Contador, grand seigneur

  • A
  • A
Contador, grand seigneur
Partagez sur :

Anciens coéquipiers la saison dernière chez Astana, Paolo Tiralongo et Alberto Contador ont franchi ensemble la ligne d'arrivée de la 19e étape du Giro, l'Espagnol laissant la victoire à l'Italien. Dans l'ascension finale vers Macugnaga, le maillot rose a une nouvelle distancé ses concurrents et a conforté son avance au classement général. John Gadret, lui, s'est presque assuré la quatrième place.

Anciens coéquipiers la saison dernière chez Astana, Paolo Tiralongo et Alberto Contador ont franchi ensemble la ligne d'arrivée de la 19e étape du Giro, l'Espagnol laissant la victoire à l'Italien. Dans l'ascension finale vers Macugnaga, le maillot rose a une nouvelle distancé ses concurrents et a conforté son avance au classement général. John Gadret, lui, s'est presque assuré la quatrième place. La classe d'un grand champion. Et surtout l'expression de sa déconcertante facilité. En offrant la victoire sur un plateau à Paolo Tiralongo, son ancien coéquipier la saison dernière chez Astana, Alberto Contador a une nouvelle fois accentué sa domination sans partage sur le Tour d'Italie. Depuis sa prise de pouvoir sur les pentes échancrées de l'Etna, le coureur espagnol dicte sa loi sur les routes du Giro, au point de décider du nom du vainqueur d'étape, comme ce fut le cas ce vendredi au terme du 19e épisode à Macugnaga. Après avoir distancé ses concurrents dans la montée finale, le leader de la formation Saxo Bank-Sungard a fondu sur Tiralongo avant de lui laisser franchir la ligne d'arrivée en tête. A 500 mètres de l'arrivée, Contador a en effet rejoint son ancien coéquipier, qui avait pris le large à un peu plus de cinq kilomètres du but, mais il est resté volontairement en retrait jusqu'à la fin de l'étape, offrant ainsi à l'Italien de 33 ans la première victoire majeure de sa carrière. Tiralongo, l'un de ses lieutenants chez Astana, a fondu en larmes après l'arrivée, rattrapé par l'émotion d'un premier succès dans un Grand Tour et d'un premier succès tout court. Valeureux capitaine de route, Tiralongo n'avait jamais gagné une course depuis son passage chez les professionnels en 2000. Une anomalie réparée par la mansuétude de Contador. A moins d'un tremblement de terre improbable ou d'une grosse défaillance, le triple vainqueur du Tour de France devrait cueillir dimanche une deuxième victoire dans le Tour d'Italie, après celle obtenue en 2008. Avec sa deuxième place ce vendredi, l'Espagnol a grappillé quelques secondes grâce au jeu des bonifications. Michele Scarponi (Lampre), septième de l'étape, est désormais repoussé à 5'18" et Vincenzo Nibali, troisième, à 5'52". Le coureur de la Liquigas se rapproche un peu de Scarponi, ce qui laisse augurer d'une belle lutte pour la deuxième place. John Gadret, quatrième à Macugnaga, a presque assuré sa place au pied du podium à Milan. Le grimpeur français de l'équipe AG2R devra toutefois ne pas rater le dernier contre-la-montre et la montée à Sestrière, dernières occasions de chambouler le classement général.