Corchia: "On a pris une claque"

  • A
  • A
Corchia: "On a pris une claque"
Partagez sur :

Giflé samedi par Reims (3-0), Le Mans, deuxième de Ligue 2, tentera de relever la tête, mercredi soir à Laval, en match en retard de la 18e journée. Un derby du Maine auquel goûtera pour la première fois Sébastien Corchia, qui ne vise rien d'autre que la victoire en Mayenne. Le latéral droit (19 ans) nous confirme qu'il sera toujours Manceau durant cette deuxième moitié de saison et qu'il attend avec impatience l'entrée dans le MMArena, prévue dans dix jours.

Giflé samedi par Reims (3-0), Le Mans, deuxième de Ligue 2, tentera de relever la tête, mercredi soir à Laval, en match en retard de la 18e journée. Un derby du Maine auquel goûtera pour la première fois Sébastien Corchia, qui ne vise rien d'autre que la victoire en Mayenne. Le latéral droit (19 ans) nous confirme qu'il sera toujours Manceau durant cette deuxième moitié de saison et qu'il attend avec impatience l'entrée dans le MMArena, prévue dans dix jours. Sébastien, Le Mans a lourdement chuté samedi à Reims (0-3). Que s'est-il passé exactement ? On n'est pas bien rentré dans le match et on s'est fait surprendre. Après il y a eu deux expulsions d'un coup (Khaled Adénon pour Le Mans et Lucas Deaux pour Reims, ndlr), cela a un peu chamboulé le match. Mais on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes parce qu'on n'a pas fait le nécessaire. On a pris une claque et on était très déçu après. Avez-vous fait preuve de suffisance ? On ne les a pas sous-estimés. On savait que cela allait être un match difficile, on a vu déjà au match aller que ce n'était pas facile. On ne sous-estime aucune équipe, chaque match est difficile, on sait que tout le monde peut battre tout le monde. C'est plus de notre faute. On ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes, c'est tout. Doit-on s'inquiéter pour vous ? C'est un match où on n'était pas dedans et c'est tout ! Maintenant, on a un match en retard qui arrive. Le plus important, c'est de prendre les trois points et de tout relancer. On va essayer de faire cela, en plus c'est un derby, cela va être un beau match. Quel a été le discours de votre entraîneur, Arnaud Cormier, après cette débâcle ? De relever la tête puis de penser au match suivant qui est Laval. Maintenant, c'est passé, on assume ce qu'on a fait et c'est tout, il ne faut surtout pas baisser la tête, il faut continuer à travailler comme on le fait toujours. Il nous a fait comprendre qu'on ne doit pas se contenter de cela. "Notre but, c'est la victoire, rien d'autre !" Un succès en Mayenne est-il devenu obligatoire ? C'est clair que notre but, c'est la victoire, rien d'autre ! Maintenant, on sait que cela va être un gros, gros match encore. Laval, c'est une bonne équipe qui ne lâche rien. Donc on sait à quoi s'attendre. Une formation qui est quand même relégable aujourd'hui... Selon vous, est-ce le bon moment pour l'affronter ? C'est la meilleure défense à domicile, je crois qu'ils ont encaissé deux buts (un seul, ndlr), donc je ne sais pas si c'est le bon moment ou pas. Mais, de toute façon, à n'importe quel moment, nous, on devra toujours faire la même chose. Il faudra surtout ne pas prendre de but, comme cela on peut espérer en mettre un et après le match peut changer, ils peuvent se découvrir... Ressentez-vous une attente particulière autour de ce derby du Maine ? C'est sûr que c'est un match particulier. Même pour les supporters, on sait que cela leur tient à coeur. Pour nous aussi, même si je ne viens pas de cette région, je sais que c'est un match important et qu'il va falloir avoir beaucoup de mental et d'agressivité. Même s'ils ne sont pas qualifiés pour ce match, comment se portent Yohan Hautcoeur et Mickaël Poté, arrivés tous les deux cet hiver ? Ils se sont très bien intégrés. Yohan (Hautcoeur, ndlr), cela fait longtemps qu'il était là donc c'était un peu plus facile pour lui (formé au Mans, il s'entraînait depuis le mois d'août avec la CFA, ndlr). Après, Mickaël (Poté, prêté six mois sans option d'achat par Nice, ndlr), il s'est intégré rapidement, on a fait tout pour, il trouve bien ses repères, il apporte beaucoup au groupe à l'extérieur du terrain comme sur le terrain. "Pour l'instant, je suis au Mans" Personnellement, serez-vous toujours Manceau lors de cette deuxième moitié de saison ? Il n'y a pas de raison ! Mon objectif, c'est de remonter avec le club. Pour l'instant, je suis ici. Que vous inspire l'inauguration du tant attendu MMArena, le 29 janvier prochain ? On sait qu'il va y avoir beaucoup de monde, le stade va être sûrement quasi-plein. On s'attend à une belle première. Après, pour que ce soit une très belle première, il faut que le résultat soit là. Ajaccio, ils sont juste derrière nous (troisièmes à un point, ndlr), donc ça va encore être un match difficile. Mais on a hâte d'y être. Vous qui l'avez déjà visité, qu'en pensez-vous ? Il est très beau. Déjà, quand on rentre sur la pelouse, même quand il n'y a personne, on a des frissons. Alors rempli... cela doit faire quelque chose. Cette enceinte peut-elle vous inciter à rester dans la Sarthe la saison prochaine ? Cela joue d'évoluer dans un beau stade, dans un grand stade, où il y a du monde, c'est sûr que c'est plaisant pour un joueur.