Contador, retour discret

  • A
  • A
Contador, retour discret
Partagez sur :

Mercredi, deux jours à peine après avoir été blanchi par la fédération espagnole dans son affaire de dopage, Alberto Contador avait repris sa place dans les pelotons, sur le Tour d'Algarve. Jusqu'au contre-la-montre final, dimanche, l'Espagnol était dans le rythme pour une troisième victoire de suite au Portugal. Mais dimanche, Tony Martin était (beaucoup) plus fort que lui. Qu'importe...

Mercredi, deux jours à peine après avoir été blanchi par la fédération espagnole dans son affaire de dopage, Alberto Contador avait repris sa place dans les pelotons, sur le Tour d'Algarve. Jusqu'au contre-la-montre final, dimanche, l'Espagnol était dans le rythme pour une troisième victoire de suite au Portugal. Mais dimanche, Tony Martin était (beaucoup) plus fort que lui. Qu'importe... On a cru qu'il allait faire comme si de rien de n'était. Revenir à la compétition même pas deux jours après l'annonce de la levée de sa suspension par la fédération espagnole, et remporter le Tour d'Algarve, comme il en avait pris l'habitude ces deux dernières saisons. A la veille du contre-la-montre final, Contador était parfaitement dans le coup pour s'imposer encore une fois sur les routes portugaises, sur lesquelles il fait généralement sa rentrée. Mais même s'il pointait à la deuxième place du général à 3 secondes de Stephen Cummings (Sky), après l'arrivée au sommet à Malhao vendredi, l'Espagnol ne se faisait guère d'illusions. "Ce sera une journée difficile, expliquait-il samedi à Marca, car nous sommes quatre, en haut du classement, à pouvoir l'emporter, avec aussi Tiago Machado et Andreas Kloden, et beaucoup d'autres, qui peuvent prendre part à la bataille. Tony Martin sera mon rival le plus dangereux." Bien vu! Le solide rouleur allemand n'a rien laissé à personne entre Lagoa et Portimao dimanche (18 km). Martin s'est adjugé l'étape et le général, avec 32 secondes d'avance sur son coéquipier Tejay Van Garderen (HTC-Highroad), révélé sur le Dauphiné-Libéré l'année dernière (3e). Contador, lui, voulait simplement se tester dans l'exercice chronométré, après avoir prouvé sur les pentes de Malhao qu'il était à l'aise dès que la route s'élevait. "Chaque jour je m'améliore, mais je ne suis pas encore assez en forme pour jouer la victoire sur ces premières courses. Du coup, je suis content de ma position actuelle et je verrai ce que je suis capable de faire", disait-il. Dimanche, avec une préparation forcément perturbée par son contrôle positif au clenbutérol, le toujours triple vainqueur de la Grande Boucle a terminé loin, à 45 secondes de Martin sur le chrono, pour une quatrième place finale. Mais on le répète, l'essentiel n'était pas là pour lui. Revenir rapidement dans les pelotons était déjà une fin en soi pour Contador. Les résultats viendront plus tard. "L'équipe veut que je sois tranquille, je veux les remercier pour leur soutien". Il en aura peut-être l'occasion dans quelques mois...