Coppel: "Il ne faut pas enterrer Contador"

  • A
  • A
Coppel: "Il ne faut pas enterrer Contador"
Partagez sur :

Vingt-deuxième au général après deux des trois étapes pyrénéennes, Jérôme Coppel revient pour nous sur ses sensations à l'occasion de ces deux premières journées de haute montagne. Le leader de la formation Saur-Sojasun, dont les douleurs au dos et à la jambe s'amenuisent, croit encore à la quête du maillot blanc. Et pour la victoire finale de ce Tour 2011, il n'écarte pas Alberto Contador de la course.

Vingt-deuxième au général après deux des trois étapes pyrénéennes, Jérôme Coppel revient pour nous sur ses sensations à l'occasion de ces deux premières journées de haute montagne. Le leader de la formation Saur-Sojasun, dont les douleurs au dos et à la jambe s'amenuisent, croit encore à la quête du maillot blanc. Et pour la victoire finale de ce Tour 2011, il n'écarte pas Alberto Contador de la course. "L'étape de Luz-Ardiden a été assez mitigée. Mes sensations étaient bonnes à la fin. Mais j'ai eu un problème mécanique et j'ai dû changer de vélo au pied de l'ascension. Ça m'a fait perdre un petit paquet de temps. Sur le reste de la montée je n'ai quasiment rien perdu sur le groupe maillot jaune donc c'est un peu frustrant. Aujourd'hui (vendredi) la journée s'est déroulée sur un bon tempo et j'ai eu de bonnes sensations tout au long de l'étape. J'espère que ça va continuer pour la suite. Mon dos et ma jambe ne m'ont pas fait souffrir durant ces deux premières journées de montagne, même si ça me tire toujours un peu. J'espère que ça tiendra encore sept ou huit étapes jusqu'à Paris. Disons que la douleur est là mais que ça n'empire pas... C'est bon signe. Demain, je vais déjà essayer de suivre le plus longtemps possible les meilleurs. L'étape s'annonce très difficile. Le rythme d'aujourd'hui convenait sans doute à tout le monde. Ce soir je suis 22e au classement général, je reste donc dans mon idée de départ qui était de faire un Top 15. Je crois que c'est toujours possible. On verra dans les Alpes si je peux prendre une échappée. C'est encore long. Il reste des étapes et pas les plus faciles. Et s'il y a une bonne place à Paris peut-être que le maillot blanc sera en prime. Concernant les favoris, je pense que tout le monde cache un peu son jeu. Et il ne faut pas enterrer Contador. Même si Basso et les frères Schleck ont l'air bien, je pense qu'il va se refaire pour les Alpes. Et même peut-être pour le Plateau de Beille. Si son mal de genou passe et que la forme revient un peu je crois qu'il peut encore rattraper son retard et gagner le Tour."