Contador-Schleck, poker menteur

  • A
  • A
Contador-Schleck, poker menteur
Partagez sur :

L'un affiche ses tracas, l'autre sa sérénité. Alberto Contador et Andy Schleck ont tenu des discours bien différents lundi, à l'occasion de la journée de repos. Premiers à s'exprimer, les frangins luxembourgeois ont tenu à lever les doutes sur leur état de forme, tandis que Contador, touché au genou, a fait part de son "inquiétude". Et pendant ce temps-là, Cadel Evans...

L'un affiche ses tracas, l'autre sa sérénité. Alberto Contador et Andy Schleck ont tenu des discours bien différents lundi, à l'occasion de la journée de repos. Premiers à s'exprimer, les frangins luxembourgeois ont tenu à lever les doutes sur leur état de forme, tandis que Contador, touché au genou, a fait part de son "inquiétude". Et pendant ce temps-là, Cadel Evans... Contador est "un peu inquiet" Entre les chutes et le temps perdu lors de la première étape, Alberto Contador n'a pas été épargné par le sort. Et c'est assez froidement que l'Espagnol s'est présenté à la presse, pour commenter cette première semaine de course. "Il me semble que c'est un Tour plus difficile que les autres années", a expliqué l'Espagnol, pour qui la principale source de tracas est actuellement une douleur au genou, consécutive à sa chute de dimanche. "Je souffre d'une grosse inflammation à un genou, sur lequel m'a été posé beaucoup de glace. Je suis un peu inquiet parce que je ne peux pas utiliser ma cadence de pédalage habituelle, mais je reste optimiste." Pour le reste, le Madrilène s'est surtout montré prudent au moment d'évoquer ses adversaires pour la victoire finale. Et même agacé, lorsqu'il lui a été demandé d'évoquer les frères Schleck. "Je ne dors pas avec eux... On n'a rien vu dans cette course, mais jusqu'à aujourd'hui Frank fait une meilleure saison qu'Andy", a répondu Contador, qui a tout de même saisi l'occasion de se décharger d'un peu de pression. "Avec l'étape contre-la-montre de Grenoble, c'est aux Schleck d'attaquer", a lancé le leader de la Saxo Bank. Les Schleck vont bien, merci pour eux Tranquille. C'est l'état d'esprit affiché par les frères Schleck, lundi lors de la journée de repos. Selon les deux leaders du Team Leopard-Trek, il n'y a pas de mauvaises conclusions à tirer des difficultés rencontrées par Andy dans le contre-la-montre par équipes, ou dans la rampe finale de Mûr-de-Bretagne, terme de la 5e étape où il a concédé huit secondes. D'autant qu'il a montré un meilleur visage dans celle de Super-Besse, samedi. "Quatre ou cinq coureurs de l'équipe sont bien placés et on attend la montagne pour en savoir plus. Il y a eu beaucoup d'étapes nerveuses et dures, mais je suis devant et c'est un signe de ma bonne forme", a martelé Andy. "Nous avons fait un sans-faute et les équipiers ont beaucoup travaillé pour obtenir ce résultat, ajoute Fränk. Du coup, nous allons aborder les premières difficultés avec beaucoup de motivation. L'implication de l'équipe a permis de respecter le plan décidé en Vendée. Nous disposons de toutes nos forces." C'est le calme avant la tempête pour les Schleck, qui attendent leur heure pour briller, tout en observant leurs rivaux. "Si j'avais eu les jambes pour gagner une étape, je l'aurais fait, et Evans a eu bien raison de profiter de sa condition pour s'imposer à Mûr-de-Bretagne", a prévenu Andy. Et Evans dans tout ça ? Andy Schleck: "Il court très bien, son équipe est bien organisée et je pense qu'Evans sera plus fort que les années passées sur le Tour." Contador: "Ce qui est sûr, c'est qu'Evans est en grande forme." L'Australien n'est pas le plus prolixe du peloton, mais il sait faire parler de lui. Et c'est aussi ce qui ressort du discours de ces adversaires: il a marqué les esprits lors de cette première semaine. Il faut dire que Cadel Evans a montré sa force lors de chacune des arrivées escarpées, et que sa cote a grimpé en flèche depuis le départ de Vendée. Mais le leader de l'équipe BMC, qui traîne une réputation de poissard, refuse de s'enflammer. "Je n'ai pas le maillot jaune, mais il reste encore un long chemin jusqu'à Paris, prévenait-il dimanche soir. L'équipe marche vraiment très bien, tout va bien, on est bien préparé, on sait ce qu'on a à faire." Concentré.