Contador regonflé à bloc ?

  • A
  • A
Contador regonflé à bloc ?
Partagez sur :

Deuxième à Mûr-de-Bretagne puis proche de l'abandon à Saint-Flour, selon certains, la forme d'Alberto Contador joue au yo-yo depuis le début du Tour de France, à tel point qu'il est devenu difficile de distinguer le vrai du faux chez l'Espagnol. Toujours est-il qu'après deux étapes relativement plates, les Pyrénées pointent le bout de leur nez. En montagne, le triple vainqueur de la Grande Boucle va devoir commencer à se découvrir. Même si ses jambes tournent moins bien.

Deuxième à Mûr-de-Bretagne puis proche de l'abandon à Saint-Flour, selon certains, la forme d'Alberto Contador joue au yo-yo depuis le début du Tour de France, à tel point qu'il est devenu difficile de distinguer le vrai du faux chez l'Espagnol. Toujours est-il qu'après deux étapes relativement plates, les Pyrénées pointent le bout de leur nez. En montagne, le triple vainqueur de la Grande Boucle va devoir commencer à se découvrir. Même si ses jambes tournent moins bien. "Décidément, j'ai l'impression que ce n'est pas mon Tour mais plutôt celui de la malchance." Dimanche 10 juillet 2011. Alberto Contador a franchi la ligne d'arrivée de la neuvième étape de la Grande Boucle, mais il a, semble-t-il, le moral dans les chaussettes. Entre Issoire (Puy-de-Dôme) et Saint-Flour (Cantal), l'Espagnol est une nouvelle fois tombé, bêtement, en heurtant la selle du Russe Vladimir Karpets (Katusha) au kilomètre 84. Le triple vainqueur du Tour de France, qui avait déjà été retardé par une chute lors du premier jour vers le mont des Alouettes (Vendée) et s'était retrouvé à terre mercredi dernier sur la route du cap Fréhel (Côtes-d'Armor), a bel et bien la poisse... Un peu à l'image de l'Américain Lance Armstrong l'an passé. "À mesure que passent les étapes, j'ai de plus en plus mal au genou droit, qui commence à me préoccuper, ajoutait-il. Je pensais au début que ce n'était pas grave, mais cela s'est aggravé au fil de la course." Bilan: inflammation. Contador roule sur la jante. El Pistolero tire à blanc. Dans son édition de mardi, le journal L'Equipe va jusqu'à rapporter qu'il pourrait jeter l'éponge avant d'aborder jeudi les Pyrénées, où les choses sérieuses commenceront pour les leaders. Après tout, c'est une hypothèse sérieuse. Épuisé par l'extrême nervosité du peloton, exténué par les conditions atmosphériques, fatigué, comme John Gadret (AG2R La Mondiale), par le Giro et, surtout, pas vraiment le bienvenu en France, pourquoi le tenant continuerait-il à défendre son titre ? Info ? Intox ? Parce qu'il a de l'orgueil, celui du champion, ou qu'il bluffe. Ou peut-être même les deux ! "L'idée de rentrer à la maison ne m'a même pas traversé l'esprit, déclarait ainsi le leader de la Saxo Bank-Sungard juste avant le départ des dixième et onzième étapes, mardi et mercredi, durant lesquelles, cette fois, il ne s'est pas fait remarquer. Je ne rentrerai pas à la maison avant la fin du Tour. Je vais faire tout mon possible pour obtenir la victoire à Paris." La journée de repos, lundi, a apparemment porté ses fruits... Contador y a subi une séance d'acupuncture, récupéré avec beaucoup de glace et renforcé sa motivation. Il est actuellement 16e du classement général, à 4'07" du maillot jaune, le Français Thomas Voeckler (Europcar). "Il a perdu du temps, mais beaucoup d'autres ont perdu plus puisqu'ils ne sont plus là !, juge Yvon Sanquer, son ex-directeur sportif chez Astana, pour nos confrères de La Voix du Nord. Tout cela n'est pas définitif. Il a déjà montré, à Mûr-de-Bretagne, qu'il était là pour gagner. Certes, ce n'est jamais bon d'être derrière, il va falloir qu'il reprenne du temps sur les Schleck, Evans ou Basso. Mais c'est loin d'être joué, il reste encore beaucoup d'occasions. Un Tour, c'est long, et les choses peuvent se faire progressivement." Avant de conclure: "Alberto est le coureur type pour les grands Tours. Ce n'est pas quelqu'un qui s'emballe, mais qui sait gérer. Et en plus, il a l'expérience de la victoire, ce qui n'est pas négligeable. Pour le moment, il faut attendre et voir..." Nous, on est pressés de voir ça ! Dès jeudi à Luz-Ardiden ?