Coma n'a plus rien à perdre

  • A
  • A
Coma n'a plus rien à perdre
Partagez sur :

DAKAR 2010 - Malgré sa pénalité de six heures, Marc Coma a signé mardi sa 4e victoire d'étape.

Pénalisé de six heures, Marc Coma n'en reste pas moins un redoutable compétiteur. Mardi, l'Espagnol a signé sa deuxième victoire d'étape consécutives, sa quatrième sur le Dakar 2010.Et dire qu'il a un temps voulu jeter l'éponge. Vexé d'avoir été pris la main dans le sac lors de la septième étape, coupable d'une assistance interdite à la veille de la journée de repos, Marc Coma, sanctionné de six heures par les commissaires de course, avait laissé entendre à chaud qu'il n'était plus question pour lui de poursuivre l'aventure. Bien lui a pris de se raviser, en tâchant de redorer son dossard de la meilleure des manières qui soit: par la victoire.Privé de revanche dimanche par le local de l'étape Francisco "Chaleco" Lopez, le tenant de la catégorie moto est reparti de l'avant dès lundi, en soufflant la spéciale à Cyril Despres, son grand rival, pour 4 secondes. Une hargne tout à son honneur qui lui a également permis de faire la différence ce mardi, à Santiago, où le conquistador a raflé sa quatrième victoire d'étape sur ce Dakar 2010, devant les Yamaha de David Frétigné et Helder Rodrigues.La délivrance pour SainzDésormais crédité de 11 succès sur le plus fameux des rallyes-raids, Marc Coma a ainsi accompli la moitié du chemin qui le sépare encore d'un Cyril Despres perché à 22 triomphes. Un tiers seulement, si l'on considère le palmarès du recordman en la matière: Stéphane Peterhansel et ses 33 gains sur deux roues. Au classement général en revanche, ce baroud d'honneur de l'Espagnol n'a que peu d'incidence. Marc Coma, avec un passif de près de sept heures, se morfond au 17e rang d'une hiérarchie largement dominée par Cyril Despres. Suivent Pal Anders Ullevalseter et "Chaleco" à plus d'1h20...1h20... de quoi laisser rêveur un Carlos Sainz qui, à quatre spéciales du dénouement, ne compte guère plus de 10 minutes d'avance sur son plus proche poursuivant: son coéquipier Nasser Al-Attiyah, lequel a concédé ce mardi 1'40 à l'Espagnol. Un moindre mal puisque le Qatari en avait repris 6'09 la veille. Sur un tracé vallonné et sinueux, très typé WRC, témoignant de la proximité désormais d'une Argentine que la caravane retrouvera dès demain, "el matador" était de toute façon en terrain conquis lors de cette 10e spéciale. Le voici enfin gratifié d'une victoire d'étape, après six deuxièmes places dans cette 32e édition du Dakar. Le plus dur, tenir la cadence, reste néanmoins à venir...