous ? Je joue plus haut que l'an passé. Le coach me fait jouer à un poste que j'apprécie. Je joue en soutien de l'attaquant. Ça me permet d'être plus devant, d'avoir plus d'actions dangereuses. En ce moment, je suis bien, j'arrive à concrétiser mes occasions en buts. Il faut que je continue comme ça et que je m'améliore encore plus. Il y a deux ans, vous validiez votre BTS d'opticien. Aujourd'hui, vous êtes l'un des maillons forts de Dijon et courtisé par plusieurs clubs français. Vous avez un parcours plutôt atypique... C'est sûr que tout s'est fait très rapidement. C'est surtout grâce au club de Dijon qui m'a permis de découvrir la Ligue 2. J'ai été tout de suite mis en confiance par le coach qui m'a aligné d'entrée. La montée avec Dijon m'a permis de prendre beaucoup de plaisir cette année en Ligue 1. "C'est très flatteur de voir que le coach me voit en équipe de France" Y a-t-il un club qui vous fait rêver, dans lequel vous souhaiteriez évoluer après Dijon ? Un club, non. Il faut voir la saison que je vais faire. Je souhaite d'abord qu'on se maintienne cette année. Je n'ai pas vraiment de club rêvé. J'apprécie l'Angleterre, mais je suis très bien à Dijon et j'attends déjà de prouver en Ligue 1. Votre entraîneur n'hésite pas à vous prédire un avenir en sélection nationale. Croyez-vous en vos chances de revêtir la tunique bleue ? Je l'espère. C'est très flatteur de voir que le coach me fait confiance et me voit en équipe de France, mais je suis conscient que j'en suis encore très loin. Il faut que je bosse pour cela. Je n'ai qu'une année de Ligue 2 derrière moi, c'est trop tôt pour se projeter vers l'avenir, je dois d'abord disputer le maximum de matches avec Dijon cette saison. Le déplacement à Paris, dimanche, n'est certainement pas le match le plus adéquat pour arriver à se reprendre après votre défaite à Montpellier... C'est clair que ça va être un match très difficile. Mais après une défaite comme face à Montpellier, je préfère qu'on joue contre une équipe de Paris où personne ne nous voit gagnants. Ça nous met moins de pression que de jouer contre un adversaire direct pour le maintien. On a tout à gagner contre Paris et aucune pression à avoir ce week-end. Pensez-vous pouvoir ramener plus qu'un point du Parc des Princes ? Comme chaque match, on a évidemment envie de ramener le maximum de points. On ne part pas défaitistes, on va tout faire pour ramener au moins un point. Il va falloir qu'on joue avec nos qualités. Notre force, c'est l'envie. Ils seront peut-être amenés à nous prendre de haut. Il va falloir jouer sur ça, les faire douter au maximum, les presser le plus haut possible d'entrée. Quels Parisiens vous impressionnent le plus en ce début de saison ? C'est toute une équipe. Bien sûr, il y a Javier Pastore qui s'est très bien acclimaté au championnat français. Il est rapidement arrivé à un très bon niveau. C'est un très très bon joueur.